La data est-elle (toujours) le Saint Graal des acteurs du B2B ?

par | Juil 16, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Interview, Podcast

Pour cet épisode de MARCOM LE PODCAST, Alexis Dussourd a reçu Jonathan Delmas, Directeur France de ADQUALITY, et Alban Peletier, CEO de Antvoice. Retrouvez l’édito ainsi que le sommaire du podcast dans cet article !

Editeurs et annonceurs : hégémonie des GAFAM couplée au durcissement de la contrainte légale

En ligne de mire pour les GAFAM : la manne illimitée de la publicité

Capitalisant sur leur position centrale dans la mise à disposition de contenus professionnels mais aussi de divertissement, les GAFAM ont ouvert la voie à la collecte des données personnelles. En ligne de mire : des revenus virtuellement infinis via la publicité.

S’est alors développé un vaste écosystème d’entreprises spécialisées dans le marketing digital et, plus spécifiquement, dans l’optimisation des campagnes pour les annonceurs dans un environnement toujours plus compétitif. Cette « couche » d’intermédiaires participera au déploiement, voire à la vulgarisation des solutions de traitement de la data.

C’est donc tout naturellement que les annonceurs, n’ayant ni les moyens ni la technologie pour rivaliser avec les GAFAM, ont orienté une bonne partie de leurs investissements webmarketing, puis marketing, sur ces plateformes. Progressivement, les budgets marketing ont donc vu la sous-catégorie « webmarketing » cannibaliser les autres. Ainsi, fin 2020, 55 % des investissements marketing étaient consacrés au digital. Si cette tendance est enclenchée depuis deux décennies, la pandémie a agi en catalyseur, lui faisant gagner plusieurs années.

Evolution à deux vitesses entre les GAFAM et les éditeurs/annonceurs

Bien entendu, la publicité en ligne alimentée par la data devrait s’imposer sur plusieurs décennies. Son marché continue de croître avec des taux à deux chiffres, si ce n’est plus, d’une année à l’autre. Seul ombre au tableau : la protection des données privées. En effet, les entreprises et leurs prestataires spécialisés évoluent parfois en zone grise, avec un jeu d’équilibre parfois laborieux. C’est donc tout naturellement que l’Union européenne a mis en place le Règlement Général sur la Protection des Données, plus connu sous le sigle de RGPD. Déployée en France en 2018 à travers la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL), cette directive a déjà asséné de lourdes amendes aux contrevenants, nombreux malgré l’accompagnement des entreprises sur deux ans pour qu’elles puissent se mettre en conformité.

Bien que contraignant, le RGPD ne devrait pas obliger les GAFAM à revoir leur copie sur la protection des données, leurs sièges étant bien implantés hors UE. Les actions en justice des éditeurs et annonceurs envers les GAFAM se sont d’ailleurs multipliées en conséquence. Résultat : on reste sur une évolution à deux vitesses. Les GAFAM, d’une part, poursuivent sur leur lancée et innovent pour mieux collecter, traiter et exploiter la data collectée. D’autre part, les annonceurs restent tributaires du bon vouloir des GAFAM, car au retard technologique et financier s’ajoute désormais la contrainte légale qui a d’ailleurs été renforcée au premier trimestre 2021 par la CNIL (dispositifs de consentement notamment). Rappelons également que Google a annoncé la fin de la collecte des fameux cookies tiers à l’horizon 2023.

Les deux invités de la semaine

Pour l’épisode de la semaine de MARCOM LE PODCAST, et en plus de votre revue de presse habituelle, Alexis Dussourd a organisé un débat sur cette thématique décisive pour la reprise post-Covid. L’idée était de soumettre la question de l’attrait de la collecte de la data pour les CMO et les directions marketing B2B dans le contexte détaillé plus haut. Deux spécialistes en la matière ont débattu :

  • Jonathan Delmas, Directeur France de ADQUALITY, agence digitale parisienne spécialisée dans le SEA, SMA, SEO et Programmatique ;
  • Alban Peletier, CEO de ANTVOICE, spécialiste du Predictive Targeting pour cibler les internautes avant la déclaration d’intention.

Au sommaire de l’épisode de la semaine…

Les deux invités ont apporté leur éclairage sur l’état d’esprit actuel des annonceurs dans un contexte inédit, marqué à la fois par une reprise économique hésitante mais aussi par le durcissement de la réglementation sur le consentement des internautes. Alban Peletier est notamment revenu sur la forte dépendance des annonceurs envers la data tierce (fournisseurs de data ou directement depuis les GAFAM), la data first restant souvent très modeste.

De son côté, Jonathan Delmas est revenu sur le gap important entre le discours extrêmement complexe et poussé de la CNIL et la maturité toute relative des annonceurs face à la data. Il a également expliqué l’émergence d’une nouvelle brique « juridique » chez les annonceurs, qui doivent désormais identifier les données légalement exploitables à la lumière de la nouvelle réglementation en vigueur. « Les clients sont parfois perdus, et viennent demander à leurs prestataires des conseils qui dépassent la stratégie marketing puisqu’il s’agit de conseil purement légal », explique-t-il.

Alexis Dussourd a également abordé avec ses deux invités le scope de la stratégie marketing hors GAFAM. Comme l’explique Jonathan Delmas, il y a bien entendu un budget incompressible qui va chez les GAFAM. « Mais il y a également d’autres choses qui fonctionnent ». Il a par exemple évoqué les campagnes sur Spotify, la webradio, Criteo, etc. « Nous devons aujourd’hui accompagner les CMOs sur l’ensemble de leur plan média, et pas seulement être des prestataires de service dans la gestion des comptes Google au CPC ». Et à Alban Peletier de rebondir : « Tout le monde est sur les mêmes emplacements, au même moment, sur le même site et sur les mêmes mots-clés […]. Il y a une inflation des budgets mais pas du nombre de requêtes […], d’où l’intérêt d’aller chercher des internautes ailleurs ».

Retrouvez l’intégralité du podcast ici !

Alexis DUSSOURD

MARCOM LE PODCAST

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..