Le confinement expliqué à mon boss

par | Juil 29, 2020 | | Contenu, Influence, CX - Interview, Podcast

Les apprentissages du confinement

A huit, Ils ont écrit dans une vitesse record un livre que je conseille fortement « Le confinement expliqué à mon boss » en se basant sur l’expérience d’un français vivant en Asie.  Hervé Kabla et Sylvie Lachkar, deux des rédacteurs nous expliquent  pourquoi tout ce que nous avons appris durant ce confinement vaut non seulement pour le déconfinement, mais aussi pour le futur.

Nous avons passé en revue quelques thématiques du livre ensemble : la vente, le marketing, la communication, la relation client et le management à distance..

L’impact du télétravail sur le marketing, la vente et la communication

Le confinement expliqué à mon boss est né de par la volonté de 8 auteurs aux parcours différents d’aider les chefs d’entreprise et les managers à traverser la crise du covid-19 de la manière la moins pénible possible. Ce livre, né du confinement, reste d’actualité même en période de déconfinement : l’adoption du télétravail, la relation business à distance, l’agilité, sont des qualités qui sont tout aussi utiles en temps de crise que pendant des périodes plus calmes.

 
Quel est l’impact du télétravail sur le marketing, la communication ou la vente ? Pour celles et ceux qui, comme Sylvie, travaillent avec des équipes à distance, l’impact est réduit : ces organisations ont continué à fonctionner à distance. Pour les autres, cela leur a permis de réduire les coûts induits du bavardage, des échanges stériles ou des réunions à rallonge. La communication passe désormais par les messageries, le chat, cela peut représenter un gain important. Les entreprises qui avaient l’habitude de faire de la réunionite se sont rendues compte qu’elles pouvaient gagner du temps.
 
Au sein des agences, on constate que les annonceurs ont pris une conscience encore plus forte de l’importance des supports digitaux. La communication et le marketing digital n’ont pas connu de baisse, et ont pu être renforcés. On a aussi constaté une forte demande pour de la formation au digital. Des outils ont connu un usage massif : les plateformes de vidéo conférence, Zoom, teams ou Hangout; mais aussi LinkedIn, dont l’usage a progressé, malgré une apparente baisse de budgets média.
 
La communication des entreprises a parfois pris une forme opportuniste, pas forcément à bon escient, mais a plus souvent adopté un ton plus intéressant, plus innovant. Chez SAP, on a communiqué autour des offres spéciales confinement, la mise à disposition gratuite d’outils pour aider les entreprises à traverser la crise. 
 
Peut-on faire abstraction du covid ? Il faudra le faire, la vie ne peut pas tourner autour de ce sujet uniquement. Mais il faudra tenir compte des impacts psychologiques de la crise, et se souvenir de la nécessaire capacité d’adaptation des modèles économiques, pour survivre aux périodes de crise. Des exemples intéressants ont fleuri ça et là, parfois dans des secteurs où on ne l’attendait pas (éducation, restauration).
 
Et dans l’univers de la vente, qu’est ce qui va changer ? On a appris à se “rapprocher à distance”, comme l’explique Sylvie Lachkar, à se passer des visites client, des rencontres lorsque cela n’est pas nécessaire. Cela permet de maintenir un bon niveau d’activité, pour les entreprises déjà digitalisées, comme SAP. Les outils aident à adopter cette approche, mais les outils ne font pas tout. Il faut conserver une véritable discipline de travail, conserver des horaires de bureau, malgré le confinement en famille.
 
Le Covid-19 aura-t-il aidé à rapprocher ventes et marketing ? C’est une nécessité, et une question de survie surtout par les temps actuels. On a vu les directions marketing beaucoup plus impliquées pendant les dernières semaines. Réseaux sociaux, campagnes, ont connu un regain d’activité. Les DSI ont retrouvé, avec la mise en place accélérée du télétravail, une place centrale. L’événementiel va passer du présentiel au virtuel, de manière accélérée, des offres intégrées ont vu le jour, comme Podium (https://conversations.thecroc.com/podium).
 

Evolution de la Relation Client

 
Des espaces de discussion communautaires vont-ils émerger ? C’est possible, si le partage se fait dans la durée, et si on s’éloigne d’un mode de discussion ponctuel. Il s’agit de mieux comprendre besoins et stratégies des clients. Les exemples issus du jeu vidéo, et notamment sur Fortnite ou Discord, peuvent donner une idée de ce vers quoi on va s’orienter. Les webinars connaissent également un très fort regain d’intérêt. Il y aurait peut-être de la place pour un annuaire des webinars disponibles.
 
Qu’est ce qui a changé en matière de relation client ? Elle est devenue de plus en plus digitale. La crise a servi d’accélérateur de la transformation, il n’y avait pas le choix. Les relations sont devenues plus intimes, une certaine solidarité s’est installée, et les liens établis aujourd’hui sont plus forts. Et la prospection en période de crise ? Elle se fait de manière digitale, et pour ceux qui avaient déjà adopté ce mode de prospection, cela ne change pas grand chose. 
 
Enfin le management, en période de télétravail, est appelé à évoluer. Il faut “changer de logiciel”, être à la fois plus présent et plus absent. Savoir s’abstraire du micro-management intrusif, et conserver le lien avec son équipe. Le télétravail est une acceptation implicite de l’autonomisation des collaborateurs. Elle peut être très difficile à atteindre, et cela saute aux yeux. Le télétravail brise les tactiques politiciennes, mais nécessite une écriture plus claire des objectifs individuels.
 

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..