Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

par | Mai 12, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Interview, Vente et Management commercial - Interviews

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense.

Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ?

Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat.

Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing.

Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer.

Le monde de l’entreprise a vécu deux années inédites. Dans un contexte de reprise, l’effort de prospection est capital, d’autant plus qu’il change de forme pour aller vers une configuration hybride. Avez-vous constaté un engouement pour votre solution ?

Nous avons vécu un véritable pivot dans l’usage de la solution Excense. Jusqu’à 2020, le Compositeur Digital était essentiellement utilisé par des commerciaux nomades grands comptes. Cette population a été frappée de plein fouet par la pandémie avec une immobilisation complète. Cela a naturellement impacté l’usage de notre solution. On a donc vécu un ralentissement marqué de notre activité au deuxième trimestre 2020.

Nous avons très vite formé l’ensemble de nos clients à l’utilisation du Compositeur Digital dans une configuration de rendez-vous à distance. On s’est même rendu compte que l’apport du Compositeur Digital, qui permet d’animer des documents de manière fluide et naturelle, était encore plus important à distance, dans la mesure où il est moins évident d’engager son interlocuteur en visioconférence. Habitués aux spécificités du face-à-face, les commerciaux ont retrouvé dans l’usage du Compositeur Digital cette capacité à se mettre en empathie, à faire passer des émotions et in fine à augmenter le taux d’engagement de son interlocuteur.

On a très vite retrouvé une forte croissance, avec une progression de 100 % sur les abonnements entre janvier 2020 et janvier 2021. Aujourd’hui, les commerciaux B2B peuvent compter sur le Compositeur Digital pour leurs rendez-vous en présentiel et à distance. Le fait de disposer d’une solution unique dans un contexte d’hybridation est un véritable atout pour la fonction commerciale.

BtoB Summit 2022

Sur BtoB Leaders, nous avons documenté une certaine cassure dans la relation de confiance entre l’acheteur B2B et le commercial. Le Compositeur Digital peut-il outiller les commerciaux pour retrouver leur place dans le parcours d’achat ?

Je pense que l’on revit un scénario qui s’est produit dans le B2C il y a plusieurs années. A un moment, le « vendeur FNAC Hi-Fi » était l’expert attitré pour les achats liés à l’industrie de la musique. Aujourd’hui, il suffit de quelques clics pour se documenter, consulter des comparatifs de produits très poussés, etc. Le B2B subit cette tendance mais à moindre mesure, car les produits sont plus complexes et les relations sont plus durables.

La fonction commerciale appelle aujourd’hui des conseillers et des experts. On assiste d’ailleurs au retour du concept d’intelligence commerciale, avec des commerciaux capables d’aller dans les détails, de travailler en équipe avec leurs clients et de se mettre en empathie pour bien remonter les signaux faibles, comprendre les besoins et les enjeux. Le Compositeur Digital outille les commerciaux pour qu’ils deviennent des partenaires à forte valeur ajoutée, des experts, des « commerciaux augmentés ».

A côté de l’intérêt pratique de votre solution, j’imagine qu’il y a également un intérêt branding, un genre d’effet « Waouh » sur des prospects peut-être habitués aux présentations Power Point et à des configurations un peu plus classiques.

Notre direction CSM nous remonte régulièrement des compliments de nos clients sur « la forme ». Il s’agit d’un support digital et innovant de valorisation de la marque. Dès les premières utilisations, cet effet « Waouh » laisse place à la performance, à la facilité avec laquelle on va pouvoir manipuler des contenus multiples et hétérogènes (vidéo, PPT, fichier 3D, prise de note, etc.). Ce qui impressionne aussi, c’est l’accès à des informations massives de manière ludique et fluide. Nous centralisons par exemple 12 giga de données marketing sur 300 PC de commerciaux pour le compte d’un de nos clients.

Autre feedback de nos clients : on retrouve le plaisir des usages du papier dans un dispositif digital : manipulation des éléments, annotations, déplacement ou rotation de documents… D’ailleurs, nous avons des retours dithyrambiques de commerciaux qui ne sont pas forcément Digital Natives, grâce justement à l’intégration de ces « codes » de la documentation papier dans le Compositeur Digital.

Quelle place la R&D occupe-t-elle dans votre activité ?

Une place très importante, puisque nous réinvestissons 30 % de notre chiffre d’affaires dans la R&D. Notre produit est aujourd’hui basé sur trois piliers que nous développons en permanence :

  • L’application qui permet au commercial d’accéder aux contenus et de les manipuler en rendez-vous (présentiel et distanciel) ;
  • La plateforme qui permet de synchroniser ces contenus en se branchant directement sur les flux des systèmes d’information de nos clients. Les contenus sont accessibles à tout moment, y compris en hors-ligne ;
  • La partie « souvenir numérique », pour permettre au client de revivre ultérieurement l’expérience vécue en rendez-vous.

Nous travaillons aujourd’hui sur de nouveaux outils pour élargir encore plus l’expérience.

J’ai une question un peu particulière… Excense est-il un acteur du Sales Enablement ?

C’est vrai que nous avons fortement intégré les besoins des commerciaux dans le développement de notre outil. Excense est avant tout un outil tactique qui permet d’activer l’intelligence situationnelle et l’intelligence commerciale au service du Sales Enablement et, in fine, de la performance commerciale.

Nous sommes une brique importante de la stratégie de Sales Enablement, car nous permettons au marketing de mettre à disposition des commerciaux tous les contenus brandés sous leur forme la plus récente. Nous permettons également de remonter les Analytics pour identifier les supports les plus utilisés (ou les moins utilisés) en temps réel pour rationaliser la stratégie de Sales Enablement.

Je précise enfin que le Compositeur Digital ne s’adresse pas exclusivement aux commerciaux, même s’ils représentent 70 % de nos utilisateurs. Notre outil est également utilisé par des managers, des experts, des formateurs et des journalistes.

 

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..