L’autonomie de l’acheteur B2B est-elle voulue ou subie ?

par | Mai 20, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Contenu, Influence, CX - Insights

La théorie de l’asymétrie de la relation entre l’entreprise et ses clients n’a jamais été aussi d’actualité. Comme nous l’avons documenté pendant des mois sur BtoB Leaders, les études convergent vers l’émergence d’un super-acheteur qui a pris le contrôle du parcours d’achat… mais cette prise de contrôle est-elle voulue ou subie ?

« En réalité, de nombreux acheteurs ne sont pas autonomes et n’ont aucun intérêt à le devenir »

Armé d’une documentation abondante, rigoureuse et pertinente, l’acheteur B2B challenge le marketing et les Sales qui doivent muscler leur jeu sur toute la longueur de l’entonnoir, et au-delà (CSM). Une étude réalisée par le Content Marketing Institute et Vidyard propose les éléments de contexte suivants :

  • 71 % des acheteurs entament leur parcours par des recherches génériques sur Google ;
  • 68 % des clients B2B préfèrent réaliser des recherches en ligne de manière indépendante et autonome, sans l’assistance d’un tiers (commercial notamment) ;
  • 47 % des acheteurs B2B consomment trois à cinq éléments de contenu avant d’entrer en contact avec un vendeur… un constat en phase avec la conclusion de HubSpot qui explique que les acheteurs réalisent, en moyenne, 57 % du parcours avant d’initier le contact avec un prestataire potentiel ;
  • 90 % des acheteurs B2B disent ne plus répondre aux initiatives de Cold Calling.

En parcourant ces statistiques, il est légitime de conclure que l’acheteur moderne préfère le libre-service et l’autonomie. C’est d’ailleurs ce que font les équipes chargées de la DemandGen. Elles concentrent leurs efforts sur la création d’un contenu exhaustif, répondant à toutes les questions et/ou objections possibles et imaginables.

« Les équipes DemandGen diffusent des contenus de Thought Leadership sur les sites web et les pages sociales. Elle se concentrent sur le parcours de l’acheteur en déversant des montagnes de contenus pour générer de la demande », peut-on lire dans le rapport. « Est-ce la meilleure approche ? » s’interrogent les auteurs de la recherche. Sommes-nous sûrs que l’autonomie et l’indépendance des acheteurs sont des caractéristiques voulues et non subies ? « En réalité, de nombreux acheteurs B2B ne sont pas autonomes et n’ont aucun intérêt à le devenir… ».

 

BtoB Summit 2022

L’acheteur B2B, plutôt déstabilisé et incertain

En somme, le postulat du Content Marketing Institute est le suivant : oui, les travaux de recherche de ces cinq dernières années plaident en faveur d’un acheteur B2B autonome, indépendant et informé. Mais avons-nous pris le temps de nous interroger sur le pourquoi de ce constat ? Plusieurs hypothèses peuvent être émises :

  • Certaines études évoquent une cassure entre l’acheteur B2B et le commercial, le premier ne considérant plus le second comme un « partenaire de confiance ». S’ensuit alors une levée de bouclier, avec un acheteur qui préfère se documenter de manière autonome plutôt que de se faire conseiller par un représentant commercial.
  • D’autres études, comme celle réalisée par Allego en 2021, évoquent l’incapacité des commerciaux du B2B à répondre à environ 40 % des questions des acheteurs.
  • Nous pouvons également évoquer la multiplication « naturelle » des prestataires et des fournisseurs ainsi que la mondialisation de la concurrence. Avec autant de choix à leur disposition, les acheteurs doivent s’engager dans une recherche parfois laborieuse pour identifier des fournisseurs potentiels et initier le contact.

Comme l’explique Gartner, et plutôt que d’agir sur les causes de cette tendance au self-service, le B2B a cherché à s’en accommoder en challengeant sa stratégie globale pour répondre au nouveau comportement (subi ?) de l’acheteur B2B. Résultat : « des boucles d’apprentissage stériles et un déluge d’informations inutiles », explique le cabinet de conseil. Et de poursuivre : « les acheteurs sont en réalité profondément incertains et stressés ».

D’ailleurs, il est intéressant de constater qu’une étude réalisée l’année dernière par Cyance à ce sujet (résumée par BtoB Leaders ici) est quasiment passée inaperçue. Elle faisait le constat que les acheteurs B2B étaient « déstabilisés » par le magma de contenus à leur disposition dans le cadre de stratégies Inbound « parfois excessives ».

Pour conclure…

Comme les acheteurs n’ont pas forcément connaissance, en amont, du type et de la quantité d’informations dont ils ont besoin pour faire leur choix, ils consomment du contenu de manière exponentielle.

Le savoir cumulé ne facilite pas toujours le processus, dans la mesure où les critères à prendre en considération s’allongent en même temps que la liste des fournisseurs envisagés. Clairement, la brique « DemandGen » est à la croisée des chemins : faut-il continuer à alimenter le super-acheteur en contenus au risque de ralentir davantage le cycle de vente ? Ou faut-il réorienter les stratégies de contenu vers le seul et unique objectif de faciliter la tâche à l’acheteur, y compris celui qui ira chez la concurrence ?

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..