Les clés pour rebondir après le Covid-19

par | Jan 20, 2021 | | Stratégie - Insights

Optimisme et esprit d’entreprise, clés du rebond post-Covid

La situation que nous traversons tous est hors du commun. La pandémie mondiale du Covid-19 a profondément transformé le monde, tant au niveau économique qu’humain, entraînant de nombreuses mutations dans le domaine professionnel. Le monde de demain va ainsi être marqué par cette expérience et ne sera jamais le même que celui que nous connaissions. Comment faire face et rebondir ? Comment garder et insuffler espoir et optimisme dans un contexte anxiogène et complexe ? Le point dans cet article.

#1 La crise sanitaire, un accélérateur de tendances

« On pense tous que le XXIe siècle a démarré il y a 20 ans, mais ma conviction, c’est qu’il a débuté pour les Français le 15 mars dernier. Quand le président de la République décide de sacrifier l’économie pour sauver des vies », déclare Philippe Bloch, expert du management et du service client.

Et d’ajouter que « Les Américains avaient l’habitude de désigner ce siècle comme étant celui de « VUCA », pour volatilité, incertitude, complexité et ambiguïté. Nous sommes encore dans le monde d’entre-deux. Nous ne savons pas vraiment ce que sera le monde d’après, mais il sera ce que nous voulons en faire. »

La crise du Covid-19 a notamment accéléré différentes tendances dont le télétravail, le Cloud, l’e-commerce, etc. Nous sommes entrés dans un siècle sans boussole où la maîtrise du réel s’estompe avec l’apparition du virtuel. Tout comme le local avec l’omniprésence du mondial et le sens avec l’incertitude. On a également perdu la maîtrise du temps lent avec le poids croissant de l’immédiateté et le sens du collectif avec la primauté du chacun pour soi.

Les modes de consommation ont aussi évolué avec cette crise et les consommateurs sont désormais en quête d’utilité avec une forme de minimalisme qui s’installe. Les besoins de traçabilité, de simplicité et de quête de sens sont en train de s’accélérer. C’est un peu aussi une crise de la mobilité et de la vitesse, puisque le monde s’est arrêté pour la première fois.

En revanche, la place des soft skills en business n’a pas changé dans un monde de plus en plus numérique. L’intelligence émotionnelle, la bienveillance ainsi que les événements relatifs au Covid-19 ont déclenché un besoin d’humanité pour envisager l’avenir dans un monde de plus en plus brutal et difficile.

#2 Faire preuve d’optimisme et d’audace pour rebondir

Autre fait marquant : jamais une pandémie n’a touché l’ensemble de la population mondiale simultanément. En temps de crise, les entrepreneurs doivent être des émetteurs d’optimisme et de bonnes nouvelles, et être capable d’exporter de l’enthousiasme. « Nos salariés attendent que l’on porte une vision, un espoir, une résilience. Même si c’est plus difficile aujourd’hui et qu’il faut se mobiliser tous les jours pour avancer », explique Philippe Bloch. (Voir l’article “L’optimisme managérial”)

Pour Philippe Bloch, il faut sortir de cette crise par l’audace, une audace impulsée par les entrepreneurs, dont le métier consiste à prendre des risques. « Surprotéger affaiblit et entreprendre aguerri. Il faut certes protéger les plus faibles, mais les plus robustes doivent repartir au combat. Rien ne sera simple pour autant », estime-t-il. Nos vies vont s’équilibrer différemment, les formats vont s’hybrider et tout le monde va découvrir que l’on peut travailler autrement.

De même, il faut savoir qu’aujourd’hui, le client veut être enthousiasmé au sens du « wow effect ». La vraie clé de l’optimisme client, c’est de ne pas trop promettre et de délivrer plus (under promise and over deliver). La relation client est ainsi caractérisée par de la « simplexité », un mélange de simplicité et de complexité. Si les clients veulent se simplifier la vie, les entreprises sont face à une problématique : plus il y a de la croissance, plus il y a de la complexité. La complexité crée des process et les process vont à l’encontre du bon sens.

#3 Faire de la contrainte une opportunité

Désormais, chacun doit adopter la posture de l’entrepreneur afin de faire de la contrainte une force et d’offrir de l’optimisme aux clients afin qu’ils reviennent. Mais comment rester optimiste et serein dans le contexte difficile de l’épidémie ?

Philippe Bloch assure qu’il a tiré plusieurs enseignements de ses expériences passées. Il considère que c’est dans l’adversité que se révèlent nos ressources et nos capacités.

« Lorsqu’on n’a plus d’argent, ce qui est le cas pour à peu près tout le monde en ce moment, l’imagination prend le pouvoir. La contrainte amène le talent à condition de penser autrement. On n’apprend jamais de ses succès… ».

L’agilité est la clé pour pouvoir rebondir, au même titre que l’innovation de rupture. Les entreprises qui parviennent à cela, tout en misant sur l’Humain et les soft skills, sauront répondre aux nouvelles attentes des clients. Il ne faut pas oublier que si le digital a explosé au cours des derniers mois, l’enjeu est malgré tout de maintenir le lien social et d’y insuffler de l’émotion.

Les clés pour rebondir après le Covid-19

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..