L’impact de la vente à distance et de la visio sur la satisfaction client

par | Oct 12, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

A l’occasion de l’édition 2021 des Rencontres Internationales du Marketing (RIM), les différents intervenants ont exploré la perception de la digitalisation du rendez-vous commercial par les prospects et clients du B2B. C’est Alain Marbach, CEO d’Elée, qui s’est chargé de restituer les conclusions du groupe de travail Booster Academy sur cette problématique commune à toute la profession. Quel est donc l’impact de la vente à distance et du rendez-vous en visioconférence sur la satisfaction client ?

Les clients ne perçoivent pas « l’enthousiasme » des vendeurs à distance

Le Workshop qui inauguré ce grand dossier sur les défis commerciaux de 2022 s’est appuyé sur l’étude réalisée par Booster Academy* autour de la thématique. Ce travail de recherche, réalisé entre novembre 2020 et mars 2021, a révélé que les clients attendaient du commercial qu’il les accompagne pour mieux définir leurs besoins, que ce soit en présentiel ou en distanciel. Interrogés sur la performance des commerciaux pendant la pandémie, les sondés estiment percevoir moins d’enthousiasme de la part de leurs interlocuteurs à distance.

Le groupe de travail Booster Academy a par ailleurs rappelé que 29 % des clients ont le sentiment de n’avoir pas obtenu toutes les informations dont ils avaient besoin en rendez-vous à distance. Cette proportion est quatre fois plus élevée qu’en présentiel (7 % seulement). « Les clients se disent globalement moins satisfaits du delivery et de la performance des commerciaux 18 mois après une vente conclue à distance. », explique Alain Marbach. « La découverte est moins bien réussie en visio, et nous avons des difficultés spécifiques sur la soutenance, notamment sur les sujets techniques ».

 

A  lire également sur BtoB Leaders : Quelle organisation commerciale optimale pour performer ?

 

Le rendez-vous commercial à distance : une compétence nouvelle

A l’évidence, le rendez-vous commercial à distance n’est pas une simple adaptation logistique du rendez-vous présentiel. Il s’agit bien d’une compétence nouvelle, qui s’avère d’autant plus décisive que le télétravail est amené à perdurer dans une configuration hybride et au-delà de la pandémie. Pour conclure, le Workshop Booster Academy a formulé ses deux recommandations pour mieux performer à distance :

  • Mieux travailler le profiling du client pour mieux ajuster son discours. Il s’agit « d’être beaucoup plus dans le lâcher-prise en début d’entretien» ;
  • Soigner l’image projetée en visioconférence: se positionner devant la caméra (plutôt qu’en biais), utiliser un fond d’écran corporate (Alain Marbach recommande un angle sur les parties « les plus cosy » des locaux de l’entreprise).

Enfin, l’équipe commerciale doit faire montre d’une capacité à travailler en omnicanal. Certains clients, notamment les plus jeunes, sont plus à l’aise avec une approche multicanal (Microsoft Teams, WhatsApp, appel téléphonique) plutôt qu’avec un email certes rigoureux et complet mais finalement peu « consommable ».

*Etude réalisée par Booster Academy, l’EM Lyon et l’Ecole des Psychologues Praticiens sur 60 professionnels B2B.

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..