Pre-sales et commerciaux, l’heure de la réconciliation

par | Avr 30, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

Comment améliorer la collaboration entre les équipes pre-sales et les commerciaux ?

Il peut arriver que des tensions adviennent entre les équipes commerciales et celles que l’on appelle pre-sales. C’est-à-dire les équipes chargées d’analyser les besoins du client afin de lui fournir la solution qui lui conviendra le mieux.

Ces tensions peuvent être l’occasion d’échanges fructueux, quand elles se font dans le respect mutuel et dans un esprit constructif. Trop de frictions, et l’on tombe dans le ressentiment et un jeu de ping-pong infini dans lequel les participants se renvoient la balle (« C’est pas ma faute, c’est la sienne »). Pas assez, et chacun finit par travailler dans son coin, l’entreprise perdant en réactivité et en agilité.

Alors, comment maintenir un niveau de tension suffisant pour créer une émulation entre les équipes, sans paralyser complètement l’entreprise ? Conseils.

Que font les équipes pre-sales exactement ?

La clé d’une vente réussie passe la compréhension des besoins du client, et la capacité à y répondre avec un produit/service adapté. Ce qui implique en premier lieu de posséder une expertise profonde de son secteur d’activité.

Les équipes pre-sales ont justement pour rôle d’analyser avec attention le client et de comprendre son besoin pour élaborer une réponse adaptée. Cette analyse peut se faire grâce à la collaboration des équipes de vente. L’offre proposée doit être la plus détaillée et la plus personnalisée possible.

En BtoB, les activités de pré-vente contribuent souvent à la fidélisation des clients existants. Cependant, elles diffèrent des activités ventes à plusieurs égards. Alors que la vente est plutôt émotionnelle, la pré-vente est plus technique. L’approche de la vente est plus étroitement liée à l’établissement de relations, au développement de la confiance et à la capacité de conclure la vente.

Qu’est-ce que le processus de pré-vente ?

Le processus de pré-vente couvre toutes les activités qui ont lieu avant la conclusion de la vente. Il s’agit notamment de tâches telles que :

  • la prospection et la qualification des prospects,
  • la recherche de produits,
  • l’étude de marché,
  • l’analyse des données et des clients,
  • la préparation de scripts d’appel,
  • l’identification des solutions aux problèmes des clients,
  • l’élaboration d’une proposition de vente unique

L’objectif du support avant-vente est d’aider les équipes commerciales et de marketing à trouver, gagner et renouveler les clients. Un processus de pré-vente efficace joue un rôle essentiel dans l’identification et l’exploitation d’opportunités ainsi que dans l’accélération du processus de vente.

Définir clairement les rôles de chacun

Afin d’éviter que les équipes se renvoient la balle en cas de problème, il est important de définir avec précision le rôle de chacun. Il faut également s’assurer que chaque équipe a bien compris quel était son rôle. On peut également définir les domaines ne relevant ni des équipes de vente ni des équipes de pre-sales, afin de lever toute ambiguïté.

Rédiger un résumé d’appel d’offres clair

Il faut commencer par la rédaction d’un résumé d’appel d’offres, afin de définir la direction à prendre. Ce résumé doit être rédigé par les équipes de vente, car ce sont elles qui ont la relation client entre les mains. Au besoin, on peut s’aider d’un logiciel dédié aux appels d’offres.

On va ensuite passer en revue les questions à se poser sur la base du contenu de l’appel d’offres, ainsi que les réponses à apporter. Le service d’avant-vente pourra alors examiner ces réponses et les comparer aux directives établies par le service commercial dans le résumé.

Réunir les équipes de vente et de pré-vente pour les faire dialoguer

Il est crucial que les équipes sales et pre-sales collaborent sur les appels d’offres. Elles pourront définir chacune leurs attentes, clarifier leurs rôles et échanger de précieuses informations sur le prospect et l’historique de la relation. C’est l’occasion de s’accorder sur la manière de se différencier de la concurrence dans la réponse qui va être apportée.

S’impliquer dans la réponse aux demandes

Les équipes de vente commettent parfois l’erreur de ne plus s’intéresser à une demande dès qu’elles l’ont communiqué aux équipes de pré-vente ou à celles chargées de rédiger une proposition.

Or, les équipes commerciales doivent également apporter leur expertise dans la réponse à l’appel d’offres, tout comme doivent le faire les équipes juridiques, celles chargées de définir une tarification, etc. Là encore, un logiciel dédié aux appels d’offres peut être d’un grand secours. Il réunit dans une bibliothèque de réponses toutes les propositions faites par les différentes équipes impliquées dans le processus de vente.

Evaluer les résultats de l’appel d’offres

Dès que la réponse de l’émetteur de la demande est connue, il est important de s’interroger ensemble sur la façon dont cet appel d’offres a abouti. Peu importe que la réponse soit positive ou négative.

Faire ce bilan permet en quelque sorte aux équipes de « boucler la boucle » et de réfléchir à ce qui doit être gardé ou amélioré. Si le contrat est signé, c’est l’occasion de souligner le rôle des équipes de pre-sales dans le processus, et leur rappeler leur importance dans la réalisation d’une vente.

Bien entendu, il est important de prendre en compte ces éléments dans la réponse aux prochaines demandes. L’intérêt est de ne pas reproduire les mêmes erreurs et d’appliquer ce qui a fonctionné précédemment.

Une meilleure collaboration pour de meilleurs résultats

Une proposition gagnante est souvent le résultat d’un travail d’équipe efficace entre les différentes parties à l’origine de cette proposition. Finalement, plus les équipes de pre-sales et les équipes commerciales collaborent, meilleures sont les offres proposées, et meilleurs sont les résultats finaux.

Lire aussi : “Comment tirer profit du RevOps ?

 

Pre-sales et commerciaux réconciliés

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..