L’optimisme managérial : vecteur de performance ?

par | Fév 26, 2021 | , | Vente et Management commercial - Insights

Pour rebondir, dopez votre optimisme managérial !

Outre la transformation digitale, le travail collaboratif ou encore la communication, l’optimisme managérial constitue un vecteur de performance pour les entreprises. Cette approche managériale, basée sur l’optimisme du dirigeant à l’égard de ses collaborateurs, a pour objectif de constituer une équipe confiante pour une meilleure productivité. Cet optimisme managérial permet aussi des prises de décisions pertinentes, particulièrement en temps de crise. Pourquoi faut-il opter pour ce type de management ? Quels sont ses avantages et ses caractéristiques ? Voici quelques éléments de réponse.

L’optimisme managérial : l’intérêt d’une transposition dans l’entreprise

Par définition, l’optimisme est considéré comme un état d’esprit caractérisé par une perception positive des événements qui surviennent au cours de la vie.

Lors de son Talk, lors des RIM 2020 (Rencontres Internationales du Marketing & Sales BtoB), Jean Philippe Ackermann, spécialiste Optimisme Managérial, aborde cet état d’esprit, son fonctionnement et son importance dans le monde des entreprises. Il témoigne par son expertise de la puissance de l’optimisme dans les prises de décisions pour les chefs d’entreprise, en soulignant qu’il s’agit souvent de l’unique possibilité de surmonter les difficultés de l’entreprise et la pression ressentie, aussi bien au niveau individuel que collectif.

« L’optimisme est une forme de courage qui donne confiance aux autres et mène au succès »
Robert BADEN-POWELL

L’optimisme s’apparente à une forme de résistance face à l’anxiété et aux attitudes passives. L’optimisme managérial permet généralement de sortir de sa zone de confort pour accéder à de nouvelles compétences et inspirer ses équipes.

La pensée positive est donc importante dans l’entreprise ! En adoptant un management optimiste, le chef d’entreprise, de façon consciente ou inconsciente, va créer les conditions nécessaires à une performance d’équipe optimale.

Autre point positif, il permet aussi à chaque individu de donner le meilleur de lui-même, de quoi atteindre haut les mains les objectifs fixés. C’est un choix et une vision d’avenir accessible à tous, dont les résultats sur la vente, la productivité ou encore l’efficacité en entreprise.

L’optimisme managérial : que disent les chiffres ?

« Cette façon de penser donne des résultats », assure le spécialiste en optimisme managérial. De multiples études réalisées par Harvard mettent en effet en lumière les entreprises qui ont délibérément mis l’optimisme au cœur de leur management. Le management optimiste va donc avoir un impact sur plusieurs critères.

Côté ventes :

C’est en moyenne une augmentation de 37% qui est constatée, tandis que la productivité enregistre une croissance de 31%. Ces phénomènes s’expliquent par un meilleur bien-être des collaborateurs qui ont davantage envie de s’investir dans l’entreprise. On peut encore citer parmi les retombées positives une hausse de 19% de l’efficacité.

Côté absentéisme :

L’absentéisme chute de 26% et le turn-over de 6%. En d’autres termes, l’optimisme managérial s’avère être un moyen efficace d’engager et de fidéliser ses collaborateurs ou encore de participer à la construction collective d’une attitude positive sur le lieu de travail. Car l’optimisme est contagieux ! En effet, un chef d’entreprise optimiste donne à ses collaborateurs une raison de l’être à leur tour, de quoi donner de l’entrain à leur engagement.

Il aide également l’entreprise à faire des choix pertinents en matière de recrutement du personnel et constitue surtout « un outil de management puissant au service d’un leadership positif et durable ».

L’optimisme managérial : Comment faire de vos échecs des pistes de réussite ?

La vie en entreprise n’a jamais été un long fleuve tranquille. Il y a toujours de bons et de mauvais moments, des événements heureux et des périodes compliquées, ou encore des imprévus qui ne sont pas forcément du ressort du chef d’entreprise. Cependant, la suite des événements dépendra de sa manière de réagir face à situations complexes. Car « ce ne sont pas les événements qui troublent les hommes, mais l’idée qu’ils s’en font », selon Epictète, cité par Jean Philippe Ackermann.

Au risque de se répéter, l’optimisme managérial permet de booster l’équipe et transformer un point faible en atout. Pour que cela fonctionne, le dirigeant doit :

  • s’intéresser davantage aux opportunités plutôt qu’aux menaces,
  • regarder les solutions plutôt que les problèmes
  • tout simplement de s’attarder sur le positif dans chaque situation plutôt que de faire une fixation sur les points de blocage.

Selon J.P. Ackermann, pour se frayer un chemin vers la réussite via l’attitude optimiste, il est important de garder à l’esprit les éléments suivants :

  • avoir une pensée positive,
  • répandre des émotions dynamisantes,
  • avoir une belle énergie,
  • entreprendre des actions massives.

L’optimisme managérial de l’équipe doit constamment porter les valeurs du leader positif, c’est-à-dire le droit à l’erreur, la créativité, la bienveillance

Les difficultés que connaissent les entreprises sont pour la plupart liées au mindset du dirigeant. Et il ne faut pas perdre de vue, comme le rappelle J. P. Ackermann, que « la réussite passe par le bien-être des salariés et l’optimisme du dirigeant ».

« Le succès n’est pas final, l’échec n’est pas fatal, seule compte la force d’avancer »
Winston Churchill

Alors, entre voir le verre à moitié plein ou à moitié vide, votre choix sera déterminant pour la suite des événements.

Pour rebondir, dopez votre optimisme

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..