L’AIOps au service de la productivité

par | Mai 31, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Les données sont désormais au centre de l’efficacité opérationnelle d’une entreprise. De grands ensembles de données sont générés à partir de multiples canaux et aident les organisations à prendre des décisions critiques.

Parfois même, un mauvais monitoring de ces données peut poser un réel problème aux équipes opérationnelles informatiques et peut entraîner des retards incontrôlés ou, dans certains cas, des pertes commerciales critiques.

C’est la raison pour laquelle les entreprises ressentent de plus en plus le besoin d’opter pour des solutions disruptives. Les opérations informatiques pilotées par l’IA permettent aux entreprises de surveiller les opérations sur les données en temps réel et de détecter les problèmes bien avant qu’ils ne causent des dommages.

Qu’est-ce que l’AIOps ?

AIOps est l’abréviation d’Artificial Intelligence for IT Operations (Intelligence Artificielle pour les Opérations informatiques). Le terme fait référence à des plateformes technologiques qui automatisent et améliorent les opérations informatiques grâce à l’analyse et à l’apprentissage automatique (machine learning).
Les plateformes AIOps exploitent le Big Data, collectant une grande variété de données à partir de divers outils informatiques afin de détecter et de réagir automatiquement aux problèmes en temps réel tout en étant capable de fournir des analyses historiques traditionnelles.

Les plateformes AIOps peuvent être utilisées dans le domaine du monitoring, avec par exemple le rapprochement de certaines données issues des logs des applications afin de détecter des signaux pouvant indiquer un risque de panne. Dans le domaine applicatif, les AIOps peuvent aider à automatiser les mises à jour.

Un marché en pleine expansion

Le marché des AIOps est réellement en train de prendre son envol. Le cabinet de conseil Gartner prévoit que l’utilisation exclusive des AIOps et des outils de surveillance de l’expérience numérique par les grandes entreprises pour monitorer les applications et l’infrastructure passera à 30% en 2023 (contre 5% en 2018).

L’architecture AIOps s’avère être un élément indispensable pour relever les défis résultant de l’expansion des réseaux et d’une complexité qui s’accroît de plus en plus. Elle est désormais reconnue pour avoir augmenté la productivité de l’organisation des opérations informatiques.

Des opérations IT en temps réel

Les plateformes AIOps autorisent une analyse en temps réel des données. Les anomalies peuvent ainsi être détectées rapidement, ainsi que les points bloquants (dans le cadre d’une opération commerciale) qui auparavant étaient considérés comme difficilement repérables.

L’AIOps a également simplifié le suivi des indicateurs courants en accélérant l’identification des menaces cruciales avant qu’elles ne surviennent. Ainsi, les équipes informatiques sont sensibilisées à ces problèmes techniques en amont. Les pannes sont donc identifiées à l’avance, sans perturber le fonctionnement en cours de la solution informatique.

Une satisfaction client accrue

Les plateformes AIOps, avec leur approche prédictive, modernisent l’architecture d’entreprise et offrent une expérience utilisateur inégalée. Elles sont capables de prédire les événements futurs qui peuvent entraver le bon fonctionnement, la disponibilité ou les performances des applications et même les corriger de manière proactive avant qu’ils ne deviennent un problème. Ainsi, les AIOps permettent aux organisations de servir efficacement leurs clients et augmentent ainsi leur niveau de satisfaction.
Une réduction des coûts opérationnels

Avec l’AIOps, une approche claire axée sur l’IA améliore les performances du processeur et la bande passante et aide à gérer la vaste charge de travail dans toute l’infrastructure informatique. L’amélioration du débit opérationnel permet un meilleur retour sur investissement tout en maîtrisant les coûts. Les modèles de machine learning alignent les cas d’utilisation basés sur les données avec l’infrastructure technologique du client pour permettre une évolutivité inégalée.

L’analyse de la data, un élément essentiel pour l’entreprise

À l’heure de la transformation digitale des entreprises, la data et son analyse sont devenus essentiels. Les administrateurs de bases de données, qui en sont les principaux artisans, étaient déjà très sollicités et chargés d’un nombre important de responsabilités. Celles-ci se sont encore accrues, ce qui a eu pour effet d’augmenter encore plus leur charge de travail déjà conséquente. Or, leur travail est complexe et ne doit surtout pas être fait à la va-vite, sous peine d’entraîner des erreurs aux conséquences désastreuses.

C’est là que l’automatisation des tâches entre en jeu et va permettre aux gestionnaires de bases de données de non seulement réduire leur charge de travail, mais aussi de se concentrer sur des tâches ayant une valeur ajoutée plus importante et qui conduiront à des innovations majeures. L’intelligence artificielle permet cette automatisation des tâches à faible valeur ajoutée. Loin de remplacer les êtres humains, l’IA aide à relever les défis imposés par le Big Data et entraîne les personnes en charge du traitement de ces données à développer de nouvelles compétences et à se définir de nouveaux rôles.

Mettre en place une stratégie AIOps

Afin de bien démarrer avec l’AIOps, il est recommandé de commencer par bien identifier les différentes sources de données. Dans un deuxième temps, les équipes informatiques devront se familiariser avec le traitement d’un nombre croissant de sources de données, en commençant par un petit groupe de données, puis en en ajoutant d’autres de façon progressive.

Petit à petit, en prenant en compte tous les types de données, se construira une perspective globale et des tendances commenceront à se dessiner. Des algorithmes appropriés permettront de détacher des motifs récurrents. L’IA et le machine learning aideront à analyser tous les flux de données afin de voir s’ils correspondent à ces motifs.

L’important est d’utiliser le plus de types de données possible : se limiter à un seul type de données limitera les renseignements que l’on peut obtenir, même si ces renseignements sont obtenus par un algorithme. Le type de données à utiliser va en fait dépendre du problème que l’on cherche à résoudre. Il est donc primordial de choisir une plateforme capable d’organiser différents types de données, et ce dans de larges quantités.

Enfin, il sera possible d’utiliser le machine learning en mode prédictif, afin d’identifier les éventuels problèmes avant même qu’ils ne surviennent et affectent les services importants et l’expérience client. En effet, la solution intégrée des modèles AIOps et de machine learning permet d’automatiser les données collectées quotidiennement à partir de différentes sources. Les informations prédictives recueillies vont aider à alléger les charges de travail des opérateurs en comparant les opérations aux performances historiques observées lors de l’étude des tendances.

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..