La chronique hebdo : calculé trop tôt, le ROI alimente la cassure entre les décideurs et le marketing B2B

par | Déc 20, 2021 | | ABM & LeadGen - Chronique hebdo

Sous pression, poussés à démontrer leur apport au top management dans l’urgence, les marketeurs B2B se précipitent dans le calcul du ROI de leurs campagnes alors que le cycle de vente n’en est qu’à ses balbutiements. Résultat : des ROIs artificiellement faibles, des décideurs qui perdent confiance et des marketeurs découragés. Chronique d’un malentendu.

Les départements marketing ont eux-mêmes besoin d’efforts marketing pour mieux se vendre au top management

Des bureaux de l’entreprise aux stades de foot, de l’usine aux instances gouvernementales, la notion de « valeur » est intrinsèque à l’activité professionnelle au sens large. En 1988, un papier de Michael J. Lanning, aujourd’hui patron du DPV Group, définissait l’entreprise comme un « système de création de valeur pour les clients ». Seulement voilà : si l’on dépasse les modèles classiques, la valeur est une notion complexe, parfois abstraite, que l’on ne peut appréhender par de simples indicateurs objectifs. Prenons les départements marketing.

D’un côté, ils sont indissociables de l’activité économique. Ils s’imposent comme une véritable « fabrique de valeur », permettant à l’entreprise de canaliser ses ressources pour atteindre la bonne cible et lancer l’effort commercial. De l’autre, les départements marketing ont parfois mauvaise presse… ils peuvent susciter la méfiance des consommateurs (B2C) et acheteurs (B2B) qui activent de plus en plus le bouclier anti-marketing, mais aussi des décideurs. Paradoxalement, les départements marketing ont eux-mêmes besoin d’efforts marketing pour mieux se vendre au top management :

  • Une étude Research Now relayée par le Podcast The Campaign explique que seuls 13 % des non-marketeurs considèrent le marketing comme un moteur de la stratégie commerciale de l’entreprise ;
  • Une enquête parue dans le Journal of Marketing explique que l’influence des départements marketing sur la prise de décision stratégique a globalement perdu des points depuis les années 1980 ;
  • Une étude récente de Fournaise Group fait un constat encore plus inquiétant : 80 % des CEO n’ont tout simplement pas confiance en leurs marketeurs. Aussi, 73 % pensent que leurs marketeurs manquent de crédibilité et n’ont pas la capacité à générer des revenus « suffisants ».

 

 

A l’origine du désamour des CEO envers le marketing, une question de perception

Neil Patel, Serial Entrepreneur, New York Times Best-Seller et faisant partie des 10 meilleurs marketeurs au monde selon Forbes, évoque trois causes majeures à ce désamour envers les départements marketing de la part du top management :

  • Les marketeurs manquent souvent d’empathie, de pédagogie et d’un certain sens de la vulgarisation. « Nous pensons que si les décideurs ne comprennent pas ce que fait le marketing, c’est leur problème. C’est peut-être de leur faute, mais il est crucial de combler ce fossé et de rapprocher les points de vue, ne serait-ce que pour garder notre emploi», explique-t-il.
  • La technologie a chouchouté les départements marketing, souvent aux dépens des commerciaux qui n’ont eu que quelques outils de support mineurs en une décennie de digitalisation. Pour Neil Patel, les marketeurs ont succombé à la mode, aux tendances et aux buzzwords au détriment de la création de valeur en tant que telle. Contrairement aux commerciaux qui ont toujours fini par se recentrer sur leurs fondamentaux, les marketeurs se sont perdus dans les tergiversations technologiques et les concepts creux.
  • Bien qu’il s’agisse d’une discipline basée sur la créativité, le marketing affiche un volume d’innovation incroyablement faible… au point où une campagne qui sort à peine des sentiers battus se retrouve très rapidement hyper-médiatisée.

Ces éléments n’expliquent pas, à eux seuls, le désamour du top management envers le marketing. Ils sont le symptôme d’un mal plus profond : le marketing n’a jamais vraiment appris à démontrer sa valeur (ROI) par A+B. Pourquoi ? Une étude LinkedIn réalisée fin 2021 a dévoilé une partie du problème.

Les marketeurs et la démonstration de ROI, l’éternel malentendu

LinkedIn a récemment sorti un guide de poche qui met en lumière un comportement problématique : les marketeurs calculent le ROI de leurs actions beaucoup trop tôt, avant même que le cycle de vente ne puisse s’achever. En détail :

  • 77 % des marketeurs mesurent le ROI dès le premier mois de la campagne en question.
  • Paradoxalement, 55 % de ces mêmes marketeurs affirment que leur cycle de vente dure plus de trois mois.
  • Enfin, seuls 4 % des marketeurs sondés disent mesurer le ROI d’une campagne plus de 6 mois après son lancement.

Selon une autre étude, la majorité des nouveaux clients B2B réalisent leur achat 6 mois après le lancement de la campagne marketing B2B qui les a sollicités. Mieux : certains (environ 40 %) ne se décident qu’après 9 mois, et environ 18 % n’achètent qu’après 12 mois. In fine, les marketeurs B2B mesurent leur ROI alors qu’il n’y a pas encore de ROI à mesurer. Le ROI est une « destination finale » que l’on n’atteint qu’à la fin du cycle déclenché par la campagne. Ce sont les KPIs qui permettent un suivi progressif, puisque chaque étape de l’effort marketing a des indicateurs propres qui permettent d’engager les mesures correctives qui s’imposent et d’anticiper les résultats.

« Nous nous sommes habitués à des réponses instantanées, y compris sur des questions stratégiques. Il n’est pas étonnant que les décideurs exigent des comptes alors que les preuves de résultat ne sont pas encore accessibles. Cette approche est contre-productive et bride le marketing depuis des années ».

Photo de profil de Sean Callahan

Sean Callahan, Senior Content Marketing Manager chez LinkedIn et co-auteur de l’étude.

La cause ? Des départements marketing sous pression, poussés à prouver leur valeur dans l’urgence pour éventuellement débloquer des budgets, qui se précipitent dans le calcul du ROI alors que le cycle de vente est à peine enclenché. La conséquence ? Des ROIs artificiellement faibles qui nourrissent la perception (biaisée) du top management et qui découragent les marketeurs. CQFD.

 

 

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..