Les erreurs à éviter pendant la prospection à distance ! 

par | Avr 7, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

Prospection à distance : 4 erreurs qui peuvent tout gâcher 

Les nouvelles opportunités qui entrent régulièrement dans le pipeline ont longtemps été à l’origine du succès des équipes de vente. Mais avec la forte numérisation du processus d’achat, cette donne a changé.  

Dans un monde virtuel, les vendeurs se montrent déterminés et proactifs pour construire un pipeline solide. Les salons professionnels ou les événements de réseautage ont eux aussi touchés par cette virtualisation. Ils ne sont plus suffisants pour aller au contact des prospects. Certains vendeurs ont vite compris ce principe et l’ont intégré plus facilement. En revanche, d’autres ont encore du mal à s’y adapter et commettent plusieurs erreurs dans le processus de prospection à distance. 

Voici les 4 erreurs les plus courantes et comment faire pour ne pas tout gâcher. 

1. Un mauvais état d’esprit 

L’état d’esprit est une prédisposition mentale qui peut tout changer dans une situation de vente. Même s’il ne détermine pas tout, il peut avoir un impact décisif sur les objectifs fixés et la réussite en général. 

Dans la vente, avoir le bon état d’esprit est nécessaire pour réaliser davantage de chiffres, surtout lorsqu’il s’agit d’approche proactive. Les meilleurs vendeurs ont le plus souvent des objectifs bien définis et une réelle conviction de les atteindre. Malheureusement, ils sont nombreux à rater des opportunités, à cause d’un état d’esprit peu conquérant pendant la prospection. Or, il est essentiel de décupler sa motivation pour réussir cette mission importante du travail de la vente. 

Que disent les chiffres à cet effet?  

  1. 82 % des acheteurs sont prêts à rencontrer les vendeurs qui les contactenten amont de leur décision d’achat
  2. La satisfaction des prospects augmente à 83%, lorsqu’ils sont approchés de façon proactive
  3. 71 % des acheteurs veulent interagir avec les vendeurs dès le début du processus d’achat.

D’après l’étude du RAIN Group Center for Sales Research, «Top Performance in Sales Prospecting». 

2. Une mauvaise organisation du travail de prospection 

Pour attirer l’attention d’acheteurs très informés et occupés, il faut une véritable campagne d’attraction. Un email périodique ou une demande sur LinkedIn ne suffisent plus. Il vaut mieux opter pour une séquence organisée de messages, déployée sur plusieurs canaux de communication, avec une offre à forte valeur ajoutée.  

 Pour ce faire, voici les étapes à suivre

  1. Créer une liste des personnes à prospecter
  2. S’intéresser aux acheteurs et comptes existants, anciens acheteurs, opportunités passées et les cibles à forte valeur ajoutée
  3. Organiser les cibles et créer une offre personnalisée pour chaque acheteur, son secteur et sa situation professionnelle.

Ensuite, il faudra déterminer les moyens nécessaires pour contacter ses cibles et à quelle fréquence. L’email, LinkedIn et le téléphone peuvent être utilisés pour créer une séquence de communication. 

3. Peu ou pas de valeur ajoutée 

L’objectif de la prospection numérique est d’attirer l’attention de l’acheteur et de le convaincre d’accepter un rendez-vous. La réussite de cette démarche dépend en grande partie de la valeur offerte au-delà du message de vente.   

Que recherchent les acheteurs ? Pourquoi doivent-ils faire confiance à l’entreprise? Qu’est-ce qu’ils ont à gagner ? Plus les vendeurs répondent aux questions existentielles des acheteurs, plus ils améliorent leurs chances d’obtenir une entrevue. 

La personnalisation du contenu est un élément essentiel du processus. Il peut s’agir d’un contenu partagé sur son profil LinkedIn ou d’une mention de son compte dans l’actualité, par exemple. Il est tout aussi intéressant pour le vendeur de proposer un contenu sur son expertise et qui serait bénéfique pour l’acheteur. 

4. Une mauvaise gestion du temps et de l’énergie 

Selon les statistiques, deux tiers des entreprises déclarent que leurs vendeurs consacrent peu de temps ou d’énergie à la prospection. C’est le principal défi du succès commercial. 

Les vendeurs les plus performants font de la prospection proactive une mission régulière de leurs activités. Ils sont généralement très organisés, planifient les tâches spécifiques et y consacrent régulièrement du temps. De cette façon, ils gèrent mieux leur planning, tout en intégrant la prospection dans leurs habitudes quotidiennes. 

Avoir un bon état d’esprit, créer une campagne attractive en équipe avec le service marketing, proposer de la valeur ajoutée et gérer efficacement son temps de travail, sont là les quatre étapes pour fructifier les efforts de prospection à distance.

Lire aussi : Le smarketing : développez les passerelles entre les directions marketing et commerciales sur l’acquisition”

prospection à distance, les erreurs à éviter

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..