Le Personal Branding dans le B2B : ultime catalyseur de compétitivité ?

par | Août 20, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

La pandémie de la Covid-19 n’a pas forcément généré de nouvelles tendances… mais elle a indubitablement accéléré celles qui étaient déjà enclenchées, au premier rang desquelles le virage digital des entreprises. Cette assertion est désormais un marronnier que l’on se plaît à énoncer à chaque analyse, billet de blog ou chronique… elle n’en reste pas moins vraie. Ce focus sans précédent sur le digital a fait surfacer des techniques jusque-là réservées aux entreprises pionnières ou, du moins, justifiant d’équipes marketing conséquentes. Le Personal Branding au service des Sales en fait partie.

Paradoxalement, la digitalisation effrénée des échanges a fait naître chez les professionnels un besoin de réassurance. Le manque de contact a remis l’humain au centre des échanges, même à distance. In fine, et quand bien même le B2B concerne, par définition, des personnes morales, ce sont des femmes et des hommes qui sont aux commandes, avec leurs aspirations, leurs préoccupations, leurs affinités, leurs craintes, leurs incertitudes. Le Personal Branding, ultime catalyseur de compétitivité ? C’est le dossier de la semaine !

Brand Marketing Vs. Personal Branding

Commençons par une analyse comparative entre le Brand Marketing et le Personal Branding :

  • Le Brand Marketing, ou marketing de marque, s’intéresse à votre entreprise en tant qu’entité. Il vise à la rendre identifiable par son nom, sa charte graphique, son slogan, son style de communication, son storytelling ainsi que toutes les caractéristiques subjectives qui nourrissent son image et le sentiment qu’elle suscite auprès de sa cible. Le marketing de marque mobilise des stratégies pour doper la notoriété de l’entreprise et la différencier de ses concurrents.
  • Lorsqu’il est appréhendé dans le cadre d’une stratégie marketing d’entreprise, le Personal Branding, ou l’image de marque personnelle, vise à travailler la visibilité et la réputation d’une figure de l’entreprise pour en faire un atout compétitif. Il s’agit généralement du CEO et/ou des meilleurs représentants commerciaux. Appréhendé dans le cadre d’un plan de carrière, le Personal Branding peut prendre la forme d’une initiative personnelle d’un professionnel avec pour objectif d’améliorer son employabilité, tout en faisant profiter son entreprise de sa visibilité.

Le Personal Branding et l’art du Leadership éclairé

Pour paraphraser les spécialistes du marketing stratégique, le macroenvironnement actuel est très favorable au Personal Branding. Tout d’abord, en tant qu’entreprise B2B, vos clients sont bien entendu d’autres entreprises. Cependant, c’est bien un interlocuteur humain qui prendra la décision (ou pas) de collaborer avec vous. Comme vous, ce décideur n’est pas complètement rationnel dans sa prise de décision. Son logiciel n’est pas exclusivement porté par les caractéristiques techniques de votre offre. Il aura forcément tendance, à un certain degré, à faire confiance à une personnalité qu’il perçoit comme experte ou référente dans son secteur d’activité.

Une excellente étude signée Edelman (que vous pouvez consulter ici) nous fournit des insights très intéressants sur l’importance de la communication « métier » des collaborateurs sur LinkedIn :

  • 49 % des décideurs B2B sont influencés dans leur décision d’achat par la qualité des contenus publiés sur LinkedIn par leurs fournisseurs potentiels ;
  • 89 % des décideurs B2B disent que la qualité des contenus publiés par leurs fournisseurs potentiels sur LinkedIn influence positivement leur perception de l’entreprise en question ;
  • 59 % des décideurs B2B conviennent que la communication des collaborateurs sur LinkedIn est un excellent indicateur des capacités et du savoir-faire d’une entreprise, bien plus que sa communication marketing.

Les 5 règles d’or du Leadership éclairé, ou comment relever le pari du Personal Branding

Ce « contenu expert » tant convoité, essence même du Personal Branding dans le B2B, a un nom : le Thought Leadership, parfois traduit en Leadership éclairé. Voici ses 5 règles d’or :

  1. Premièrement, le Leadership éclairé ne peut avoir pour objet qu’une niche bien déterminée. Pour qu’elle soit pertinente, crédible et porteuse, l’expertise doit se limiter à un périmètre réduit. C’est une condition sine qua non pour garantir un lectorat fidèle, et donc des prospects ultra-qualifiés.
  2. Ensuite, si le contenu doit être « expert », il ne doit pas être cryptique. Il doit en effet s’accommoder de la culture web, et être facile à consommer (dans un contexte B2B). Osons le mot : une dose de vulgarisation est nécessaire pour ne pas perdre le lecteur. La prise de parole dans le cadre du Personal Branding doit être riche dans le fond, mais elle doit aussi piocher dans la punchline, le format intuitif et, dans la mesure du possible, une certaine légèreté.
  3. Aussi, le Leadership éclairé cultive l’espoir et l’enthousiasme, même lorsqu’il traite de sujets à priori négatifs. La prise de parole doit avoir une couleur positive, avec un ton bienveillant et des formulations de type « opinion ». On oublie donc les tournures péremptoires, sauf si l’on énonce des vérités absolues et factuelles.
  4. De même, le Personal Branding ne peut s’affranchir de l’échange, de l’interaction et du partage. Concrètement, votre activité ne doit pas se résumer à vos posts et articles Pulse sur LinkedIn. Naviguez dans le contenu de vos confrères, félicitez-les pour la qualité de leurs publications et apportez votre contribution, le cas échéant.
  5. Enfin, le Personal Branding est subtil et élégant. Il ne saisit pas TOUTES les occasions de prise de parole pour pitcher l’offre de son entreprise, mais il assume son appartenance. A l’évidence, le positionnement du curseur est un processus itératif. Il y a un équilibre à trouver dépendamment de votre audience.

Enfin, il faut garder à l’esprit que le Personal Branding se construit sur le temps long. Il n’y pas de secret : le succès dépend ici de votre talent. Eloquence, maîtrise de votre cœur de métier et sens de la formule définiront la vitesse à laquelle votre prise de parole se diffusera de manière organique sur LinkedIn. Au fil de l’eau, la prise de parole publique débouchera sur des messages privés avec un taux de conversion… vertigineux. A vous de jouer !

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..