Marketing B2B : les neurosciences plaident en faveur du format vidéo

par | Sep 10, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

C’est sans doute le sujet de fond le plus récurrent depuis une petite année sur BtoB Leaders : la porosité de la frontière entre le B2B et le B2C. Cette tendance, désormais flagrante, se mesure par la multiplication des contenus « faciles à consommer », par le shift vers la création d’expériences riches et engageantes, par de nouveaux codes publicitaires moins corporate, par une appétence des réseaux sociaux professionnels pour les formats grand public (Stories sur LinkedIn) et par l’incursion du format vidéo. C’est à ce dernier point que nous allons nous intéresser aujourd’hui.

Dans tous les guides destinés aux professionnels du marketing, l’utilisation du format vidéo caracole souvent en tête. Cette recommandation a-t-elle un soubassement scientifique ? Décryptage…

Le format de contenu, un levier décisif pour « surfacer » à l’ère de l’infobésité

Le prétendu déclin de l’email marketing a été professé à plusieurs reprises depuis le milieu des années 2010. Et pourtant, comme nous vous l’expliquions ici, ce canal n’a jamais autant eu le vent en poupe. C’est même le canal « le plus efficace » pour 45 % des marketeurs B2B selon l’étude « State of Lead Generation » réalisée par Ascend2. Mieux : il affiche un ROI impressionnant, apportant 43 € pour chaque euro dépensé, à en croire le rapport « Marketer Email Tracker ». Ces chiffres dithyrambiques font que l’email fait plus que de la résistance : il suscite un engouement sans précédent. Comment donc « surfacer » alors que les boîtes de réception sont submergées de dizaines, voire de centaines d’emails par jour ?

Il n’y a pas de secret : les emails les plus intrigants, qui suscitent la fameuse FOMO* et qui véhiculent un sentiment d’urgence sont les plus ouverts, les plus lus et, par ricochet, ceux qui suscitent le plus de réponses. Les autres finissent dans la corbeille, puis, par la force de l’IA et du Machine Learning, dans l’onglet « Social », « Promotions » ou « Spams », entamant la portée organique de votre communication. Parmi les leviers à actionner, il y a le format du contenu envoyé. Et à ce niveau, c’est la vidéo qui caracole en tête pour des raisons… biologiques ! On s’explique.

Les neurosciences lèvent le mystère sur l’efficacité marketing de la vidéo

90 % des informations transmises au cerveau sont visuelles

Un recoupement de plusieurs études scientifiques nous permet de mesurer l’impact de la communication visuelle sur le cerveau humain (voir cette infographie signée EKLOS)

  • 90 % des informations transmises au cerveau sont visuelles ;
  • Notre cerveau traite l’information visuelle jusqu’à 60 000 fois plus vite que le texte ;
  • L’humain mémorise mieux ce qu’il voit (80 %) en comparaison avec ce qu’il lit (20 %) et ce qu’il entend (10 %) ;
  • Sur le web, les contenus visuels suscitent 94 % plus d’engagement que les contenus textuels.

Pour aller plus loin, nous vous proposons une synthèse d’une étude neuroscientifique réalisée par B2B Decision Labs qui a tout particulièrement attiré notre attention.

La vidéo neutralise l’ « expérience désagréable » de la boîte de réception

Les chercheurs ont équipé 39 décideurs B2B d’appareils médicaux pour mesurer l’intensité de leur interaction avec un contenu marketing :

  • Une casquette EEG (électroencéphalogramme) pour enregistrer les ondes cérébrales ;
  • Un ECG (électrocardiogramme) pour l’enregistrement du rythme cardiaque ;
  • GSR (un système de mesure de la réponse galvanique) pour mesurer la conductivité de la peau ;
  • Un système d’oculométrie ou « Eye tracking » pour étudier le regard et le comportement oculaire (parcours des yeux, points de fixation, etc.).

Voici une synthèse des principales conclusions de cette expérience inédite :

  • Pour 100 % des décideurs B2B sondés, l’ouverture de la boîte de réception est une expérience négative, quel que soit le format de l’email. Sans être traumatisante, l’action de lire son courrier en ligne est qualifiée de « déplaisante ». L’émetteur peut toutefois neutraliser cette connotation négative (voir le point suivant).
  • La vidéo induit une légère remontée d’adrénaline. Mais il y a plus intéressant : l’impact positif de la vidéo ne se limite pas à sa durée. En effet, lorsqu’un prospect visionne une vidéo envoyée par email, il passe d’un état émotionnel négatif à une état plus neutre pendant plusieurs minutes. Vous le mettez ainsi dans de meilleures dispositions pour consulter un contenu textuel adossé à l’email.
  • Environ 46 % des participants se sont rappelés des détails les plus importants d’un email textuel lu 48 heures auparavant. Ce pourcentage monte à 59 % pour l’email vidéo.
  • Les vidéos qui intègrent un contenu « neutre » de quelques secondes (écran blanc, arrêt sur image…) performent mieux que les montages dynamiques et saccadés.
  • Dans les emails textuels, les données oculométriques montrent que le lecteur se concentre principalement sur le début des paragraphes. Il retient plus volontiers les phrases courtes. Oubliez donc les compléments circonstanciels et revenez souvent à la ligne.
Vidéo b2b 1

Dans cette heatmap, on voit bien que l’attention (rouge) couvre une bonne partie de l’email (phrases courtes et retours à la ligne).

Vidéo b2b 2

En revanche, cette heatmap montre une attention qui faiblit à mesure que les phrases s’allongent. Elle couvre moins de 20 % du contenu.

Pour conclure…

Face à l’infobésité et au magma des emails reçus au quotidien, il est de plus en plus difficile de surfacer pour faire la différence. Ce que démontre cette étude, c’est que vous n’êtes pas simplement en concurrence avec les autres emails reçus par votre cible. Vous devez en effet composer avec l’expérience intrinsèquement négative et anxiogène de l’email lui-même. Heureusement, ce contretemps peut être neutralisé par des messages vidéo et textuels qui respectent les bonnes pratiques listées plus haut.

*FOMO (Fear Of Mission Out), parfois traduite en « anxiété de ratage », désigne la peur de passer à côté d’une belle opportunité, notamment commerciale dans le cas de l’email marketing.

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..