Transformation digitale : comment la Data et le CRM boostent l’efficacité commerciale et marketing ?

par | Mar 12, 2022 | | Data, Connaissance client, IA - Business Case

Ce Business Case présenté dans le cadre de l’édition 2021 du BtoB Summit revient sur la collaboration entre Capgemini et Ellisphere pour accompagner la transformation digitale d’Algeco, leur client commun. BtoB Leaders vous propose son compte rendu de cette expérience.

Capgemini x Ellisphere en quelques mots

Acteur majeur des services numériques, Capgemini est le leader français du conseil avec plus de 325 000 collaborateurs dans plus de 50 pays. La proposition de valeur de ce cabinet de conseil créé en 1967 s’articule autour de quatre catégories : le conseil en stratégie et transformation, les services applicatifs, les services de technologie et d’ingénierie et les services d’infogérance. Capgemini est le 1er partenaire Salesforce France avec plus de 550 experts. L’entreprise a été représentée par Franck Issartel, consultant CRM & Engagement Manager.

Ellisphere est le prestataire historique de l’information économique, légale, financière et extra financière. L’entreprise délivre de l’information sur 225 millions de boîtes opérant dans plus de 230 pays et territoires. Objectif : accompagner les acteurs économique dans la connaissance de leurs tiers, de la conquête de nouveaux clients à la gestion préventive des risques client et fournisseur en passant par la mise en conformité. Pour accompagner les directions commerciales et marketing, Ellisphere propose des outils de ciblage, de LeadGen, d’alimentation en temps réel des systèmes d’information et de simplification de la gestion de la Data. C’est Nicolas Vacheret, ingénieur avant-vente, qui a représenté Ellisphere.

Le contexte de la collaboration Capgemini x Ellisphere pour Algeco

« Le cas d’étude que nous vous proposons aujourd’hui est emblématique, en ce sens qu’il balaie un large spectre de nos compétences et de nos activités », explique Nicolas Vacheret d’Ellisphere. Il s’agit d’un projet de digitalisation générale pour améliorer les performances commerciales et marketing d’Algeco, client commun de Capgemini et Ellisphere. Algeco souhaitait améliorer la qualité de la relation commerciale avec les clients et « d’être plus fin dans les messages et l’approche directe des clients ». Deux grandes thématiques ont été définies par Ellisphere et Capgemini pour répondre à cet objectif : la qualité de la Data et le CRM.

Nicolas Vacheret d’Ellisphere a énuméré les étapes suivies pour piloter cette transformation digitale :

  • Transformation des mentalités en interne : sensibiliser et éduquer ;
  • Transformation des besoins vs. attentes : mise en exergue des nouveaux besoins et mise en place des outils ;
  • Transformation des métiers autour de la Data : former et recruter ;
  • Transformation des actions de l’entreprise : optimisation des actions marketing et optimisation des actions commerciales.

Objectif : améliorer la connaissance client, optimiser le tunnel de conversion et faire de la Data un élément fédérateur et d’adhésion aux nouveaux outils.

Difficulté : la Data B2B vue par la Direction commerciale et marketing

Franck Issartel de Capgemini est revenu sur les difficultés usuelles qui accompagnent la mise en place d’un CRM, notamment sur l’équilibre à trouver entre la quantité de données dans la fiche compte (client ou prospect). Franck Issartel a résumé ces challenges en 4 points :

  • Le temps : la création d’un client ou prospect est perçue comme chronophage, et les informations ne sont pas toujours faciles à collecter (SIRET, SIREN…) ;
  • La question des champs obligatoires : il est parfois difficile de trouver le juste-équilibre (peu de champs obligatoires = peu d’informations et peu de valeur pour les commerciaux, et trop de champs obligatoires = une contrainte) ;
  • Absence des données financières, ce qui peut conduire à une perte de temps sur la création d’opportunités et de devis pour des clients en cessation de paiement.

