La fonction commerciale, ce laboratoire à ciel ouvert…

par | Fév 14, 2022 | | Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Les lignes bougent dans la vente et le management commercial. Soumise à l’abondance de la Data et au bouleversement du comportement de l’acheteur B2B, la fonction commerciale est aujourd’hui un laboratoire à ciel ouvert. Chronique d’une (r)évolution.

La nouvelle cartographie du comportement d’achat dans le B2B

Comme nous le documentons au quotidien sur BtoB Leaders, le comportement de l’acheteur B2B connaît un bouleversement progressif. Et contrairement à ce que l’on pourrait penser, la dynamique s’est enclenchée bien avant la pandémie, cette dernière n’ayant joué qu’un rôle d’accélérateur sur certaines tendances bien en place depuis plusieurs années : digitalisation du parcours, tendance vers le self-service, une certaine levée de bouclier contre le discours ultra-commercial et « pushy », appétence pour le « Thought Leadership » sur LinkedIn (voir ma chronique sur le sujet), appétit pour les avis sur le web, etc.

Dans ce contexte turbulent, McKinsey a tenté d’établir le portrait-robot de l’acheteur B2B en 2022. Le célèbre cabinet de conseil a en effet publié début février les résultats d’une étude ambitieuse réalisée sur plus de deux ans. Je vous propose de passer en revue ses deux principales conclusions :

  • L’omnicanalité. L’acheteur B2B est « massivement » omnicanal, dans la mesure où il utilise, en moyenne, 10 canaux tout au long de son parcours. Son top 3 des interactions avec les prestataires se compose du self-service numérique (site web de l’entreprise), de la visioconférence et du rendez-vous en face-à-face qui revient en force.
  • L’appétence pour l’achat en ligne. Le e-commerce B2B n’est plus réservé aux achats de faible valeur. C’est une tendance que l’on observe de l’autre côté de l’Atlantique, mais nos contrées européennes devraient sans doute s’aligner dans deux ou trois ans (nous en parlons ici). A l’échelle mondiale, toujours selon McKinsey, la moitié des BtoB Leaders sont désormais prêt à dépenser plus de 50 000 dollars en achats en ligne B2B, et 25 % dépenseraient plus de 500 000 dollars en ligne.

J’ajoute à ces conclusions d’autres données intéressantes que nous avons relayées sur BtoB Leaders tout au long de 2021, notamment au sujet de la cassure entre certains acheteurs B2B et les commerciaux :

  • Selon HubSpot, 55 % des acheteurs B2B estiment que les commerciaux ne sont pas des partenaires de confiance ;
  • En conséquence, comme le démontre Accenture, les acheteurs B2B réalisent en moyenne 57 % de leur parcours avant d’initier le contact avec un prestataire ;
  • S’ils plébiscitent un parcours autonome en ligne, 50 % des acheteurs B2B sont toutefois déstabilisés par l’abondance des contenus disponibles sur leur problématique.

 

 

Comment adapter sa force de vente à ce changement comportemental majeur ?

Les cabinets de conseil et autres prestataires B2B ont produit une documentation fleuve sur les mesures à adopter pour mieux répondre aux nouvelles exigences des acheteurs. Je vous propose une petite compilation issue de McKinsey, PPTPOP, Harvard Business Review (HBR), The Marketing Practice (TPM) et B2B Decision Labs.

#1 Le commercial B2B : un « faiseur de sens »

Comme l’explique Brent Adamson sur HBR, le plus grand défi des acheteurs B2B n’est pas de trouver du contenu pertinent sur le web. L’offre en la matière est abondante. En revanche, ils ne sont pas outillés (ou n’ont pas le temps) pour trier, organiser et hiérarchiser les informations pour prendre une décision d’achat éclairée et sans regret.

Les commerciaux doivent colmater cette brèche pour reprendre leur place de conseillers de confiance. Ils doivent jouer un rôle de curateurs, de « faiseurs de sens » et d’organisateurs d’informations, « en préférant la simplicité à l’exhaustivité », explique Adamson. Pour ce faire, ils doivent mobiliser leur expertise, leur connaissance approfondie des défis métier de l’acheteur mais aussi leur sens de la pédagogie et de l’empathie. Pour aller plus loin sur ce point, vous pouvez consulter l’excellent article de Pam Didner sur BtoB Leaders.

#2 La vente B2B : une « discipline » en évolution

C’est en effet ce que pensent les principaux intéressés, à savoir les commerciaux B2B eux-mêmes. Interrogés par McKinsey, ils identifient trois grands axes d’amélioration qui nécessitent une montée en compétence pour performer :

  1. 85 % des responsables commerciaux sondés estiment que leur force de vente doit être formée à l’approche « Solution Selling». En d’autres termes, il s’agira d’axer l’argumentaire commercial sur la problématique de l’acheteur et la solution proposée par l’entreprise plutôt que de se focaliser sur le produit et ses caractéristiques techniques.
  2. 85 % des responsables Sales estiment que leurs commerciaux doivent gagner en flexibilité et adopter un mindset « agile ». En effet, avec l’abondance de la Data, il est désormais possible d’identifier les bonnes pratiques Sales et les méthodes qui ne marchent pas sur un laps de temps relativement court. Les commerciaux doivent donc être en mesure d’adapter leur Sales Pitch en conséquence.
  3. Enfin, 80 % des responsables commerciaux estiment que leurs équipes doivent développer des « compétences analytiques et quantitatives». D’ailleurs, 86 % des Sales Leaders affirment que la montée en compétence de leurs équipes est « une priorité absolue ».

#3 L’argumentaire commercial « idéal » est « émotionnel »

C’est en tout cas ce qui ressort d’un travail de recherche inédit réalisé par The Marketing Practice et B2B Decision Labs. Cette étude comportementale menée par le Docteur Nick Lee de la Warwick Business School a été réalisée auprès de 500 professionnels du B2B. Objectif : définir les caractéristiques de fond et de forme de l’argumentaire de vente idéal. Conclusion :

  • Les acheteurs B2B sont plus réceptifs aux discours qui laissent de la place à l’émotion (Storytelling notamment) en comparaison avec les discours 100 % factuels et rationnels. Une étude de PPTOP explique d’ailleurs que les meilleurs Sales Pitch sont composés d’éléments de Storytelling à hauteur de 65 %.
  • Les acheteurs B2B sont également friands des études de cas qui expliquent comment la solution proposée a résolu la problématique d’autres clients.
  • Ils sont enfin plus réceptifs aux discours « honnêtes et intègres » qui expliquent les bénéfices mais aussi les limites de la solution proposée. BtoB Leaders a réalisé une fiche de lecture complète de cette étude.

Les BtoB Leaders qui négocieront avec brio ce virage de l’effort de vente pourront aligner leurs équipes avec les nouvelles exigences de l’acheteur B2B mais aussi favoriser des relations clients mutuellement bénéfiques, solides et durables. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..