Instagram, ou la percée des réseaux sociaux grand public dans le B2B

par | Juil 14, 2021 | | Contenu, Influence, CX - Insights

Décidément, la parenthèse pandémique a fait gagner plusieurs années à la digitalisation du marketing et des Sales B2B. Boom de la consommation du contenu en ligne, responsabilisation des acheteurs par le top management, engouement autour du self-service, « retardement » de la prise de contact dans le parcours d’achat, exigence d’une expérience comparable au B2C… Les vendeurs et marketeurs B2B ont dû faire preuve d’une agilité sans précédent pour tirer leur épingle du jeu dans un contexte à la fois incertain, turbulent mais aussi porteur de nouvelles opportunités.

Parmi les petites révolutions induites par la pandémie, il est intéressant de noter l’engouement des professionnels du B2B pour des réseaux sociaux à priori B2C, notamment Instagram et YouTube. Décryptage d’une tendance qui s’installe…

Instagram et YouTube dans le B2B : un succès fulgurant

C’est en feuilletant la toute dernière édition du B2B Marketing Mix Report signé SageFrog que nous est venue l’idée de ce billet de blog. Bien entendu, LinkedIn reste la référence absolue, puisqu’il concentre l’essentiel des efforts marketing des professionnels B2B. En effet, 86 % des répondants citent ce réseau professionnel comme un « point de vente essentiel » dans leur stratégie sur les médias sociaux.

C’est toutefois la progression d’Instagram qui attire l’attention. Le réseau social détenu par Facebook a en effet doublé son taux de pénétration auprès des professionnels du B2B, passant de 30 % (2020) à 60 % (2021). On notera aussi le bond de YouTube, qui passe de 20 % (2020) à 56 % (2021).

Instagram, ou la désinformalisation de la relation B2B

En réalité, ces tendances ne sont que le reflet de deux évolutions majeures, initiées depuis plusieurs années.

B2B ou B2C : au final, c’est l’humain qui décide

Premièrement, et bien qu’ils s’adressent à des entreprises, les marketeurs et vendeurs B2B doivent toujours convertir un être humain. Comme le consommateur final, ce dernier a des attentes, des aspirations, des préférences, des craintes, une sensibilité.

La pandémie est venue brouiller encore plus la frontière entre le B2B et le B2C. Comme nous vous en parlions ici, la digitalisation du parcours d’achat B2B a mis à nu l’inadéquation des interfaces proposées aux acheteurs. Le gap entre l’expérience client B2B et B2C est apparu au grand jour, notamment en matière d’ergonomie, d’intuitivité et de facilité d’utilisation. Cette « désinformalisation » de la relation B2B n’est sans doute pas étrangère à l’incursion remarquée d’Instagram.

D’un autre côté, le parcours d’achat B2B se voit profondément impacté par la démographie des professionnels. TrustRadius rapporte par exemple que 60 % des acheteurs B2B dans le domaine de la Tech sont des milléniaux. Cette tranche d’âge représente l’audience principale d’Instagram. En effet, 56 % des 18 – 36 ans ont utilisé Instagram en janvier 2021, ce qui en fait le groupe d’utilisateurs le plus important du réseau social. Selon Gartner, les marques B2B qui intensifient leurs efforts marketing sur Instagram peuvent bénéficier d’un plus grand engagement des clients et d’une visibilité accrue. L’exploitation d’un public très engagé offre potentiellement des conversions plus élevées et un cycle de vente plus court. Enfin, Instagram est beaucoup moins saturé que LinkedIn, Facebook et Twitter sur la partie B2B.

YouTube porté par l’engouement autour du format vidéo

C’est aussi la résorption de la démarcation B2B/B2C qui explique la progression de YouTube. Comme le consommateur final, l’acheteur exige désormais un contenu pertinent, à valeur ajoutée mais aussi et surtout facile à consommer. Le format vidéo gagne donc du terrain, et qui de mieux que YouTube pour le porter. « Dans un monde où Zoom et les vidéoconférences s’imposent comme la nouvelle norme, il est logique que les entreprises soient moins réticentes à adopter le marketing audiovisuel comme un outil précieux et facile à mettre en œuvre pour tirer leur épingle du jeu », peut-on notamment lire dans le rapport.

Que penser du cas Facebook ?

Voici par ailleurs les résultats du sondage SageFrog sur les réseaux sociaux les plus utilisés par les professionnels du B2B. On notera que Facebook (79 %) et, à moindre mesure, Twitter (60 %), talonnent LinkedIn (86 %). L’écart devrait être entièrement résorbé d’ici un à deux an(s).

Classement RS 2021

Selon le Social Media Industry Benchmark Report réalisé par Rival IQ, c’est Facebook qui aurait l’avenir le plus prometteur dans le B2B (hors LinkedIn). En effet, l’étude a montré que les professionnels du B2B, tous secteurs d’activité confondus, publient en moyenne 5,5 posts par semaine sur Facebook. Ce chiffre dépasse celui de Twitter (4,4 posts hebdomadaires) et d’Instagram (4 publications par semaine). Il faut dire qu’en dépit de son image parfois jugée « has been », Facebook cumule (toujours) les bons points :

  • Facebook, c’est d’abord et avant tout une audience phénoménale. Le réseau social de Mark Zuckerberg cumule 2,38 milliards d’utilisateurs actifs. Cela correspond à un tiers de la population mondiale ;
  • Contrairement à ce que l’on pourrait penser, Facebook abrite un effectif intéressant d’entreprises qui l’utilisent très fréquemment. Selon Hootsuite, plus de 90 millions d’entreprises utilisent Facebook pour leur business. Selon HubSpot, 74 % des sondés utilisent Facebook à des fins professionnelles ;
  • Selon une étude eMarketer, plus de 87 % des marketeurs B2B américains déclarent utiliser Facebook à des fins marketing ;
  • De même, une étude Social Media Examiner a démontré que deux-tiers des marketeurs B2B utilisent Facebook Ads pour atteindre leurs objectifs marketing ;
  • Enfin, les décideurs B2B passent 74 % de temps sur Facebook en plus en comparaison avec l’internaute moyen.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter l’intégralité du B2B Marketing Mix Report de SageFrog ici (contenu en anglais).

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..