Savoir reconquérir ses clients perdus

par | Mar 1, 2021 | , | Data Marketing, Vente et Management commercial - Insights

Comment regagner vos clients perdus ?

Perdre des clients fait partie du lot commun des entreprises. C’est un fait, mais pas une fatalité ! Malgré leur départ, ils représentent des clients potentiels, et ce, bien plus que de simples noms d’une liste de démarchage… Sans oublier qu’il reste moins chronophage de reconquérir vos clients que de chercher de nouveaux prospects ! Si l’idée semble alléchante, reste encore à savoir comment procéder… Car une stratégie de reconquête, ou de « winback », est à bien préparer pour que les résultats soient optimaux. Le point en détail dans cet article.

Se pencher sur les clients perdus : une opportunité à ne pas manquer !

Acquérir un client est une démarche de longue haleine qui repose sur diverses stratégies. Cela prend du temps et c’est un réel investissement financier. Cette démarche peut coûter cinq fois plus cher que d’en conserver un ! C’est pourquoi il peut être intéressant de se pencher de manière plus approfondie sur les clients perdus, qui restent une cible porteuse d’opportunités. A ce sujet, il est important de calculer le taux d’attrition, qui correspond aux clients perdus au cours d’une période donnée. Ce chiffre permet de déceler d’éventuels dysfonctionnements au sein de l’organisation et surtout de réagir afin d’y remédier.

Bon à savoir : pour calculer le taux d’attrition, il faut diviser le nombre de clients perdus par le nombre de clients total sur une période donnée (en général, sur l’année).

Il faut savoir que si le taux de désabonnement est diminué par exemple de seulement 5%, les bénéfices vont augmenter de 25 à 95% selon Small Business Trends !

Les étapes pour partir à la reconquête de ses clients

Quelles sont les étapes pour réussir à reconquérir un client perdu ? Voici quelques pistes à initier au sein d’une organisation.

#1 La data, encore et toujours

Les clients perdus sont donc une potentielle manne pour vous. Mais attention, ce n’est pas le cas de tous. C’est pourquoi il est important de les connaître en recueillant les informations nécessaires afin de comprendre pourquoi ils sont partis et lesquels sont susceptibles de revenir.

La méthode RFM est particulièrement indiquée. Elle permet de segmenter les clients selon la Récence (la date de la dernière commande), la Fréquence (des commandes) et le Montant. Cette analyse va vous permettre de comprendre les habitudes d’achat et ensuite de répartir les clients en différents groupes.

#2 Analyser les raisons de départ des clients

Comme nous l’avons évoqué précédemment, tous les clients perdus ne sont pas à même de revenir, notamment du fait du motif de leur départ.

Un client peut en effet avoir plusieurs raisons de départ. Ces raisons peuvent être raisons personnelles, professionnelles, parce qu’il n’a plus besoin du produit ou du service. Ou parfois, à cause d’une mauvaise expérience avec l’entreprise…  6 clients sur 10 se détournent d’une entreprise du fait d’un manque de considération ressenti ou d’une mauvaise gestion de la relation client. L’impact ne va pas être le même selon la raison de départ. Cette dernière va ainsi avoir un rôle déterminant sur le fait que le client revienne ou non auprès de l’entreprise.

Il est alors impératif de connaître ce motif de départ, notamment en envoyant au client une enquête ou un entretien de sortie. Ce questionnaire doit être axé sur les motifs de déception mais aussi sur les avantages qui l’ont séduit dans les offres de la concurrence. Afin d’optimiser le taux de retour, il est conseillé d’inclure une mesure d’incitation. En découlent de précieuses données qui vont permettre de définir la stratégie à initier pour réduire le taux de désabonnement ou d’attrition.

#3 Fidéliser les clients

Une fois le parcours client connu et les problèmes identifiés, il convient de penser des stratégies marketing afin de regagner les clients perdus. Pour ensuite les fidéliser.

La fidélisation est un enjeu crucial. Selon de récentes études, une croissance de 5% de la fidélisation augmenterait les bénéfices de 25 à 55%. Et surtout, fidéliser un client coûte trois fois moins cher que de trouver un nouveau client…

Il est alors nécessaire d’assurer un suivi minutieux et particulier des clients pour parvenir à les fidéliser. Le partage de témoignages ou d’avis positifs laissés par des clients peut être intéressant. En cela qu’ils procurent un sentiment rassurant et de confiance. (Lire le business case sur “Les moyens efficaces de conquérir et fidéliser“)

#4 Jouer sur la peur de manquer

L’une des stratégies pour reconquérir les clients va reposer sur la technique du FOMO. Le « fear of missing out », ou « peur de rater quelque chose », représente la peur de manquer quelque chose en ligne. Face à l’avènement du digital, notamment des réseaux sociaux, les professionnels se sont emparés de ce syndrome pour en faire une véritable stratégie marketing.

Les notifications push sont un levier intéressant. Elles permettent de jouer par exemple sur la rareté d’un produit ou service ainsi que sur l’urgence d’une offre promotionnelle. C’est également une approche indiquée lors d’une séquence d’abandon de panier.

#5 Savoir inciter les clients à revenir

Pour motiver les clients à revenir, il est nécessaire de leur proposer des offres susceptibles de les intéresser. Mais pour appuyer encore plus cela, il faut les inciter au travers de remises ou de cadeaux par exemple.

Le client doit se sentir désiré, le contenu et les visuels doivent être pour cela attractifs, voire même captivants !

En résumé, pour réussir à reconquérir les clients, il est nécessaire de les considérer. Cela passe par l’écoute, une prise en charge rapide et efficace ainsi que la prise en compte de leur avis. Il est en outre capital de savoir récompenser leur fidélité et d’encourager les commentaires, en faisant preuve d’initiatives créatives et innovantes.

Comment reconquérir ses clients perdus

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..