Lu pour vous : McKinsey énumère 5 « idées reçues » sur le e-commerce B2B

par | Jan 31, 2022 | | E-commerce - News, Vente et Management commercial - News

Le numérique est le fer de lance de la croissance des ventes B2B. Dans ce papier, BtoB Leaders vous résume une publication de McKinsey qui énumère 5 « idées reçues » sur le e-commerce B2B.

Idée reçue #1 : le e-commerce est rare dans le B2B

Ce n’est pas vrai ou, en tout cas, pas aux Etats-Unis. En effet, près des deux tiers (65%) des entreprises B2B américaines, tous secteurs confondus, disposent de « capacités de commerce électronique » (définies comme l’exécution complète d’une transaction de vente en ligne). 

Ce chiffre est en hausse par rapport aux 53 % enregistrés début 2021. Stimulés par la vague massive d’adoption du numérique au cours des deux dernières années, les décideurs B2B ont accéléré l’exécution de leurs calendriers numériques, y compris sur la partie Sales. Ils sont plus enclins à proposer des canaux de commerce électronique pour répondre aux exigences des acheteurs.

Idée reçue #2 : les acheteurs B2B préfèrent les interactions en présentiel

Ce n’est pas le cas. Deux tiers des entreprises choisissent délibérément le numérique ou l’interaction à distance lorsqu’elles ont le choix. Elles le font d’ailleurs à chaque étape du parcours d’achat. Globalement, le commerce électronique est perçu comme étant le canal de vente le plus efficace en B2B selon McKinsey.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Il est temps de remettre de la punchline dans le B2B !

 

Idée reçue #3 : un site e-commerce « basique » peut faire l’affaire

Faux. Les recherches de McKinsey démontrent que la majorité des entreprises B2B traitent le commerce électronique comme un canal à part entière et investissent en conséquence. Alors que les partisans de cette idée reçue adoptent une approche lente et ad-hoc sur ce point, les « entreprises championnes » mettent les bouchées doubles. En effet, 80 % d’entre elles déclarent que leur canal de commerce électronique répond à des normes identiques ou supérieures à celles des autres canaux, notamment en matière de disponibilité des produits et des services, prix, garanties de performance, expédition et livraison et recommandations personnalisées.

Idée reçue #4 : le e-commerce est réservé aux achats répétitifs ou à faible valeur marchande

Ce n’est plus le cas. Les acheteurs professionnels se sont affranchis de toutes les craintes qu’ils pouvaient avoir à l’idée d’effectuer des transactions importantes en ligne. Plus d’un tiers (35 %) se disent aujourd’hui prêts à dépenser 500 000 dollars ou plus en une seule transaction sur les canaux numériques, un chiffre qui n’a cessé de croître au cours des 12 derniers mois. Aussi, 15 % des décideurs n’hésitent pas à effectuer des achats d’une valeur supérieure à 1 million de dollars en ligne.

Idée reçue #5 : les places de marché numériques ne sont qu’un complément

Les acheteurs B2B disent le contraire. Ils considèrent les places de marché numériques comme un élément important du mix d’achat. Ainsi, 60 % des acheteurs B2B indiquent qu’ils sont prêts à acheter sur des marketplaces numériques, soit à peu près le même pourcentage que ceux qui achètent sur les sites web des fournisseurs (64 %).

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..