Le marketing doit désormais assumer son rôle de Cultural Broker

par | Mai 2, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Contenu, Influence, CX - Interview

À l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’interviewer Aurélien Gohier, Responsable digital Europe de l’Ouest chez Dassault Systèmes et fondateur de la newsletter et podcast #Industry4Good. Cet expert du marketing industriel revient avec beaucoup de lucidité sur la décennie 2010 du CMO et de la pratique marketing dans le B2B et nous livre ses insights sur les prochains défis à relever.

Bonjour Aurélien. Pour commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ?

Je suis tombé dans le B2B en 2009, avec un fil rouge : j’ai toujours travaillé dans les sciences computationnelles pour des éditeurs qui ont la particularité de servir les industriels.

J’ai d’abord évolué dans le monde du logiciel pour le secteur de la construction, avant d’enchaîner avec l’univers de la réalité virtuelle où j’ai notamment été en charge de l’intégration du marketing de l’entreprise allemande IC.IDO qui avait été rachetée par ESI Group, boîte française de prototypage spécialisée dans la physique des matériaux (1 200 salariés). J’ai créé le service digital chez ESI Group en partant quasiment d’une feuille blanche.

Ma rencontre avec l’univers Dassault Systèmes a eu lieu en 2017. J’y occupe aujourd’hui le poste de Responsable digital Europe de l’Ouest.

Vous avez lancé un certain nombre de projets autour de l’industrie. Pouvez-vous nous en parler ?

En 2015, j’ai développé une activité de « CMO On Demand » pour deux raisons. D’abord, les TPE/PME industrielles n’ont pas forcément les ressources pour enrôler des CMO. Ces structures pouvaient également avoir des difficultés à attirer ces profils, à fortiori lorsque l’on sait que leurs sites sont souvent excentrés, à plus d’une heure de Paris. À l’époque, il n’y avait pas cet engouement pour le nouvel exode rural qui a émergé avec la pandémie. Je suivais jusqu’à six entreprises dans l’année en parallèle de mon travail.

Cette activité m’a permis de donner des conférences autour des thématiques de l’attractivité des marques dans le B2B. L’idée était d’amener la pop culture et les codes du web moderne dans l’univers plus corporate du B2B… un univers que je trouvais passionnant et instructif sur les plans humain, technologique, technique et scientifique mais dont la cosmétique pouvait parfois sembler austère. J’ai essayé d’apporter cette approche à Dassault Systèmes à mon petit niveau.

Ayant une grande appétence pour l’audiovisuel, j’ai créé un podcast en 2016 sur le marketing B2B où j’interviewais des auteurs principalement américains, dans la mesure où ils ont souvent une longueur d’avance sur ce qui se fait en Europe. J’ai enfin lancé une newsletter et un podcast intitulés Industry4Good pour apporter « un regard candide sur l’industrie ». J’ai d’ailleurs eu l’opportunité d’interviewer Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie et des Finances, dans le 4e épisode du podcast sur la thématique de l’investissement dans les startups industrielles. J’ai également eu la chance d’échanger avec des personnalités incroyables comme Anaïs Voy-Gillis ou encore Luc Julia.

1501

Quelle est selon vous la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ?

Ma réponse ne sera probablement pas originale mais je pense sincèrement que le numérique a tout changé, que ce soit sur la partie process ou sur la communication.

#1 Pouvoir (enfin) mesurer le ROI des actions marketing

J’ai fait partie de ceux qui ont implémenté les premiers Cloud CRM il y a plus de 10 ans. On y a mis beaucoup d’énergie pour une raison simple : on allait enfin être capable de déterminer le ROI des actions marketing. Avec ces outils, on entrevoyait enfin la possibilité de démontrer aux Comex que le marketing faisait bien plus que des kakémonos, de l’événementiel et quelques contenus sporadiques.

#2 La nouvelle génération de CMO

Nous sommes passés d’un marketing qui envoyait des emails à un marketing qui touchait une audience inespérée sur les réseaux sociaux. La digitalisation a bousculé les équipes dans la mesure où elle a impacté la typologie des profils recrutés et la palette des compétences attendues. Il y a une dizaine d’années, dans mon secteur, les CMO et les CCO du B2B étaient souvent d’anciens ingénieurs. Est ensuite arrivée une seconde vague de CMO qui n’étaient pas Digital Natives à proprement parler mais qui avaient plus de facilités avec le digital.

