Le rôle de la confiance pour une coopération efficace

par | Jan 4, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

La magie de la confiance, pour une coopération optimale

Cultiver la confiance au travail est crucial pour s’assurer que les collaborateurs se sentent à l’aise et qu’ils soient à même d’exprimer leurs talents. Un milieu de travail qui fait la part belle à la confiance est censé permettre une certaine souplesse aux équipes, notamment en matière d’organisation. Cette configuration va permettre de renforcer la motivation des collaborateurs et d’améliorer, par ricochet, les performances globales de l’entreprise. Et cela vaut bien évidemment aussi pour les relations avec les prospects et les clients ! Régis Rossi, illusionniste, conférencier et motivational speaker, a d’ailleurs dédié son intervention à ce sujet. Les détails.

Qu’est-ce que véritablement la confiance ?

Pour Régis Rossi, « la confiance est une prise de risque volontaire. C’est un choix ». Pour autant, pour de nombreux managers, le fait de faire confiance à un nouveau collaborateur n’est pas un choix mais une contrainte. Or « la confiance n’a de sens que lorsqu’elle est un pari volontaire sur le comportement à venir de l’autre. La confiance, c’est un engagement partagé. Faire confiance, c’est avoir cette conviction que la coopération avec l’autre amènera à un résultat supérieur à une action menée seul », souligne-t-il.

Dans une équipe, le climat de confiance est en grande partie insufflé par le manager, mais l’équipe ne pourra lui faire confiance que s’il a, lui-même, confiance en lui. En effet, les collaborateurs auront du mal à faire confiance à un manager qui doute en permanence de ses compétences ou de la pertinence de ses décisions. A l’inverse, un collaborateur qui a confiance en son manager, et en lui, va développer sa propre assurance et de nouvelles compétences qui lui permettront d’être largement à la hauteur des missions qui lui sont confiées.

Il faut noter que l’intelligence émotionnelle tient ici un rôle de premier ordre. Cette qualité managériale permet en effet de comprendre les ressentis et de savoir comment les émotions peuvent affecter d’autres personnes, de sorte à créer des relations durables et de confiance.

Régis Rossi souligne ainsi le fait que :

« notre réussite, aujourd’hui, est davantage fondée sur notre intelligence émotionnelle que sur nos capacités intellectuelles ».

La confiance que l’on appelle subjective est accordée de manière naturelle, instinctive, voire « animale ». C’est cette confiance qui permet souvent aux leaders de réussir, à condition toutefois qu’ils réussissent à construire une relation de confiance éclairée avec leurs collaborateurs et leurs clients. Certes, il y a un risque à prendre mais ce dernier peut être minimisé grâce à une arme redoutable, à savoir la communication engageante.

 

La communication engageante, la clé du succès

La communication engageante revêt deux caractéristiques : la communication verbale et la communication non verbale. Dans la communication verbale, les mots, les expressions et les formules choisies engendrent une certaine empathie du collaborateur ou du prospect envers le manager ou le prospecteur.

En invitant un prospect, par exemple, à découvrir un nouveau produit ou service, il est important de trouver les bons mots pour lui expliquer qu’il est libre d’accepter ou de refuser. « Donner le sentiment de liberté à votre interlocuteur renforcera son désir d’engagement. Il accepte et, sans le savoir, il est déjà dans un processus engageant », précise l’illusionniste. Pour réussir cet exercice, il est important de prendre le pouls de votre interlocuteur et de n’intervenir que lorsque les indicateurs sont au vert.

« le langage du corps est perpétuellement décodé par nos interlocuteurs », indique Rossi.

Le langage corporel tient ainsi une place cruciale dans un processus de communication engageante. Il permet de venir renforcer un discours ou une image. De nombreuses études viennent d’ailleurs appuyer le fait que les attitudes ou les comportements transmettent un message, et ce, au même titre que les mots.

Maîtriser la communication non verbale permet ainsi d’accroître l’attention, mais surtout de remporter de l’adhésion et de l’engagement, tout cela dans un climat de confiance. Traduire celles des autres est également un élément capital : cela permet de mieux comprendre et de mieux ressentir les intentions des interlocuteurs, et donc, leurs attentes.

Collaborer ou coopérer ? Telle est la question

Si l’accent est aujourd’hui mis sur la collaboration, nous avons avant tout besoin d’une confiance réciproque, d’autant plus dans un monde en constante digitalisation. Une fois cet objectif atteint, il n’est alors plus question de simple collaboration, puisque l’on passe à un niveau bien supérieur, à savoir celui de la coopération. Les acteurs sont alors en équipe, à l’instar d’un tandem, regardant dans la même direction.

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..