Stratégie marketing Data-driven en 2021

par | Jan 28, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Pourquoi et comment élaborer une stratégie marketing Data-driven en 2021 ?

La data représente désormais un enjeu majeur pour les entreprises. Selon un sondage réalisé par The Economist, environ 75% des entreprises auront implémenté la data et l’Intelligence artificielle dans leur activité cette année. De même, le volume des données atteindrait 35 zettaoctets au niveau mondial. Alors, comment ne pas passer à côté de ce phénomène ?! Le marketing est bien évidemment aux premières loges. On parle d’ailleurs désormais de data marketing et stratégie data-driven. Nous vous proposons ici de comprendre pourquoi mais surtout comment élaborer une stratégie marketing Data-driven en 2021. Quel rôle joue le CDO dans cette stratégie ?

#1 Le Chief Data Officer : quel rôle dans la stratégie marketing data-driven de l’entreprise ?

La data au centre des préoccupations du CDO

Le Chief Data Officer (CDO), ou Directeur de la Data, a pour principale mission d’aider l’entreprise à faire des données un instrument stratégique de développement. C’est un métier à multiples facettes : il est à la fois bâtisseur, chef d’orchestre, stratège et garant de la stratégie data de l’entreprise. Le CDO va également intervenir pour accélérer et faciliter la transformation digitale de l’organisation. Cela, tout en assumant la responsabilité éthique de cette dernière. Il met la data au centre de ses préoccupations . C’est lui qui va optimiser la collecte et le stockage des données pour la réussite de la stratégie marketing data-driven. Il va s’assurer de leur qualité et leur fiabilité et prendre des dispositions en vue de leur valorisation.

Quand l’entreprise devient data-Driven

La data est ainsi un actif qui joue pleinement son rôle. Il est important pour l’ensemble de l’écosystème de l’entreprise et pour les différents métiers qui composent l’entreprise, notamment les ventes et le marketing. On parle dès lors de stratégie marketing-data-driven, voire d’entreprise data-driven.

« Dans une entreprise data-driven, la donnée est au cœur du dispositif et elle va servir l’ensemble des usagers de l’entreprise dans une vision 360. ». Pejman Gohari, CDO chez BpiFrance,

Le CDO est donc naturellement au centre de l’expertise du changement par les nouveaux business model. Il se doit d’identifier les données qui permettent un meilleur service clients et prospects en analysant leurs attentes.

La data, clé d’une transformation réussie

Bien entendu, la digitalisation est l’un des points importants auxquels les CDO essayent d’apporter une vraie réponse, et cela quelle que soit la taille de l’entreprise. Les organisations ayant relevé ce défi en période de confinement ont gagné en efficacité, grâce notamment au télétravail. Ce dernier constitue la solution concrète du moment.

Mais surtout, la data est la clé d’une transformation digitale réussie. En effet, quand bien même l’entreprise disposerait des outils nécessaires, elle ne pourra pas proposer un service client personnalisé sans data.

#2 Le « chasseur de données » ou l’art de dénicher la data

Le « Data Hunting » pour toujours plus de données

Il existe tout un écosystème de données internes, externes, de risques, transactionnels, comportementales, etc. Mais comment faire le tri pour optimiser sa stratégie marketing data-driven ? Comment identifier les grandes typologies ? Chez les fournisseurs de données, on assiste à l’apparition de certains profils spécialisés.

Chez BpiFrance, par exemple, « on a commencé à parler d’un profil appelé « data hunting ». En français, le chasseur de données parce que justement on doit être très gourmand en termes de données. », souligne Pejman Gohari. Et d’ajouter qu’en matière de collecte de données,

« il ne faut absolument pas se fermer de portes, il ne faut absolument pas avoir une vision court-termiste. II faut capter toutes ces données, ce que le régulateur nous permet de faire, et imaginer quels sont les usages qu’on peut avoir autour ».

Exploiter toutes les données pour le marketing, aussi bien celles liées aux échecs qu’aux succès

Cela concerne les données de tous genres – structurées et non structurées – telles que la voix, les images. Mais aussi et surtout  tous les types d’interactions avec les clients. Les entreprises doivent avoir l’exhaustivité des interactions, autant les succès et les échecs. Ces derniers sont rarement enregistrés. Or, si on veut déployer des solutions d’intelligence artificielle ou simplement développer des statistiques, on a besoin d’avoir une exhaustivité des données.

#3 Le protocole Data By Design pour aligner l’entreprise avec les données

 Le protocole « Data by Design » pour identifier la typologie des données

Tous les Chief Data Officers mettent désormais en place un protocole « Data By Design » dans le cadre de leur starégie marketing dat-driven.  Ils bâtissent par défaut un processus de captation et de gestion de données. Cela leur permet de détecter instantanément de quel type de données il s’agit et à quel type d’usage elles sont dédiées.

« Ces données peuvent nous informer sur notre capacité à mieux travailler, mieux engager, mieux corriger les processus métier, les business process au sein des organisations », indique Pejman Gohari.

Pour mettre en place une stratégie data-driven, il faut comprendre l’usage que l’ont peut avoir des données. Puis, nommer les équipes agiles à même de les traiter et de les exploiter. Dans ce sens, le CDO assure un rôle nouveau et vital, à savoir l’orchestration. « Il a le cerveau branché d’un côté sur la réglementation : comment est ce que les données doivent être gérées dans l’entreprise afin de ne pas générer plus de dettes ? Et de l’autre côté, comment il va faire vivre cet actif pour que ça puisse répondre aux usages. »

Les multiples vertus d’une stratégie marketing Data-driven

Pour résumer, le CDO essaye enfin d’organiser les équipes et les différents processus pour mettre sur pied cette stratégie data-driven. Responsables IT, organisationnels et process, chacun dans l’entreprise est perçu comme un acteur, puisque tout le monde produit des données et des interactions.

La data permet de raccourcir considérablement les temps de prise de décision en fournissant des feedbacks quasiment en temps-réel. Elle permet également de diminuer les erreurs humaines et d’augmenter la qualité des processus. On peut alors se concentrer sur le plus important, là où les algorithmes ne peuvent pas décider. C’est un vrai travail de réorganisation car l’entreprise est constamment obligée d’améliorer la qualité de ses données. Son objectif étant d’aboutir à la solution la plus juste possible. Et c’est là que l’expertise du CDO prend tout son sens: il va se concentrer sur ce qu’il y a de plus important pour la stratégie marketing data-driven. L’explotation intelligente de la data est devenue vitale pour le développement et la pérennité de l’entreprise.

Stratégie marketing data-driven

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..