Stratégie ABM : comment engager des conversations avec les CxO en arrivant au bon moment ?

par | Mar 28, 2022 | | ABM & LeadGen - Business Case, Vente et Management commercial - Business Case

Ce Business Case issu de la 9e édition du BtoB Summit documente la collaboration entre IBM et Nomination, fournisseur de solutions d’efficacité commerciale.

IBM x Nomination en quelques mots

Depuis 1911, IBM s’impose comme un géant mondial de l’informatique. Le groupe compte plus de 346 000 employés dans 177 pays. IBM a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 18,7 milliards de dollars en 2020 à travers ses différentes branches, à savoir les activités de conseil et gestion, les solutions cognitives et logiciels de traitement des transactions, la vente de logiciels et de matériel informatique et le financement des équipements informatiques. C’est Guillaume Ferrand, Directeur marketing stratégique et ABM, qui a représenté IBM dans ce Business Case.

Fondée il y a 20 ans, Nomination fournit des solutions d’efficacité commerciale qui permettent aux entreprises d’atteindre jusqu’à 30 % de performances additionnelles. L’entreprise surveille et collecte le parcours détaillé de 400 000 décideurs pour produire des signaux d’affaires et permettre à ses clients de détecter des opportunités qualifiées pour stimuler leur croissance. Nomination a été représentée par son Président, Serge Papo.

L’expérience d’IBM dans l’Account-Based Marketing

IBM a lancé une stratégie ABM mondiale en 2013, avec une phase pilote sur trois pays : les Etats-Unis, le Royaume-Uni et la France. « L’idée était de mettre des super-marketeurs sur les super-comptes pour entretenir et développer le revenu que l’on avait déjà sur ces comptes », explique Guillaume Ferrand.

En France, 14 comptes cibles ont été identifiés et confiés à 5 marketeurs pour faire « un marketing très spécifique ». Guillaume Ferrand explique qu’IBM pratiquait un Account-Based Marketing davantage orienté sur la fidélisation que sur la prospection. « Dans du marketing traditionnel, on a tendance à avoir un entonnoir avec des leads pour alimenter sa force commerciale. L’ABM évoque une dynamique inverse, avec un ciblage très précis et des approches dans le bon contexte ».

Quel a été le bilan des premiers pas d’IBM dans l’Account-Based Marketing ?

Cette première expérience a duré 4 ans et a donné de très bons résultats. « C’était même la première fois dans ma carrière en marketing que j’entendais des Managing Directors prêts à investir davantage pour enrôler des marketeurs pour continuer ce travail, parfois au détriment des Sales », se rappelle Guillaume Ferrand. Il a toutefois fait remarquer que l’investissement ABM coûtait cher, car il fallait proposer un niveau de spécificité et de personnalisation élevé, « quasiment à 100 % ».

La rentabilité de l’exercice, même sur des grands comptes, était laborieuse. C’est pourquoi IBM a cherché à « industrialiser » l’approche pour améliorer la rentabilité.

Comment IBM a industrialisé son approche ABM ?

Aujourd’hui, IBM déploie cette industrialisation au niveau mondial, avec 200 comptes couverts en ABM dont 60 sur la région EMEA et 11 en France. Guillaume Ferrand a présenté un visuel détaillant les différents leviers activés par IBM pour industrialiser son approche ABM sans impacter l’impératif de personnalisation.

Stratégie ABM

Sur la question du ROI, Guillaume Ferrand a concédé que les premiers balbutiements d’IBM dans l’Account-Based Marketing ne permettaient pas de calculer des indicateurs pertinents. Aujourd’hui, IBM utilise des indicateurs comme la croissance du revenu du compte ainsi que le Net Promoter Score (NPS), sous sa forme « business » et « marketing ».

Comment l’outil Nomination a-t-il soutenu IBM dans ses opérations ABM ?

