Lead Magnet : ou comment générer du lead en deux temps trois mouvements !

par | Août 5, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

En tant que spécialiste du marketing B2B, vous êtes constamment à la recherche de techniques de génération de leads efficaces et affichant un ROI intéressant. Le dessein ultime reste le même : inciter votre cible à vous soumettre ses données de contact, avec un précieux opt-in si affinités. Parlons aujourd’hui d’une technique intéressante qui s’inscrit dans la logique Inbound : le Lead Magnet.

Ce levier hétéroclite, élégant et à forte valeur ajoutée peut très vite devenir irrésistible pour votre cible, à condition de baser son contenu sur ses préoccupations réelles. Dans cet article, BtoB Leaders vous propose cinq idées éprouvées pour faire de vos Lead Magnets… de véritables aimants à leads !

Qu’est-ce qu’un Lead Magnet ? Quel intérêt pour le B2B ?

Le Lead Magnet est un contenu à forte valeur ajoutée, généralement taillé sur mesure pour un buyer persona précis, que l’on offre à un prospect en échange de ses coordonnées et d’un opt-in pour une campagne emailing, principalement. C’est un levier que l’on active dans le cadre d’une stratégie d’Inbound Marketing. Réalisé dans les règles de l’art, le Lead Magnet peut très vite faire décoller votre base de données. Quel que soit le format retenu, votre Lead Magnet devra avoir l’un des objectifs suivants :

  • Créer une valeur de synthèse. Même s’il n’apporte rien de nouveau, votre Lead Magnet peut simplement centraliser et organiser des informations de manière rationnelle. Il permettra ainsi un gain de temps précieux à votre cible. Exemple : « Le top 5 des meilleures campagnes marketing B2B ».
  • Créer une valeur technique. Votre Lead Magnet peut prendre la forme d’un guide pratique, pas-à-pas, pour accompagner votre cible dans la résolution d’une problématique métier. Exemple : « Comment se lancer dans l’Account-Based Marketing ? ».
  • Résoudre le dilemme de la phase « considération » de l’Inbound Marketing. Votre Lead Magnet jouera ici un rôle pédagogique pour aider la cible à « discriminer » entre les différentes solutions du marché. Votre service y sera subtilement présenté, idéalement en fin de contenu.

Le Lead Magnet : pour parler à 100 % de votre cible

Quel que soit l’approche retenue, votre Lead Magnet vous permettra de cultiver une image d’expert, voire de référent, dans votre secteur d’activité. Et c’est peut-être ici son véritable intérêt. BtoB Leaders se faisait écho, il y a quelques jours, d’une étude intéressante signée Ehrenberg-Bass pour le compte du B2B Institute de LinkedIn. On y apprend notamment que

  • 95 % de votre cible n’est pas à l’écoute du marché au moment « M ». En effet, les entreprises changent de fournisseurs une fois tous les 5 ans, en moyenne. Ainsi, sur une année, 20 % de votre cible est ouverte à votre proposition de valeur. Sur un trimestre, cette proportion passe à 5 %.
  • Concrètement, en vous limitant à un discours Outbound, vous parlez à 5 % de votre cible. En développant des contenus à durée de vie plus longue, comme les Lead Magnets, vous vous adressez à l’ensemble de votre cible. Un acheteur qui n’est pas à l’écoute du marché se connectera volontiers à votre site pour consulter un contenu à forte valeur ajoutée. Vous aurez ainsi plus de chances d’inscrire votre entreprise dans son Top of Mind. Il vous envisagera au prochain changement de fournisseur.

Cinq idées pour un Lead Magnet performant

#1 Le livre blanc « métier »

C’est, de loin, le format de Lead Magnet le plus ambitieux, le plus coûteux mais aussi le plus impactant sur l’expertise perçue par votre cible. Il s’agit le plus souvent d’un e-book d’une vingtaine de pages qui analyse, dans un ton relativement formel, une question spécifique à votre cœur de métier. Il suit généralement un plan en pyramide inversée, du général au particulier :

  • Un édito de l’auteur, généralement le CEO de l’entreprise ;
  • Une phase de contextualisation de la question traitée ;
  • Le traitement du sujet à proprement parler ;
  • Un lien subtil avec la proposition de valeur de l’entreprise ;
  • Une page « commerciale » légère ;
  • Les données de contact de l’entreprise.

#2 Le Lead Magnet « outil pratique »

C’est une arme redoutable pour générer du lead, pour peu que vous trouviez L’IDEÉ. Il s’agit généralement d’un petit outil qui permet à votre cible de réaliser une tâche rapidement, sans prise de tête. Voici quelques exemples intéressants :

  • HubSpot propose un Website Grader. Il prend la forme d’une landing page épurée, avec deux champs : l’URL de votre site et votre email. L’outil scanne votre site web en quelques secondes et le note en fonction de sa performance globale (SEO, expérience mobile, sécurité…).
  • Point de Vente, agence parisienne spécialisée dans l’immobilier commercial, propose à ses visiteurs un outil qui estime instantanément la valeur locative d’un local commercial. Il suffit de localiser le bien sur Google Maps et de saisir son email pour déclencher le calcul.

#3 Les checklists à imprimer

Il s’agit d’une liste d’actions à cocher pour mener à bien un projet : organiser un événement, préparer un webinar, rédiger un article de blog, communiquer sur LinkedIn, etc. Faites en sorte que la checklist soit imprimable, avec des cases à cocher. Le logo de votre entreprise doit être visible en pied de page. HubSpot a par exemple eu des résultats impressionnants avec sa « Checklist ultime pour organiser un webinar ».

#4 Les études de cas

Moins courantes, notamment pour des raisons de confidentialité, les études de cas sont indubitablement la meilleure preuve de votre valeur ajoutée. Les études de cas documentent la manière avec laquelle vous avez résolu la problématique d’un client. Il s’agit d’un contenu quasiment intemporel, qui pourra d’ailleurs se greffer à l’arsenal de vos commerciaux pour faire la différence en rendez-vous.

#5 L’essai gratuit

Certes, c’est un Lead Magnet assez vintage, qui ne réinvente pas la roue. Il reste néanmoins très efficace pour une simple raison : l’essai gratuit rassure, surtout dans ce contexte turbulent où les budgets sont optimisés, rationalisés, parfois bridés. Si votre offre n’est pas compatible avec ce format, vous pouvez toujours proposer une démonstration de produit, voire offrir un « échantillon » gratuit, le cas échéant.

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..