Social Selling B2B : les 3 grands défis à relever pour briller

par | Mar 11, 2022 | | Vente et Management commercial - Insights

Le canal « Social » est venu bousculer le conservatisme historique de la vente B2B. Face à un acheteur autonome, exigeant et qui se documente en self-service, les commerciaux ont dû investir les réseaux sociaux pour se repositionner dans le parcours d’achat. Objectif : renouer avec le relationnel, travailler la crédibilité de son profil et ajouter un élément à sa boite à outils de prospection. Mais l’adoption du Social Selling dans l’urgence de la pandémie ne s’est pas faite sans quelques écueils. Retour sur les trois grands défis à relever pour briller !

#1 LinkedIn n’a pas l’exclusivité sur les joutes Social Selling

Si LinkedIn accapare l’essentiel des actions Social Selling des décideurs B2B, le réseau social de Microsoft n’est pas sans concurrence. Voici les conclusions d’une étude réalisée par MarketingThink.com sur l’anatomie « Social Selling » des décideurs B2B :

  • 81 % des décideurs interrogés parcourent les forums de discussion spécialisés, les blogs et les réseaux sociaux pour s’informer. Ils lisent des articles, regardent des vidéos, commentent des publications et postent leurs questions en ligne ;
  • 74 % d’entre eux utilisent LinkedIn dans le processus de prise de décision. Ils y font du networking avec leurs pairs et s’engagent avec des fournisseurs potentiels ;
  • 42 % utilisent Twitter pour consommer du contenu, retweeter, poser des questions et évaluer la qualité d’un produit ou service.

LinkedIn fera sans doute partie de votre stack Social Selling… à condition que votre Acheteur Idéal s’y trouve. Le réseau social de Microsoft a d’ailleurs vu ses indicateurs de performance bondir au lendemain de la pandémie :

  • 20 millions d’inscrits en France, soit deux tiers de la population active ;
  • 80 % des messages sont lus, (très) loin devant l’emailing ;
  • 40 % des utilisateurs consultent LinkedIn quotidiennement. Les BtoB Leaders ont désormais deux messageries: une sur leur client email et une autre sur LinkedIn ;
  • En moyenne, 60 % des décideurs répondent au moins à une sollicitation commerciale sur LinkedIn.

Mais LinkedIn ne doit pas forcément avoir l’exclusivité sur vos efforts de Social Selling. Certaines entreprises ont parfois des résultats intéressants sur Twitter, voire Facebook. Voici d’ailleurs un classement de l’ « efficacité » des réseaux sociaux pour les équipes marketing et Sales B2B selon le Content Marketing Institute (CMI) :

  • LinkedIn : 63 % ;
  • Twitter : 55 % ;
  • YouTube : 48 % ;
  • SlideShare : 42 % ;
  • Vimeo : 40 % ;
  • Facebook : 32 % ;
  • Pinterest : 25 % ;
  • Instagram : 24 %.

Le combo le plus usuel pour une boîte B2B qui souhaite faire du Social Selling reste LinkedIn – Twitter.

 

 

#2 Travailler sur les objections internes de l’équipe Sales

Toute stratégie qui viendrait bousculer le quotidien des équipes commerciales se heurtera vraisemblablement à une réticence, voire à une résistance au changement. Les managers commerciaux devront communiquer pour lever certaines objections :

  • Donner des benchmarks sur l’efficacité de la nouvelle approche commerciale proposée. Par exemple, Forbes explique que 78 % des commerciaux qui ont recours au Social Selling réalisent des performances supérieures à celles de leurs pairs qui n’activent pas ce levier ;
  • Positionner la nouvelle approche comme un levier supplémentaire (et non une technique qui viendrait remplacer l’existant) ;
  • Inquiétude sur la variable « temps », et donc sur l’impact du Social Selling sur la rémunération variable.

Pour maximiser l’adhésion et embarquer votre force de vente, il s’agira de trouver, en amont, des axes d’optimisation pour libérer du temps dans le planning chargé de vos commerciaux. C’est une condition sine qua non pour faire en sorte qu’ils puissent s’approprier le Social Selling. D’ailleurs, 65 % des responsables Sales estiment que leurs commerciaux passent trop de temps sur des activités non liées à la vente (étude SalesFunnel). Selon une enquête McKinsey, les commerciaux passent, en moyenne, plus de la moitié de leurs journée sur des tâches indirectement liées à la vente.

Il y a donc sans doute un travail d’optimisation à faire sur ce point (réorganisation interne, lancement d’un programme de Sales Enablement, etc.).

#3 Le SSI, un indicateur de performance (précoce)

Il ne suffit pas de mesurer les likes et les abonnés pour tracker l’engagement et votre potentiel de Social Selling. Pour évaluer vos chances et partir outillés, il faudra creuser davantage et aller chercher du côté du score SSI (Social Selling Index) de LinkedIn, un indicateur précoce qui mesure l’impact et la visibilité de vos actions sur LinkedIn (entre 1 et 100). Ce score est calculé à partir d’un panel de données associées à votre compte LinkedIn :

  • Les données liées à votre marque ;
  • Les données liées à vos relations ;
  • La Data sur votre niveau d’engagement ;
  • La Data relative à votre activité de prospection sur LinkedIn.

Quelques chiffres intéressants (source) :

  • Les commerciaux qui affichent un SSI élevé génèrent 45 % d’opportunités en plus ;
  • Les champions du SSI sont 51 % plus susceptibles d’atteindre leurs quotas.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le Business Case « Visiblee x Toyota Material Handling » issu de l’édition 2021 du BtoB Summit.

 

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..