Le top 5 des cauchemars des Directeurs Marketing

par | Mar 24, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Data, Connaissance client, IA - Insights

Brand Keys, cabinet de recherche spécialisé dans l’engagement et la fidélisation des clients, a demandé à 407 CMOs de lister ces « cauchemars qui les empêchent de dormir la nuit ». BtoB Leaders vous propose d’explorer leurs réponses, depuis le calcul du ROI de l’action marketing jusqu’au management hybride en passant par l’IA et la (mé)connaissance client.

#1 Le calcul du ROI de l’action marketing

Sous pression, les CMOs sont appelés à démontrer l’apport de l’action marketing à la Direction Générale pour justifier les investissements et débloquer des budgets. Selon l’étude du CMO Council, le calcul du ROI, ou plutôt du ROMI (Return on Marketing Investment) est la première préoccupation des CMOs. Comme nous vous en parlions ici, un ROI calculé avant que le cycle de vente ne puisse se compléter donnera des résultats non représentatifs de la réalité et conduira à une prise de décision biaisée. Résultat : un ROI artificiellement faible, un top management qui perd confiance et des CMOs découragés, à qui l’on ne donne pas assez de moyens pour performer.

Pour casser ce cercle vicieux, le CMO Council recommande de creuser un KPI parfois négligé : la Customer Lifetime Value (CLV). Calculée (entre autres) en multipliant la valeur client par sa durée de vie moyenne, la CLV est en effet un indicateur de choix pour évaluer l’apport du marketing dans la performance commerciale. Selon cette étude, l’indicateur de la CLV est utilisé par :

  • La majorité des CEOs (53 %) ;
  • Près de la moitié des Directeurs des Ventes (49 %) ;
  • Les Line-of-Business Leaders (44 %) ;
  • Les Responsables du développement commercial (38 %) ;
  • Les Directeurs financiers (35 %) ;
  • Les Chief Revenue Officers (35 %).

 

 

#2 L’impact de la Covid sur le management des équipes

Télétravail, quarantaine, tests en urgence suite à la détection d’un cas positif dans l’entreprise… la Covid a bouleversé le quotidien salariés mais aussi (et surtout) des managers. Une étude réalisée par Dentsu explique que près du quart des CMOs américains (24 %) ont été « significativement affectés » par la Covid. Ils expliquent devoir se focaliser sur « la performance à très court terme » tout en gérant les aspects « logistiques » liés au télétravail, aux outils collaboratifs, à l’adaptation de l’organisation du département marketing aux nouvelles configurations de travail, etc.

La réponse à cette préoccupation est pluridimensionnelle, puisqu’elle accélère la transition vers le concept de l’ « entreprise étendue ». Concrètement, il s’agit d’une structure qui s’étend au-delà de ses frontières physiques, qui fait appel à un pool d’experts externes pour compléter son capital humain interne, etc.

#3 Un périmètre d’action qui s’élargit en permanence

Les CMOs voient chaque année le périmètre de leur métier s’élargir. Comme l’explique le CMO Council, « les CMOs sont désormais des PDGs en devenir ». Pour rester à la page, les CMOs doivent renouer avec la formation continue, qu’elle soit formalisée ou en autodidacte, afin de maîtriser les nouvelles compétences et aptitudes nécessaires à l’exercice de leurs fonctions. Le CMO Council évoque également l’importance des échanges entre pairs, que ce soit à l’occasion d’événements ou sur des plateformes sociales spécialisées comme LinkedIn ou encore Reddit.

L’étude du CMO Council met également en exergue les changements de plus en plus fréquents qui impactent les missions des CMOs au quotidien. Quelques exemples :

  • L’incursion de l’Intelligence Artificielle (IA) et du Machine Learning ;
  • Les bouleversements juridiques qui impactent la collecte de données et donc la LeadGen et les campagnes de publicité. Citons par exemple la récente mis en demeure de la CNIL concernant l’utilisation de Google Analytics, l’entrée en vigueur imminente du règlement européen ePrivacy, les attentes des consommateurs en matière de protection des données, etc.
  • La nécessité d’intégrer de nouveaux profils dans les équipes marketing, notamment sur le volet Data et Growth Hacking, des sujets sur lesquels les CMOs ne sont pas forcément à l’aise.
  • Les études de type « prospective » qui annoncent l’avènement du Metaverse et une disruption imminente de la manière dont les entreprises opèrent.

#4 Comprendre une cible au comportement volatile

Les CMOs sondés par le CMO Council évoquent une difficulté majeure à aller au-delà de la fiche Buyer Persona générique. Si l’explosion de la Data depuis une décennie a permis de mieux gérer la brique de la connaissance client, la pandémie a manifestement bouleversé le comportement des consommateurs (B2C) et des acheteurs (B2B).

Une étude Accenture, résumée ici par BtoB Leaders, explique comment les acheteurs B2B challengent les marketeurs et les commerciaux qui doivent composer avec l’émergence d’un persona de « super-acheteur » plus autonome, plus prudent, plus social et plus exigeant. Les CMOs interrogés regrettent d’ailleurs la performance mitigée de certains moteurs IA qui formulent des recommandations peu pertinentes, voire erronées, au sujet des messages et des contenus à promouvoir.

#5 Trouver la bonne formule en matière d’expérience utilisateur

En 2021, 73 % des dirigeants d’entreprise ont noté un nivellement par le haut des exigences de leur cible en matière d’expérience client personnalisée. Accenture évoque même « un nouveau paradigme de l’expérience client B2B » qui vient remodeler le parcours d’achat, mettant à rude épreuve les équipes marketing au sens large, de l’UX Designer au Copywriter. Les CEOs sont parfaitement sensibilisés à cette question, puisque 90 % d’entre eux estiment que la CX est décisive pour les priorités stratégiques de l’entreprise, et 75 % pensent qu’elle sera encore plus importante dans les deux prochaines années.

Selon le CMO Council, 70 % des Directeurs Marketing n’ont pas encore défini de stratégie CX, et 40 % d’entre eux estiment qu’ils auront besoin de plus d’une année pour y parvenir.

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..