#3 L’éternel défi de l’alignement Sales – Marketing

Le digital est un moyen, pas une solution miracle. L’alignement Sales – Marketing dans le B2B reste encore aujourd’hui un défi majeur. On s’est rendu compte qu’il n’y avait pas de recette magique. Il ne suffit pas d’implémenter un CRM performant et de mettre en place des KPIs communs pour la vente et le marketing dans l’optique de casser les silos. Ce raisonnement est anti-anthropologique. Je pense que ce défi est d’abord humain et managérial.

#4 Les modèles économiques vertueux et la centricité client

J’évoquerais également le bouleversement du style managérial qui migre vers la transversalité et le participatif. Je pense que les entreprises qui gagneront la guerre des talents sont celles qui se seront transformées avec des modèles économiques vertueux, pérennes, responsables et qui joueront le jeu de la flexibilité au travail. Je pense enfin que le B2B n’a pas réussi sa transformation vers la centricité client (ni le B2C d’ailleurs…), un sujet qui restera donc à l’ordre du jour dans les dix prochaines années à minima.

BtoB Summit 2022

Une étude HubSpot explique que plus de la moitié des acheteurs B2B ne considèrent pas les commerciaux comme des partenaires de confiance, ce qui les pousse à faire du self-service et à réaliser une grande partie du parcours avant de contacter un prestataire. Diriez-vous que les commerciaux ont perdu leur place dans le parcours d’achat lors de la dernière décennie ?

J’ai toujours évolué dans des secteurs de niche avec des offres complexes et des volumes d’affaires moyens très élevés. Sur ce type d’activité, je pense que les commerciaux n’ont aucun souci à se faire. Ils apportent de l’empathie, de l’analyse et de l’expertise.

Pour élargir un peu le sujet, je pense que les commerciaux ne sont incentivés que sur le ROI financier court ou moyen terme. Tant qu’on restera sur ce paradigme, le commercial sera cantonné à cette image de machine à convertir. En même temps, comment pouvons-nous demander à un commercial d’être un conseiller de confiance lorsque ses structures de bonus sont presqu’exclusivement liées à la vente ? Je pense que l’ère du commercial qui ne fait que vendre va rapidement disparaître.

Sur le volet marketing, le B2B a passé un temps fou à faire de la génération de leads et du Growth Hacking au détriment de la marque employeur et du branding. J’ai l’impression que cette tendance est en train de s’inverser. Le B2B essaie de redevenir cool… sauf qu’on ne redevient pas cool. On l’est ou on ne l’est pas. Le marketing est attendu sur un rôle de transformateur ou de Cultural Broker, pour reprendre la terminologie de Jezewski. Il va devoir transmettre sa connaissance sur les modèles responsables, la sémantique utilisée, l’expérience client, etc.

Comment voyez-vous l’évolution du poste de CMO dans la décennie à venir ?

Aujourd’hui, la dichotomie entre les fonctions marketing et communication débouche sur des communications externes matricielles, complexes et avec des niveaux de discours différents. La communication corporate fait « du beau » et de la marque employeur avec des budgets conséquents et sans contraintes réelles de ROI, tandis que le marketing local doit souvent se contenter d’un budget plus réduit pour faire de la LeadGen . Je pense que c’est une erreur critique.

Les décideurs B2B peuvent recevoir une communication léchée de la part d’une entreprise, puis un emailing LeadGen de piètre qualité de la même structure. Le communicant a une meilleure culture artistique et visuelle, une maîtrise du concept-même de marque. De son côté, le marketeur est plus orienté terrain, avec une culture business et programmatique plus poussée. Je pense donc qu’on se dirige vers la fusion entre le marketeur et le communicant. Le fait que ces deux fonctions soient différenciées est un non-sens. C’est la seule solution pour éviter d’avoir une entreprise à plusieurs vitesses.

Les entreprises sont également appelées à faire preuve de plus de responsabilité dans leur communication, notamment vis-à-vis de l’environnement. La devise « less is more » va sans doute prévaloir. Je pense qu’on ne pourra plus laisser des contenus végéter en ligne pendant des années, ni continuer à envoyer des emailings à des contacts qui n’ont pas interagi avec l’entreprise sur une très longue durée. L’ère du contenu devra engager sa transition environnementale.

 

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..