Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

par | Mai 10, 2022 | | ABM & LeadGen - Interview, Contenu, Influence, CX - Interview

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France.

Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ?

Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002.

J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France.

BtoB Summit 2022

Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ?

La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO.

Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres.

Une fois que l’on a dit cela, je pense que la dernière décennie a apporté quatre grands changements dans la fonction du CMO :

  1. La quête de sens, le lien entre l’entreprise, ses employés et ses clients. Le concept de symétrie des attentions fait son chemin. Nous avons également assisté à l’émergence d’un « mindset de sustainability » avec une Entreprise plus responsable, par exemple sur l’événementiel et les campagnes d’emailing. J’évoquerai également le critère de la confiance qui devient primordial dans le relationnel, que ce soit en interne ou avec les partenaires externes au sens large.
  2. L’ouverture de l’entreprise, que ce soit en cassant les silos en interne ou en densifiant la collaboration avec ses partenaires, ou ses « coopétiteurs ». Il faut aussi noter que les concurrents ne sont plus forcément aussi bien identifiés qu’il y a 10 ans. Des concurrents dans un domaine peuvent être des partenaires dans un autre. J’intègre également dans cette ouverture le côté inclusion et diversité dans la démarche de l’entreprise.
  3. L’accélération (ou la volatilité). Plusieurs technologies qui étaient émergentes il y a 10 ans sont aujourd’hui matures. Ce constat induit certains changements sociétaux (comme le travail à distance) qui poussent les différents métiers de l’entreprise à évoluer en conséquence. Le marketing, qui consiste finalement à mettre en relation un prospect avec un commercial, doit être en mesure d’intégrer ces changements sociétaux pour générer du business et/ou contribuer au rayonnement de la marque. Le Data-Driven Marketing est aussi un levier pour faire face à cette accélération et s’assurer de lancer des touches marketing pertinentes. On notera aussi l’omniprésence de la mesure du marketing tout au long du « funnel ».
  4. L’hybridation, que ce soit dans la configuration de travail, dans l’événementiel ou dans le parcours client. Cette omnicanalité du parcours physique et digital fait que le marketing doit être en mesure de suivre le prospect de bout en bout.

Voilà donc pour les changements. Quelles sont les constantes qui ont perduré ?

Je pense que l’alignement Sales – Marketing est resté prioritaire. Même si les techniques ont évolué, le défi reste le même : aligner et créer des synergies entre l’action commerciale et marketing pour générer du business. Malgré les évolutions dont nous avons parlé, l’alignement Sales – Marketing reste un fondamental qui mérite toute l’attention des dirigeants.

L’importance du travail sur la marque figure également parmi les constantes de ces dix dernières années. Le branding est par exemple un moyen intéressant de répondre à l’impératif de la quête de sens et de l’engagement sociétal que j’ai évoqué. Bien sûr, c’est un peu moins évident de relier le travail sur la marque au business généré, mais il prend tout son sens dans le contexte que nous vivons actuellement. On se rend compte que les marques dites « historiques » peuvent être rassurantes lorsque l’environnement est turbulent.

Comment voyez-vous l’évolution du poste de CMO dans la décennie à venir ?

Je pense que l’évolution du CMO sera très intéressante dans les dix années à venir, en partie grâce à ce lien direct avec les Sales. Le CMO continuera d’être au cœur du business, que ce soit dans la LeadGen ou le travail de la marque, deux domaines clés de la création de valeur.

 

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..