SEO et visibilité : quelle différence entre le B2B et le B2C ?

par | Juin 30, 2021 | , , | Contenu, Influence, CX - Insights

Si la recherche dite « organique » a cédé du terrain aux réseaux sociaux dans le B2C, elle a conservé une place centrale dans l’acquisition de trafic dans le B2B. Les entreprises qui se prévalent d’une forte visibilité sur Google à toutes les étapes du cycle d’achat n’ont qu’à se baisser pour récolter les fruits de leur stratégie de référencement. Mais comment atteindre ce Graal sans y laisser des plumes ? Comment faire du SEO un catalyseur de croissance plutôt qu’un gouffre financier ? Quelles sont les principales différences entre les stratégies de référencement B2C et B2B ? Décryptage…

SEO B2B et B2C : quatre piliers de visibilité communs

Qu’il s’agisse de B2C ou de B2B, le dessein ultime du SEO reste le même : optimiser le positionnement du site web de l’entreprise sur des mots-clés stratégiques. Il s’agira donc de recourir à tout un arsenal de techniques pour booster sa visibilité organique et dépasser la concurrence. En règle générale, votre effort SEO devra être réparti sur les quatre axes du référencement :

  • Le SEO technique. Il s’agit notamment de l’optimisation de la vitesse de chargement du site web, de l’optimisation pour le mobile (responsive), du nettoyage du code source, etc.
  • La partie « contenu » du SEO, avec ses deux aspects, quantitatif (suffisamment de texte) et sémantique (intégration de mots-clés).
  • Le SEO dit « On Page». On s’intéressera ici aux balises « Hx », aux métadonnées, aux balises « Alt » des images, etc.
  • Le SEO dit « Off Page». Il s’agit ici de mettre en place une stratégie d’acquisition de liens entrants.

SEO B2B et B2C : le point sur les principales différences

La différence entre les parcours d’achat B2B et B2C impacte logiquement la stratégie SEO à mettre en place. Dans le détail, le SEO B2B doit composer avec un entonnoir de vente plus complexe. Par conséquent, le marketeur B2B doit justifier d’une meilleure connaissance de ses Buyer Personas. C’est une condition sine qua non pour positionner des contenus pertinents à toutes les étapes du parcours d’achat. Paradoxalement, cette complexité du parcours d’achat permet de multiplier les opportunités de générer des leads qualifiés.

Autre différence notable : les secteurs d’activité B2B se distinguent par des mots-clés à faible volume. C’est pourquoi les consultants en SEO B2B doivent utiliser des outils puissants, capables de « discriminer » entre des mots-clés à très faible volume. Là encore, il y a un avantage latent : bien qu’ils soient faiblement recherchés sur les moteurs de recherche, ces mots-clés sont porteurs d’une forte intention d’achat. Ils sont également peu concurrentiels. En somme, en dépit de leur faible volume, les mots-clés du B2B sont générateurs d’un trafic hautement qualifié.

Les performances techniques attendues d’une stratégie SEO B2B sont moindres en comparaison avec le B2C. En revanche, le ROI est généralement beaucoup plus élevé pour plusieurs raisons :

  • D’abord, les efforts de visibilité sont concentrés sur une cible bien définie ;
  • Ensuite, la fréquence de publication nécessaire à la visibilité est généralement moins élevée que dans le B2C ;
  • De même, les campagnes Google Ads (SEA) sont généralement moins coûteuses car les mots-clés visés sont à faible volume ;
  • Bien que la conversion soit moindre, les ventes B2B génèrent des revenus beaucoup plus élevés que dans le B2C.

SEO B2B : les règles du jeu et les pièges à éviter

Avant de vous lancer, il faut dans un premier temps « accepter » deux grandes règles du jeu du SEO :

  1. Le SEO se base sur une incertitude : l’algorithme de Google. Vous devez être en mesure d’accepter une part d’inconnu. Vous devez également vous attendre à un changement de stratégie à tout moment, car les critères de référencement peuvent changer du jour au lendemain.
  2. Les stratégies SEO s’évaluent sur plusieurs mois, à fortiori dans le B2B où les volumes de recherche, le trafic et la conversion sont moindres.

Si vous choisissez de confier votre besoin SEO à un prestataire spécialisé, assurez-vous qu’il dispose de cas documentés dans le B2B. La même précaution s’impose si vous faites le choix de recruter un consultant SEO pour piloter votre visibilité sur le web.

Faites également en sorte d’interconnecter le marketing et le SEO. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le SEO n’est pas une « cellule » exclusivement technique. Son point de départ vient du marketing, à savoir les Buyer Personas. Et comme les attentes, les préoccupations et les objectifs de votre cible sont amenés à évoluer, le SEO devra bénéficier de l’input du marketing de manière itérative. Autrement, vous risquez de voir votre stratégie SEO attirer un trafic non qualifié, ce qui nuira fatalement à votre taux de conversion.

Par où commencer ?

Commencez par évaluer l’existant, en réalisant un petit audit SEO de votre site web. Des solutions gratuites comme SEOptimer, Nibbler et les outils Google (Analytics, Web.dev…) vous aideront à identifier les premiers freins à votre visibilité.

Vous disposez d’une documentation fleuve sur vos Buyer Personas et votre entonnoir de vente ? Vous pouvez dès à présent lancer votre stratégie SEO à proprement parler :

  • Faites un brainstorming pour constituer un « nuage » de mots-clés susceptibles d’être recherchés par votre cible ;
  • Utilisez un outil pour rechercher, trier et classer les mots-clés par volume de recherche et en fonction de leur place dans le parcours d’achat ;
  • Etablissez un calendrier éditorial avec des sujets basés sur les mots-clés à fort potentiel ;
  • Créez des pages de destination (ou Landing Pages) pour chaque service. Vous pouvez également raisonner par secteur d’activité, par fonction (Sales, Marketing, RH…), etc.
  • Enfin, nouez des partenariats avec des médias pour faire du publirédactionnel, avec des liens entrants vers votre site web. A vous de jouer !
A  lire également sur BtoB Leaders : Les leçons à retenir des insights clients
Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..