Instagram, ou la percée des réseaux sociaux grand public dans le B2B

par | Juil 14, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Décidément, la parenthèse pandémique a fait gagner plusieurs années à la digitalisation du marketing et des Sales B2B. Boom de la consommation du contenu en ligne, responsabilisation des acheteurs par le top management, engouement autour du self-service, « retardement » de la prise de contact dans le parcours d’achat, exigence d’une expérience comparable au B2C… Les vendeurs et marketeurs B2B ont dû faire preuve d’une agilité sans précédent pour tirer leur épingle du jeu dans un contexte à la fois incertain, turbulent mais aussi porteur de nouvelles opportunités.

Parmi les petites révolutions induites par la pandémie, il est intéressant de noter l’engouement des professionnels du B2B pour des réseaux sociaux à priori B2C, notamment Instagram et YouTube. Décryptage d’une tendance qui s’installe…

Instagram et YouTube dans le B2B : un succès fulgurant

C’est en feuilletant la toute dernière édition du B2B Marketing Mix Report signé SageFrog que nous est venue l’idée de ce billet de blog. Bien entendu, LinkedIn reste la référence absolue, puisqu’il concentre l’essentiel des efforts marketing des professionnels B2B. En effet, 86 % des répondants citent ce réseau professionnel comme un « point de vente essentiel » dans leur stratégie sur les médias sociaux.

C’est toutefois la progression d’Instagram qui attire l’attention. Le réseau social détenu par Facebook a en effet doublé son taux de pénétration auprès des professionnels du B2B, passant de 30 % (2020) à 60 % (2021). On notera aussi le bond de YouTube, qui passe de 20 % (2020) à 56 % (2021).

Instagram, ou la désinformalisation de la relation B2B

En réalité, ces tendances ne sont que le reflet de deux évolutions majeures, initiées depuis plusieurs années.

B2B ou B2C : au final, c’est l’humain qui décide

Premièrement, et bien qu’ils s’adressent à des entreprises, les marketeurs et vendeurs B2B doivent toujours convertir un être humain. Comme le consommateur final, ce dernier a des attentes, des aspirations, des préférences, des craintes, une sensibilité.

La pandémie est venue brouiller encore plus la frontière entre le B2B et le B2C. Comme nous vous en parlions ici, la digitalisation du parcours d’achat B2B a mis à nu l’inadéquation des interfaces proposées aux acheteurs. Le gap entre l’expérience client B2B et B2C est apparu au grand jour, notamment en matière d’ergonomie, d’intuitivité et de facilité d’utilisation. Cette « désinformalisation » de la relation B2B n’est sans doute pas étrangère à l’incursion remarquée d’Instagram.

D’un autre côté, le parcours d’achat B2B se voit profondément impacté par la démographie des professionnels. TrustRadius rapporte par exemple que 60 % des acheteurs B2B dans le domaine de la Tech sont des milléniaux. Cette tranche d’âge représente l’audience principale d’Instagram. En effet, 56 % des 18 – 36 ans ont utilisé Instagram en janvier 2021, ce qui en fait le groupe d’utilisateurs le plus important du réseau social. Selon Gartner, les marques B2B qui intensifient leurs efforts marketing sur Instagram peuvent bénéficier d’un plus grand engagement des clients et d’une visibilité accrue. L’exploitation d’un public très engagé offre potentiellement des conversions plus élevées et un cycle de vente plus court. Enfin, Instagram est beaucoup moins saturé que LinkedIn, Facebook et Twitter sur la partie B2B.

YouTube porté par l’engouement autour du format vidéo

C’est aussi la résorption de la démarcation B2B/B2C qui explique la progression de YouTube. Comme le consommateur final, l’acheteur exige désormais un contenu pertinent, à valeur ajoutée mais aussi et surtout facile à consommer. Le format vidéo gagne donc du terrain, et qui de mieux que YouTube pour le porter. « Dans un monde où Zoom et les vidéoconférences s’imposent comme la nouvelle norme, il est logique que les entreprises soient moins réticentes à adopter le marketing audiovisuel comme un outil précieux et facile à mettre en œuvre pour tirer leur épingle du jeu », peut-on notamment lire dans le rapport.

Que penser du cas Facebook ?

Voici par ailleurs les résultats du sondage SageFrog sur les réseaux sociaux les plus utilisés par les professionnels du B2B. On notera que Facebook (79 %) et, à moindre mesure, Twitter (60 %), talonnent LinkedIn (86 %). L’écart devrait être entièrement résorbé d’ici un à deux an(s).

Classement RS 2021

Selon le Social Media Industry Benchmark Report réalisé par Rival IQ, c’est Facebook qui aurait l’avenir le plus prometteur dans le B2B (hors LinkedIn). En effet, l’étude a montré que les professionnels du B2B, tous secteurs d’activité confondus, publient en moyenne 5,5 posts par semaine sur Facebook. Ce chiffre dépasse celui de Twitter (4,4 posts hebdomadaires) et d’Instagram (4 publications par semaine). Il faut dire qu’en dépit de son image parfois jugée « has been », Facebook cumule (toujours) les bons points :

  • Facebook, c’est d’abord et avant tout une audience phénoménale. Le réseau social de Mark Zuckerberg cumule 2,38 milliards d’utilisateurs actifs. Cela correspond à un tiers de la population mondiale ;
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Facebook abrite un effectif intéressant d’entreprises qui l’utilisent très fréquemment. Selon Hootsuite, plus de 90 millions d’entreprises utilisent Facebook pour leur business. Selon HubSpot, 74 % des sondés utilisent Facebook à des fins professionnelles ;
  • Selon une étude eMarketer, plus de 87 % des marketeurs B2B américains déclarent utiliser Facebook à des fins marketing ;
  • De même, une étude Social Media Examiner a démontré que deux-tiers des marketeurs B2B utilisent Facebook Ads pour atteindre leurs objectifs marketing ;
  • Enfin, les décideurs B2B passent 74 % de temps sur Facebook en plus en comparaison avec l’internaute moyen.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’intégralité du B2B Marketing Mix Report de SageFrog ici (contenu en anglais).

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..