Social Selling B2B : les 3 grands défis à relever pour briller

par | Mar 11, 2022 | | Vente et Management commercial - Insights

Le canal « Social » est venu bousculer le conservatisme historique de la vente B2B. Face à un acheteur autonome, exigeant et qui se documente en self-service, les commerciaux ont dû investir les réseaux sociaux pour se repositionner dans le parcours d’achat. Objectif : renouer avec le relationnel, travailler la crédibilité de son profil et ajouter un élément à sa boite à outils de prospection. Mais l’adoption du Social Selling dans l’urgence de la pandémie ne s’est pas faite sans quelques écueils. Retour sur les trois grands défis à relever pour briller !

#1 LinkedIn n’a pas l’exclusivité sur les joutes Social Selling

Si LinkedIn accapare l’essentiel des actions Social Selling des décideurs B2B, le réseau social de Microsoft n’est pas sans concurrence. Voici les conclusions d’une étude réalisée par MarketingThink.com sur l’anatomie « Social Selling » des décideurs B2B :

  • 81 % des décideurs interrogés parcourent les forums de discussion spécialisés, les blogs et les réseaux sociaux pour s’informer. Ils lisent des articles, regardent des vidéos, commentent des publications et postent leurs questions en ligne ;
  • 74 % d’entre eux utilisent LinkedIn dans le processus de prise de décision. Ils y font du networking avec leurs pairs et s’engagent avec des fournisseurs potentiels ;
  • 42 % utilisent Twitter pour consommer du contenu, retweeter, poser des questions et évaluer la qualité d’un produit ou service.

LinkedIn fera sans doute partie de votre stack Social Selling… à condition que votre Acheteur Idéal s’y trouve. Le réseau social de Microsoft a d’ailleurs vu ses indicateurs de performance bondir au lendemain de la pandémie :

  • 20 millions d’inscrits en France, soit deux tiers de la population active ;
  • 80 % des messages sont lus, (très) loin devant l’emailing ;
  • 40 % des utilisateurs consultent LinkedIn quotidiennement. Les BtoB Leaders ont désormais deux messageries: une sur leur client email et une autre sur LinkedIn ;
  • En moyenne, 60 % des décideurs répondent au moins à une sollicitation commerciale sur LinkedIn.

Mais LinkedIn ne doit pas forcément avoir l’exclusivité sur vos efforts de Social Selling. Certaines entreprises ont parfois des résultats intéressants sur Twitter, voire Facebook. Voici d’ailleurs un classement de l’ « efficacité » des réseaux sociaux pour les équipes marketing et Sales B2B selon le Content Marketing Institute (CMI) :

  • LinkedIn : 63 % ;
  • Twitter : 55 % ;
  • YouTube : 48 % ;
  • SlideShare : 42 % ;
  • Vimeo : 40 % ;
  • Facebook : 32 % ;
  • Pinterest : 25 % ;
  • Instagram : 24 %.

Le combo le plus usuel pour une boîte B2B qui souhaite faire du Social Selling reste LinkedIn – Twitter.

 

 

#2 Travailler sur les objections internes de l’équipe Sales

Toute stratégie qui viendrait bousculer le quotidien des équipes commerciales se heurtera vraisemblablement à une réticence, voire à une résistance au changement. Les managers commerciaux devront communiquer pour lever certaines objections :

  • Donner des benchmarks sur l’efficacité de la nouvelle approche commerciale proposée. Par exemple, Forbes explique que 78 % des commerciaux qui ont recours au Social Selling réalisent des performances supérieures à celles de leurs pairs qui n’activent pas ce levier ;
  • Positionner la nouvelle approche comme un levier supplémentaire (et non une technique qui viendrait remplacer l’existant) ;
  • Inquiétude sur la variable « temps », et donc sur l’impact du Social Selling sur la rémunération variable.

Pour maximiser l’adhésion et embarquer votre force de vente, il s’agira de trouver, en amont, des axes d’optimisation pour libérer du temps dans le planning chargé de vos commerciaux. C’est une condition sine qua non pour faire en sorte qu’ils puissent s’approprier le Social Selling. D’ailleurs, 65 % des responsables Sales estiment que leurs commerciaux passent trop de temps sur des activités non liées à la vente (étude SalesFunnel). Selon une enquête McKinsey, les commerciaux passent, en moyenne, plus de la moitié de leurs journée sur des tâches indirectement liées à la vente.

Il y a donc sans doute un travail d’optimisation à faire sur ce point (réorganisation interne, lancement d’un programme de Sales Enablement, etc.).

#3 Le SSI, un indicateur de performance (précoce)

Il ne suffit pas de mesurer les likes et les abonnés pour tracker l’engagement et votre potentiel de Social Selling. Pour évaluer vos chances et partir outillés, il faudra creuser davantage et aller chercher du côté du score SSI (Social Selling Index) de LinkedIn, un indicateur précoce qui mesure l’impact et la visibilité de vos actions sur LinkedIn (entre 1 et 100). Ce score est calculé à partir d’un panel de données associées à votre compte LinkedIn :

  • Les données liées à votre marque ;
  • Les données liées à vos relations ;
  • La Data sur votre niveau d’engagement ;
  • La Data relative à votre activité de prospection sur LinkedIn.

Quelques chiffres intéressants (source) :

  • Les commerciaux qui affichent un SSI élevé génèrent 45 % d’opportunités en plus ;
  • Les champions du SSI sont 51 % plus susceptibles d’atteindre leurs quotas.

Pour aller plus loin, vous pouvez consulter le Business Case « Visiblee x Toyota Material Handling » issu de l’édition 2021 du BtoB Summit.

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..