Les fausses bonnes idées sur la récupération des données !

par | Mar 15, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

3 mythes sur la récupération des données qui empêchent les entreprises de se protéger

Les entreprises considèrent les données comme des outils très important pour développer leurs activités. Leur perte peut devenir particulièrement problématique. Heureusement, il existe des logiciels spécifiques pour les récupérer et plusieurs entreprises sont spécialisées dans le domaine.

Cependant, beaucoup de fausses informations circulent autour de la récupération de données et peuvent mal préparer à la perte des données. Parlons-en !

Pourquoi la récupération des données est-elle si importante ?

La perte de données dans les entreprises peut être consécutive à une erreur humaine, une défaillance matérielle ou une réinitialisation de système. Une telle situation n’est pas sans conséquences. Cela peut non seulement entacher la réputation de l’entreprise, mais également avoir une incidence financière importante pour les dirigeants. D’où l’importance de récupérer les données lorsqu’elles sont perdues. Malheureusement, 43% des entreprises ne maîtrisent pas cette opération informatique, selon des chiffres relayés par le site siecledigital.fr. Les difficultés qu’elles rencontrent pour restaurer leurs données varient, pouvant être une simple formalité ou un réel défi technologique.

D’autre part, de nombreux mythes existent autour de la récupération de données disque dur. Ce qui n’aide pas les entreprises à se prémunir. Les connaître pourrait être une première étape pour se protéger correctement contre la perte des données. Découverte !

1. Il est impossible de récupérer des données perdues

De nombreuses personnes pensent à tort que les entreprises ne peuvent plus jamais récupérer les données qu’elles ont perdues. Ce n’est pas tout à fait exact.

En effet, des fichiers stockés sur un lecteur ne peuvent être supprimés aussi facilement par celui-ci. De même, pour qu’un lecteur puisse écrire sur un fichier, il faut que ce dernier soit marqué comme espace disponible. Ainsi, lorsqu’une suppression accidentelle ou intentionnelle d’un fichier survient, le disque enregistre cet espace nouvellement trouvé comme “libre”. Mais, le fichier lui-même reste accessible sur le lecteur. Et ce, aussi longtemps que l’utilisateur évitera des actions susceptibles de causer l’écrasement de cet espace nouvellement effacé. Lorsqu’il y a perte de données, il faut cesser immédiatement l’usage de l’appareil, et solliciter un spécialiste pour les récupérer à l’aide d’un logiciel de récupération de données.

2. La matrice RAID est largement suffisante 

La matrice RAID (Redundant Array of Independent Disks) est une technologie permettant de constituer une unité de stockage à partir de plusieurs disques durs. Traduit par « Ensemble redondant de disques indépendants », le RAID avec une redondance suffisante apparaît aux yeux de certains comme une protection suffisante contre les pertes de données inattendues. Cette fausse idée est renforcée par le fait que le RAID permet des redondances illimitées. Ce qui met en avant sa capacité de résistance à des défaillances matérielles. Cependant, cela ne constitue pas une garantie pour les entreprises dans la gestion des données. Il faut donc renforcer la matrice RAID par un système de sauvegarde de données ou utiliser un logiciel récupération de données, au besoin. Considérer RAID comme une sauvegarde, alors qu’il n’en est pas une, pourrait avoir des conséquences désastreuses pour une entreprise.

Aussi, l’idée selon laquelle les données RAID ne sont jamais perdues est erronée. Avec cette technologie, la récupération des données n’est possible qu’après que l’utilisateur ait reconstruit la configuration RAID. Or, ces matrices utilisent un système de stockage de données complexe regroupant plusieurs lecteurs pour créer un volume logique. En créer une signifierait la définition de plusieurs paramètres tels que plusieurs disques, la parité, la taille des blocs, l’ordre des blocs et le décalage des disques, entre autres. Ainsi, la documentation de ces paramètres permettra de simplifier la reconstruction. 

3- Le gel du disque dur suffit pour se protéger

Certes, il fut un temps où placer temporairement un disque dur en panne dans le congélateur pouvait aider à le récupérer, ainsi que les données qu’il contient. Une fois le disque gelé, les utilisateurs pouvaient le remettre dans l’ordinateur et récupérer ensuite les données avant que le disque ne se réchauffe et ne se fige à nouveau.

Cependant, il est important de rappeler que des congélateurs étaient spécialement conçus pour ce processus. En outre, avec l’amélioration de la technologie de lecture/écriture au fil des ans, cette pratique n’aura pas le même effet. Bien au contraire, cela pourrait endommager davantage et de façon irréversible l’équipement. Au risque de se répéter, la bonne attitude à adopter est de contacter un spécialiste de la récupération de données.

Récupération des données

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..