Industriels : il est temps d’activer le puissant levier de la Marketplace !

par | Mar 19, 2022 | | ABM & LeadGen - Business Case

Ce Business Case présenté dans le cadre de la 9e édition du BtoB Summit (2021) revient sur la collaboration entre Optimachines, entreprise spécialisée dans la vente de machines-outils, et L’Expo Permanente, solution de mise en relation leader sur l’industrie.

Optimachines x L’Expo Permanente en quelques mots

Fondée il y a 20 ans, Optimachines est une PME dynamique qui propose la plus large gamme de machines-outils, d’accessoires et d’équipements d’atelier en Europe (plus de 5 000 références). L’entreprise compte 35 salariés et dispose de deux sites en France, dont son siège situé à Bondues, près de Lille, qui s’étend sur 4 000 m².

Créée en 2007 par l’Usine Nouvelle, L’Expo Permanente est une solution de mise en relation leader sur l’industrie. Elle permet aux professionnels d’entrer en contact avec leurs futurs clients. L’Expo Permanente revendique plus de 600 000 visiteurs uniques chaque mois, dont 78 % de décideurs en achats B2B. L’entreprise compte une centaine de collaborateurs et réalise environ 300 000 mises en relation par an répondant chacune à 6 niveaux de contrôle qualité. L’Expo Permanente a été représentée par Cédric Duquenne, Business Unit Manager.

Une inflexion de la stratégie engagée en 2019 pour poursuivre la croissance

Dans un contexte de digitalisation et de bouleversement du comportement des acheteurs B2B, les fournisseurs de produits industriels doivent gagner en visibilité et occuper les premières positions sur Google. La marketplace s’impose donc comme un levier à la fois puissant et incontournable pour leur offrir cette visibilité et leur permettre de développer leur activité.

« Optimachines est une PME assez représentative du tissu économique français et des clients de L’Expo Permanente », débute Cédric Duquenne. L’entreprise a connu une croissance continue de 2002 à 2018 avec une stratégie bien éprouvée, ciblant les TPE/PME avec un ticket d’entrée inférieur à 10 000 €. Côté marketing, la stratégie était basée sur des actions relativement traditionnelles comme le catalogue, la publicité magazine et le bouche à oreille. « Ce modèle montrait des premiers signes d’essoufflement, ce qui a poussé Optimachines à donner une inflexion à cette stratégie en 2019 », explique le Business Unit Manager de L’Expo Permanente. Dans le détail :

  • Elargissement vers de plus grands comptes ;
  • Montée en gamme, prix jusqu’à 100 000 € ;
  • Revoir la stratégie marketing sur deux axes :
    • Notoriété: presse plus spécialisée ;
    • Génération de leads depuis des plateformes digitales comme L’Expo Permanente pour outrepasser les limites du bouche à oreille.

Les défis à relever pour Optimachines

Comme l’explique Cédric Duquenne, Optimachines a dû relever les défis communs aux entreprises qui font le choix d’activer le levier de la marketplace :

  • Sélectionner les bons partenaires ;
  • Mettre en place les process de suivi et d’exploitation des leads ;
  • Mesurer le ROI, à fortiori dans un cycle de vente allant de quelques semaines à plusieurs mois.

Le retour d’expérience sur Expo Permanente

Cédric Duquenne a énuméré les trois principaux retours d’Optimachines sur sa collaboration avec L’Expo Permanente :

  • Un démarrage facile. « La refonte du site web réalisé en amont par Optimachines a été un facteur important, avec notamment le référencement de l’ensemble des produits», explique le Business Unit Manager de L’Expo Permanente. Le travail sur le contenu est en effet un prérequis indispensable pour la LeadGen.
  • Un outil puissant. Cédric Duquenne a rapporté les propos d’Eric Lasnon, Directeur Marketing d’Optimachines, qui s’est réjoui du flux de leads régulier et qualifié ainsi que du back-office complet (informations détaillées sur les leads, statistiques, KPIs, etc.). « Ce qui fait notre différence, c’est que l’on opère un contrôle de chaque lead : est-ce que la société existe ? L’acheteur potentiel est-il bien un professionnel ?», complète Cédric Duquenne.
  • Une solution adaptée à Optimachines. « Nous disposons d’une gamme de produits vaste, les plateformes plus généralistes et moins professionnelles sont beaucoup moins intéressantes à l’arrivée», explique Eric Lasnon.

« Maintenant sur nous sommes convaincus que la solution fonctionne, aussi bien du côté de nos performances commerciales qu’en termes de retour sur investissement, la question qui se pose désormais est : comment faire encore mieux ? », conclut Eric Lasnon d’Optimachines.

Optimachines x L'Expo Permanente - Vidéo

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..