Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

par | Mai 12, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Interview, Vente et Management commercial - Interviews

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense.

Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ?

Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat.

Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing.

Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer.

Le monde de l’entreprise a vécu deux années inédites. Dans un contexte de reprise, l’effort de prospection est capital, d’autant plus qu’il change de forme pour aller vers une configuration hybride. Avez-vous constaté un engouement pour votre solution ?

Nous avons vécu un véritable pivot dans l’usage de la solution Excense. Jusqu’à 2020, le Compositeur Digital était essentiellement utilisé par des commerciaux nomades grands comptes. Cette population a été frappée de plein fouet par la pandémie avec une immobilisation complète. Cela a naturellement impacté l’usage de notre solution. On a donc vécu un ralentissement marqué de notre activité au deuxième trimestre 2020.

Nous avons très vite formé l’ensemble de nos clients à l’utilisation du Compositeur Digital dans une configuration de rendez-vous à distance. On s’est même rendu compte que l’apport du Compositeur Digital, qui permet d’animer des documents de manière fluide et naturelle, était encore plus important à distance, dans la mesure où il est moins évident d’engager son interlocuteur en visioconférence. Habitués aux spécificités du face-à-face, les commerciaux ont retrouvé dans l’usage du Compositeur Digital cette capacité à se mettre en empathie, à faire passer des émotions et in fine à augmenter le taux d’engagement de son interlocuteur.

On a très vite retrouvé une forte croissance, avec une progression de 100 % sur les abonnements entre janvier 2020 et janvier 2021. Aujourd’hui, les commerciaux B2B peuvent compter sur le Compositeur Digital pour leurs rendez-vous en présentiel et à distance. Le fait de disposer d’une solution unique dans un contexte d’hybridation est un véritable atout pour la fonction commerciale.

BtoB Summit 2022

Sur BtoB Leaders, nous avons documenté une certaine cassure dans la relation de confiance entre l’acheteur B2B et le commercial. Le Compositeur Digital peut-il outiller les commerciaux pour retrouver leur place dans le parcours d’achat ?

Je pense que l’on revit un scénario qui s’est produit dans le B2C il y a plusieurs années. A un moment, le « vendeur FNAC Hi-Fi » était l’expert attitré pour les achats liés à l’industrie de la musique. Aujourd’hui, il suffit de quelques clics pour se documenter, consulter des comparatifs de produits très poussés, etc. Le B2B subit cette tendance mais à moindre mesure, car les produits sont plus complexes et les relations sont plus durables.

La fonction commerciale appelle aujourd’hui des conseillers et des experts. On assiste d’ailleurs au retour du concept d’intelligence commerciale, avec des commerciaux capables d’aller dans les détails, de travailler en équipe avec leurs clients et de se mettre en empathie pour bien remonter les signaux faibles, comprendre les besoins et les enjeux. Le Compositeur Digital outille les commerciaux pour qu’ils deviennent des partenaires à forte valeur ajoutée, des experts, des « commerciaux augmentés ».

A côté de l’intérêt pratique de votre solution, j’imagine qu’il y a également un intérêt branding, un genre d’effet « Waouh » sur des prospects peut-être habitués aux présentations Power Point et à des configurations un peu plus classiques.

Notre direction CSM nous remonte régulièrement des compliments de nos clients sur « la forme ». Il s’agit d’un support digital et innovant de valorisation de la marque. Dès les premières utilisations, cet effet « Waouh » laisse place à la performance, à la facilité avec laquelle on va pouvoir manipuler des contenus multiples et hétérogènes (vidéo, PPT, fichier 3D, prise de note, etc.). Ce qui impressionne aussi, c’est l’accès à des informations massives de manière ludique et fluide. Nous centralisons par exemple 12 giga de données marketing sur 300 PC de commerciaux pour le compte d’un de nos clients.

Autre feedback de nos clients : on retrouve le plaisir des usages du papier dans un dispositif digital : manipulation des éléments, annotations, déplacement ou rotation de documents… D’ailleurs, nous avons des retours dithyrambiques de commerciaux qui ne sont pas forcément Digital Natives, grâce justement à l’intégration de ces « codes » de la documentation papier dans le Compositeur Digital.

Quelle place la R&D occupe-t-elle dans votre activité ?

Une place très importante, puisque nous réinvestissons 30 % de notre chiffre d’affaires dans la R&D. Notre produit est aujourd’hui basé sur trois piliers que nous développons en permanence :

  • L’application qui permet au commercial d’accéder aux contenus et de les manipuler en rendez-vous (présentiel et distanciel) ;
  • La plateforme qui permet de synchroniser ces contenus en se branchant directement sur les flux des systèmes d’information de nos clients. Les contenus sont accessibles à tout moment, y compris en hors-ligne ;
  • La partie « souvenir numérique », pour permettre au client de revivre ultérieurement l’expérience vécue en rendez-vous.

Nous travaillons aujourd’hui sur de nouveaux outils pour élargir encore plus l’expérience.

J’ai une question un peu particulière… Excense est-il un acteur du Sales Enablement ?

C’est vrai que nous avons fortement intégré les besoins des commerciaux dans le développement de notre outil. Excense est avant tout un outil tactique qui permet d’activer l’intelligence situationnelle et l’intelligence commerciale au service du Sales Enablement et, in fine, de la performance commerciale.

Nous sommes une brique importante de la stratégie de Sales Enablement, car nous permettons au marketing de mettre à disposition des commerciaux tous les contenus brandés sous leur forme la plus récente. Nous permettons également de remonter les Analytics pour identifier les supports les plus utilisés (ou les moins utilisés) en temps réel pour rationaliser la stratégie de Sales Enablement.

Je précise enfin que le Compositeur Digital ne s’adresse pas exclusivement aux commerciaux, même s’ils représentent 70 % de nos utilisateurs. Notre outil est également utilisé par des managers, des experts, des formateurs et des journalistes.

 

 

Paroles d’experts
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS

A l’occasion des 10 ans de B2B Rocks, l’événement phare de la communauté SaaS qui se déroulera du 9 au 11 juin 2022 à Montpellier,  BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger Colin Lalouette, président de B2B Rocks. B2B Rocks souffle cette année sa 10e bougie. Quels sont été les temps forts de la communauté SaaS française lors de la dernière décennie ? L’événement B2B Rocks s’est déroulé pour la première fois en 2013 à Paris, avec les premiers éditeurs SaaS de l’époque. Il s’est ensuite inscrit durablement dans notre capitale ainsi qu’à Sydney dès 2015. Pour 2022, nous avons fait le choix, avec la French Tech qui nous soutient, de concentrer nos efforts dans un même lieu, et une même temporalité, à Montpellier les 9 et 10 juin.  Au lancement de B2B Rocks en 2013, le marché mondial des solutions en mode SaaS était de 2 milliards d'euros ; et encore en intégrant tous les services dits de Processionnal Services (conseil, formation, paramétrage…). Aujourd’hui ce même marché s'élève à 190 milliards avec une croissance à 2 chiffres depuis 10 ans et rassemble 1/2 million de salariés dans le monde. La parenthèse pandémique a accéléré la transformation digitale du B2B de plusieurs années. Quel a été l’impact de cette digitalisation effrénée sur le marché SaaS (français ou mondial) ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes encore. Nous avions moins d’une centaine de « licornes » (société souvent SaaS non cotées en bourse avec une valorisation de plus d’un milliard de dollars) en 2013, nous en avions moins de 10 avant le démarrage de la crise sanitaire en 2020 et nous en avons aujourd’hui 26. Voilà...

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..