Le planning stratégique pour améliorer sa productivité

par | Avr 12, 2021 | | Stratégie - Insights

Optimiser sa productivité grâce au planning stratégique

Le planning stratégique apporte de nombreux bénéfices à une campagne marketing. C’est souvent la première étape à accomplir lorsque l’on travaille sur un nouveau projet. Le planning stratégique aide à définir les buts à atteindre et la façon de les atteindre. Il trace une ligne claire pour les équipes en établissant une vision cohérente. Il construit ensuite un consensus autour de cette vision et en donnant les moyens nécessaires à l’accomplissement du but recherché.

Examinons en quoi le planning stratégique se révèle être un atout pour accroître la productivité de l’entreprise.

Qu’est-ce que le planning stratégique ?

Le planning stratégique consiste à collecter des données issues de sources variées et à leur donner un sens en fonction du brief fourni. Le but est de parvenir à faire ressortir une vision d’ensemble de ce « fourre-tout » documentaire en apportant un regard original sur la problématique étudiée.

Pour y parvenir, le planneur stratégique s’informe constamment des dernières tendances grâce à une veille poussée. Il étudie également les concurrents et les évolutions de la société pour les intégrer dans la campagne. Il pourra alors mettre en avant son propre point de vue.

C’est ainsi qu’il parvient à déceler ce que les autres n’auront pas vu pour raconter une histoire originale qui marquera les esprits.

Quels sont ses objectifs ?

Pour résumé, le planning stratégique fixe des objectifs et définit les moyens pour les atteindre. Dès le départ, il permet d’élaborer la ligne directrice de l’entreprise qui guidera de manière compréhensible les équipes concernées. Cela oblige à une certaine prise de recul par rapport aux tâches quotidiennes afin de définir quelles actions sont prioritaires.

Ainsi, plusieurs aspects doivent être pris en compte afin d’assurer le succès du planning stratégique :

  • Bien observer l’environnement. Se focaliser uniquement sur les résultats sans prendre la peine de bien analyser l’environnement est une erreur. Il est important de bien analyser le marché, les dernières tendances chez les consommateurs, etc.
  • Réévaluer son planning stratégique régulièrement. Un planning stratégique n’est pas quelque chose, qui une fois qu’elle est élaborée, peut être oublié. Il faut constamment en évaluer la pertinence et s’en servir pour évaluer la performance de son équipe et sa productivité.
  • Impliquer les bonnes personnes. Un planning stratégique ne se construit pas seul, isolé de ses collaborateurs. Vous devez recueillir l’avis de chacun et ne pas simplement leur demander d’exécuter votre plan à l’aveugle. Votre équipe doit se sentir impliquée et savoir que le manager est là pour répondre aux questions, sans la laisser dans le flou.
  • Mesurer les résultats. Construire un planning stratégique sans périodiquement en mesurer les résultats ne sert strictement à rien. Il faut mettre en place des moyens pour vérifier l’efficacité du plan et assurer son exécution jusqu’à son terme.
  • Ne pas viser trop haut. Il est important de se fixer des objectifs atteignables. Ce qui ne vous empêche pas de vous challenger. C’est pour cela qu’il ne faut pas hésiter à réévaluer un planning stratégique trop ambitieux.

Comment le planning stratégique améliore la productivité

Identifier ses forces et ses faiblesses

Le planning stratégique permet tout d’abord d’identifier les forces et les faiblesses de l’entreprise. Il est important de réaliser une autocritique constructive afin d’identifier les points à améliorer et les moyens pour y parvenir.

Impliquer et responsabiliser les collaborateurs

Le fait d’impliquer les équipes dans les processus permet également de les responsabiliser davantage. Cela développe un environnement de travail positif en rapprochant les différents membres de l’équipe. Les collaborateurs se montrent alors plus impliqués dans l’élaboration du planning stratégique. Ils en comprennent les tenants et aboutissants et peuvent suivre au jour le jour son développement. Ainsi, ils parviennent à se l’approprier plus efficacement.

Une meilleure gestion du temps

Disposer d’un planning stratégique permet également d’améliorer sa gestion du temps. En effet, être conscient de la façon dont le temps est utilisé est crucial pour prioriser les tâches à accomplir et ainsi parvenir à atteindre l’objectif final.

Un meilleur suivi du projet

Mettre en place un tableau de suivi des progrès, dans lequel sont consignées toutes les étapes à accomplir, est absolument essentiel. Ce tableau permet de savoir précisément si l’on est sur le bon chemin, et le cas échéant ce qu’il faut faire pour y parvenir. Il permet également de mesurer précisément le temps nécessaire à un collaborateur pour accomplir une action.

Un sentiment d’accomplissement

D’une manière plus générale, réussir à exécuter un planning stratégique procure un sentiment d’accomplissement. Le fait d’exécuter des tâches une par une donne le sentiment que l’on se rapproche pas à pas du but final. Comme autant de petites victoires sur soi-même et sur le temps, qui comme chacun le sait est par nature limité. Au lieu de rechercher la perfection absolue, il est en effet plus facile de réaliser une tâche puis de passer à la suivante. Quitte à revenir à une tâche déjà accomplie si l’on sent que l’on peut l’améliorer.

Avec seulement 24 heures dans une journée, il est nécessaire d’apprendre à travailler le plus efficacement et simplement possible. Ceci réduira le stress causé par des processus compliqués, qui font perdre du temps inutilement et ralentissent la progression du projet. Un planning stratégique implique de penser les choses de façon simple et efficace. C’est le gage certain d’une augmentation d’efficacité, donc de productivité.

Lire aussi : “L’optimisme managérial, vecteur de performance en entreprise ?

Le planning stratégique pour améliorer sa productivité

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..