Non traitées, ces difficultés peuvent conduire à un CRM sous-utilisé et sous-exploité. Franck Issartel est également revenu sur les principales difficultés dans l’utilisation de la Data par les directions marketing.

Capgemini x Ellisphere - Data B2B et Direction Marketing

Algeco : les enjeux d’une transformation européenne

Algeco est un acteur majeur de la construction modulaire qui emploie plus de 1 000 salariés en France. Le digital s’impose comme le principal axe de développement commercial d’Algeco. L’entreprise a donc choisi de créer un CRM & CPQ Core Model pour harmoniser les processus opérationnels entre les différentes unités et les pays. Algeco a retenu Salesforce sur la partie Sales, CPQ (produit et pricing) et Experience Cloud (portail) avec une intégration Stambia.

Le déploiement de ce Core Model en France a eu lieu en 2021 :

  • Remplacement d’un CRM existant depuis de nombreuses années, caractérisé par un process complexe de création de comptes avec de multiples validations (demandes de création, analyses Risques & Crédits, doubles saisies…) ;
  • Changement de paradigme sur la création des sociétés ;
  • Objectif: fluidifier la création du compte, améliorer et enrichir la qualité des données et sécuriser le processus de vente en amont en vérifiant les données financières des prospects.

Franck Issartel a expliqué la vision d’Algeco au niveau de la logique de Master Data. « Traditionnellement, les prospects sont saisis dans le CRM et les clients dans l’ERP. Algeco a souhaité profiter du passage à un Core Model pour changer d’optique. Comme la valeur arrive du CRM, Algeco a souhaité partir directement du CRM pour alimenter l’ERP avec les bonnes valeurs pour simplifier la création du compte et du prospect ».

Algeco a également souhaité revoir son Lead to Cash, à savoir le process qui permet d’identifier les risques dès l’étape du lead et facturer correctement le client. Algeco a par ailleurs exprimé le besoin d’avoir un indicateur de risque client sur mesure.

Les solutions retenues pour Algeco

Nicolas Vacheret a détaillé la solution retenue sur l’ensemble de la chaîne de la Data.

Capgemini x Ellisphere - Solution retenue

Il a par la suite détaillé les trois piliers de la qualité de la Data :

  • Data Cleaning: détection des inactifs, déménagés, dédoublonnage et requalification des fichiers d’entreprises reposant sur la RNVP, quel que soit l’état du fichier d’origine.
  • Enrichissement en Data B2B de fichiers clients ou prospects et complément par la Data Ellisphere ;
  • Veille Data: surveillance personnalisable sur toutes les données du fichier et réception d’alertes sur les événements (procédure collective, actualité, changement de board, etc.).

Il a également présenté la solution Ellisphere Connect, première base d’information B2B directement dans les applications des entreprises. Cette App Salesforce permet l’alimentation et la gestion de Data B2B, la recherche de nouveaux prospects en France et à l’international et la réception d’alertes.

D’une création de tiers manuelle à un processus intégré

Nicolas Vacheret a résumé l’apport de la solution Ellisphere Connect pour Algeco :

  • Aide à la création de comptes auto ;
  • Information complète et fiable sur les prospects et clients ;
  • Présence des comptes dans les groupes (liens comptes) ;
  • Mise à jour automatique des comptes ;
  • Alertes sur les comptes.

Les bénéfices obtenus par Algeco

  • Simplifier et fluidifier la création: peu ou pas de saisie, moteur de recherche intégré à Salesforce ;
  • Une fiche client complète et à jour: informations importantes renseignées et validées dès la création, et possibilité de mettre à jour un compte, de le « siretiser » ou de le « surveiller » ;
  • Apporter de la valeur: informations permettant de mieux connaître le client et son organisation, d’accéder aux chiffres clés et à sa classe de risque ;
  • Sécuriser les ventes: classe de risque, note, informations financières pertinentes.

Capgemini x Ellisphere - Résultats

Si l’objectif était d’améliorer la performance commerciale et marketing, les bénéfices obtenus sont en réalité transverses.

Capgemini x Ellisphere - Video 1

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..