Guillaume Ferrand a résumé l’apport de Nomination dans les opérations d’Account-Based Marketing d’IBM :

  • Nomination permet aux marketeurs d’apporter de la valeur à l’équipe qui gère déjà un compte clé, parfois depuis plusieurs années. « L’idée est de pouvoir mettre à disposition de l’équipe une ressource de valeur».
  • Nomination donne accès à une base de données très précise, validée, avec des organigrammes qui ne sont pas évidents à tracer, notamment sur les gros comptes aux multiples filiales. « Sur ce type de compte, LinkedIn ne suffit pas».
  • Guillaume Ferrand explique également que Nomination permet d’être alerté « sur les moments de vie d’un professionnel pour engager les bonnes actions au bon moment» : intervention dans un événement, changement de poste, etc.
  • L’outil propose également des fonctionnalités d’engagement pour multiplier les taux de clic.
Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Paroles d’experts
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot
Vente, outils, méthodes et process : la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Annie-Paule Abihssira, CEO Développement et Franchise chez Booster Academy, « premier centre d’entraînement intensif à la vente » et cabinet de conseil en efficacité commerciale, management et expérience client. Au programme de cette interview : l’évolution de la pratique des Sales lors de la dernière décennie, la transformation du poste de Directeur Commercial, les raisons de la de la pénurie des profils commerciaux en France et la place de la technologie dans la fonction commerciale. Avant de commencer, pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Après un cursus d’études scientifiques et une licence de commerce international, l’entreprenariat m’a attirée. A 23 ans, diplômes en poche, j’assistais aux temps fort du bouleversement des méthodes de vente avec la consommation de masse et l’émergence des marques. J’ai développé une centrale d’achat de produits de mode multimarques pour les professionnels et un réseau de deux enseignes,  Pym’s et Pluriel, que j’ai cédées avec d’excellentes conditions de réinsertion pour les salariés en 2004. Forte de cette première expérience entrepreneuriale, j’ai créé MPA Conseil, un cabinet de conseil en développement de marques et stratégie d’enseignes. J’ai mobilisé mon expérience entrepreneuriale, ma volonté de faire grandir les collaborateurs au service de Booster Academy. Face à l’engouement autour de la SalesTech, diriez-vous que la fonction commerciale se dirige vers un phénomène de « scientifisation » ? Les entreprises qui adoptent une approche scientifique de la vente affichent une croissance 2.3x supérieure à celle des autres. La raison ? Nouveaux outils, méthodes et process, la Data est omniprésente, mais l’Humain n’a pas dit son dernier mot. Oui,...

Paroles d’experts
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale
Acquisition B2B : juguler le gaspillage et la déperdition de leads pour doper la performance commerciale

Booster la transformation sans accroître ses efforts de prospection… tout un programme ! Au lendemain de la parenthèse pandémique, les entreprises mettent les petits plats dans les grands pour muscler la LeadGen et doper la transformation. Pour en discuter, nous avons eu le plaisir d’échanger avec Thomas Finck, cofondateur et COO de Leadvalue. Pouvez-vous revenir sur la genèse et la proposition de valeur de Leadvalue ? J’ai vécu ma première aventure dans une entreprise offrant un service de mise en relation pour des milliers de particuliers avec des centaines d'artisans du bâtiment, chaque mois, partout en France. La création de Leadvalue est aussi le fruit de l’expérience dans la prospection commerciale de mon associé, Moïse Denage. Sa réflexion était qu’il n’existait aucun outil adapté pour la gestion de son activité de prospection au quotidien. Leadvalue CRM, solution 100 % française, est née de cette expérience très opérationnelle de la gestion de leads. Les solutions apportées par l’entreprise sont le produit de 10 années passées à répondre à ces problématiques : automatisation de flux de leads et distribution intelligente, outils pour la prise en charge, le suivi de ces prospects et la mesure des performances de nos actions, etc. Leadvalue est une version plus complète, plus efficace et d'un niveau technologique plus avancé pour apporter un service adapté à des milliers d'entreprises qui rencontrent ces problématiques. Dans un contexte de reprise, l’effort de prospection est encore plus crucial, notamment dans le secteur de l’immobilier qui a accusé le coup. Avez-vous observé un engouement pour vos services d’achat/traitement de leads post-pandémie ? Le contexte post-crise Covid génère de nouveaux paradigmes. La digitalisation accélérée des...

Ceci pourrait vous intéresser..