Lasting Cards, la carte de visite interactive par Sigilium

par | Fév 8, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Interview

Après avoir révolutionné la signature email pour en faire un véritable canal marketing, Thomas Darde et Xavier Trannoy récidivent avec Lasting Cards, un produit qui réinvente la carte de visite pour en faire un objet interactif, connecté, écologique et esthétique. J’ai eu le plaisir d’échanger avec ces deux BtoB Leaders sur cette nouvelle aventure, mais pas seulement. Interview !

Pouvez-vous revenir quelques minutes sur la genèse de Sigilium ? Comment vous est venue l’idée de « réhabiliter » la signature email pour en faire un véritable canal marketing ?

Thomas Darde : Il y a environ 7 ans, un client nous avait demandé des propositions de signatures email dans le cadre de la refonte d’une charte graphique. Il avait besoin d’un outil interactif pour gérer les signatures de l’ensemble de ses établissements.

Xavier Trannoy : Et comme cet outil n’existait pas sur le marché, nous avons mis au point une plateforme utilisable par n’importe quelle entreprise. Sigilium est donc née d’un besoin non satisfait sur le marché et de la conviction que ce canal était très efficace !

Voici une question qui va sans doute intéresser tous nos lecteurs, et vous avez l’expérience et la Data pour y répondre : dans un contexte B2B, quelles sont les astuces pour réussir une signature email à la fois sur le plan esthétique mais aussi et surtout pour en faire un vecteur marketing intéressant ?

Xavier Trannoy : Mon premier conseil, c’est de rester sur quelque chose de simple, de ne pas multiplier les liens et les Call To Action. Une bonne signature est une signature qui ne véhicule qu’une seule information principale pour favoriser la compréhension et la mémorisation au premier coup d’œil (événement, lancement d’un nouveau service, prise de rendez-vous, etc.). Il faut garder le contexte en tête : vous allez sans doute échanger plusieurs emails avec votre interlocuteur, et votre signature sera régulièrement mise à jour. C’est pourquoi il faut se concentrer sur une seule information à la fois pour faire passer tous vos messages au bon moment. Ce qui favorise le clic, c’est la pertinence du message, mais aussi le fait que l’interlocuteur puisse « deviner » la destination du lien.

Thomas Darde : Il faut aussi soigner la partie des coordonnées pour faciliter la prise de contact. C’est d’ailleurs pour cette raison que nous avons développé une fiche de contact qui vient faciliter l’interaction.

Vous venez de lancer Lasting Cards, un nouveau service pour permettre à chaque collaborateur de disposer d’une carte de visite interactive, reprogrammable et toujours à jour, pour « être efficace dans les moments qui comptent ». Pouvez-vous nous en parler ?

Xavier Trannoy : Lasting Cards, ce sont des cartes de visite interactives et reprogrammables. Avec ce nouveau produit, nous souhaitons réinventer les usages de la carte de visite pour en faire un outil universel et interactif.

En 2022, nous allons très certainement renouer avec les événements en présentiel. Notre objectif est donc d’aider les équipes qui sont sur le terrain à créer un lien interactif avec leurs interlocuteurs. Concrètement, la personne va pouvoir directement vous ajouter à son carnet d’adresse, prendre rendez-vous avec vous si elle est intéressée par vos services, avoir accès à la dernière actualité concernant votre boîte en un simple scan.

Thomas Darde : Avec Sigilium, notre mission était de refaire aimer la signature email aux équipes DSI, aux équipes marketing et à l’ensemble des collaborateurs. Avec Lasting Cards, on récidive, mais avec les cartes de visite. Lasting Cards vous épargne les cartes de visite périmées, le gaspillage du papier, etc. On a retravaillé la carte de visite pour en faire un outil pratique, esthétique et interactif.

Quel est le principe de fonctionnement de Lasting Cards, en quelques mots ?

Xavier Trannoy : C’est simple. A l’inscription, vous recevez une boite contenant des cartes de visite identiques pour toute l’entreprise. Vous scannez vos cartes pour les activer. Elles sont ainsi automatiquement associées à vos coordonnées. Une fois que vous aurez donné une carte à votre interlocuteur, il n’aura plus qu’à scanner le QR Code pour accéder à votre fiche de contact. Il peut l’enregistrer ou prendre directement rendez-vous avec vous.

Quelle est la cible de Lasting Cards ?

Xavier Trannoy : Toute l’entreprise, avec un focus sur les collaborateurs qui sont en contact avec l’extérieur, notamment les équipes commerciales et la Direction.

Ce qui est intéressant, c’est que tous les collaborateurs de l’entreprise pourront être équipés en fonction de leurs besoins. La cible est très large et la mise en place est très simple.

Comment ce nouveau service va-t-il aider les professionnels au quotidien ?

Thomas Darde : L’échange de coordonnées pendant les événements, par exemple, est souvent laborieux. On saisit les informations de contact sur notre téléphone pendant que nous parlons à la personne. On peut passer par une application, mais il faut l’installer au préalable… et on a rarement les mêmes applications. La carte de visite vintage règle ça en une seconde… mais elle a aussi ses limites.

Xavier Trannoy : A la fin de votre événement, vous vous retrouvez avec une pile de cartes de visite que vous traitez manuellement ou que vous stockez avec les autres. Lasting Cards résout ce problème. On va également simplifier la logistique des cartes de visite de votre entreprise : vous n’aurez pas à faire imprimer de nouvelles cartes de visite à chaque turnover, changement de poste ou de coordonnées. Si vous n’avez plus besoin de vos cartes, vous pourrez les mettre à disposition de l’entreprise qui pourra alors les redistribuer à d’autres collaborateurs.

visuel-carte-et-boite-Lasting-Cards

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..