Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

par | Juin 20, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Data, Connaissance client, IA - Interview

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie.

Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ?

Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance).

Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software.

Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ?

Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse complète aux enjeux marketing et communication des annonceurs :

  • Acquisition et conversion au travers de la data, des dispositifs marketing et communication, des sites web ;
  • Fidélisation par la connaissance client et la data science au service de la performance marketing (scoring, typologie Néoprisme®, segmentation…) ;
  • Expérience client notamment en facilitant les parcours clients au travers des API d’aide à la saisie.

Nous assistons à l’émergence d’un persona de super-acheteur B2B. Ce prospect exigeant, informé et autonome attend une approche hyper-personnalisée de la part des Sales et du Marketing. Comment s’adapter à ce contexte ?

Je partage entièrement ce constat. J’ai d’ailleurs publié une tribune il y a quelques semaines ou j’évoque cette hyper-personnalisation. Je pense qu’il suffit de se mettre en empathie avec son audience pour identifier la posture à adopter. En somme, il s’agit de communiquer avec nos clients comme nous souhaitons que nos prestataires communiquent avec nous.

Je suis plus encline à répondre aux commerciaux qui s’intéressent à ma problématique et font l’effort de comprendre, ou d’essayer de comprendre mes enjeux. Les commerciaux qui adoptent une logique de conseil et de partenariat sont de facto dans la personnalisation de la relation.

Je pense aussi que les bons commerciaux ont cette capacité d’adapter leur approche à l’état d’esprit de leur interlocuteur au moment « M ». Certains prospects sont réceptifs aux approches commerciales offensives, d’autres doivent être séduits sur la durée.

Vous avez réalisé une enquête sur la maturité Data des entreprises françaises (4,7/10 en 2021 contre 3,5/10 en 2020). Nous restons donc en dessous de la moyenne malgré une légère amélioration. Quelles sont selon vous les principales difficultés que rencontrent les entreprises françaises sur cette thématique ?

Je pense qu’il s’agit avant tout d’une problématique de bande passante. Les professionnels en charge de ces sujets ont déjà beaucoup à faire. Il y a également un manque de maturité sur l’utilité de la Data pour la performance globale.

Charge à des acteurs comme nous de faire de la pédagogie et d’évangéliser pour faire prioriser ce besoin, y compris auprès des grandes entreprises qui ne sont pas toujours sensibilisées au potentiel de la Data. Je pense aussi que les grandes écoles ne favorisent pas forcément la culture de la décision Data-Driven.

Le BtoB Summit célèbre cette année sa 10e année. Quelle est selon vous différence majeure entre le Directeur Marketing du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ?

Je vous épargne la réponse évidente de la transformation digitale (rires)… et je vous réponds « Data », même si je pense que l’adoption de la donnée ne s’est pas faite pour les bonnes raisons. Je pense en effet que c’est l’entrée en vigueur du RGPD qui a fait réagir le marketing plutôt qu’une réelle prise de conscience.

Par la force des choses, le CMO a mesuré l’importance de la connaissance client. Les nouvelles restrictions sur le mass mailing l’ont par exemple poussé à mieux travailler son ciblage et à personnaliser son message pour doper le taux de transformation et générer le même nombre de conversions sur des audiences beaucoup plus réduites.

Je dirai enfin que le CMO est aujourd’hui beaucoup plus attentif aux comportements de la cible sur le web pour alimenter la brique de la connaissance client… là où les marques étaient autrefois obligées d’attendre l’arrivée du client au magasin pour mieux appréhender ses attentes.

 

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..