Vecteur Plus : détectez tous les marchés publics et privés de votre secteur d’activité

par | Fév 2, 2022 | | Data, Connaissance client, IA - Interview

Vecteur Plus est un acteur majeur de la veille commerciale et stratégique en France. L’entreprise détecte, chaque année, plus de 5 millions d’opportunités sur les marchés publics et les projets de construction notamment, qu’elle remonte à ses clients pour les accompagner dans leur croissance. Pour en parler, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Nizar Gadi, Directeur Commercial France chez Vecteur Plus. Interview !

Vous êtes Directeur Commercial France chez Vecteur Plus. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots l’activité de votre entreprise ainsi que votre mission ?

Notre métier, c’est de collecter toutes les informations en lien avec la commande publique et les projets de construction privés. Nous mettons ces informations stratégiques et personnalisées à disposition de nos clients pour leur permettre d’accéder à tous les appels d’offres de leur secteur d’activité et sur leur secteur géographique d’intervention. Pour accéder à ces informations, nos clients ont le choix entre :

  • Un abonnement avec accès à notre plateforme ;
  • L’achat d’une de nos études de marché.

Nous accompagnons donc les entreprises dans leur croissance, notamment dans le contexte actuel. Nous proposons également des solutions prédictives pour accompagner nos clients dans leurs décisions stratégiques à travers des études de marché qui donnent des prévisions sur l’évolution de leur secteur d’activité : volume de commandes, les marchés qui arriveront les trois prochaines années, etc. Cette prestation est d’autant plus intéressante dans ce contexte d’incertitude, car nos clients ont besoin de visibilité pour gagner en compétitivité. On sait également réaliser des focus, avec une photographie à l’instant « T » d’un marché.

Pour ma part, je dirige la partie commerciale pour le marché français, avec une équipe composée d’une cinquantaine de commerciaux et d’une dizaine de managers.

Vous évoquez le contexte. Quel a été l’impact de la pandémie sur votre activité ? La commande publique a-t-elle accusé le coup ? Les entreprises sont-elles toujours en capacité de candidater ?

L’activité a été perturbée en mars et avril 2020, comme quasiment tous les secteurs de l’économie. Pendant ces deux mois, les émetteurs et les soumissionnaires ont concentré leurs efforts sur l’adaptation à ce nouveau contexte.

De notre côté, nous avons beaucoup anticipé, avec une approche mêlant l’expérience et l’agilité. La Direction Générale de Vecteur Plus a veillé à ce que l’entreprise soit opérationnellement prête pour le confinement, avec une stratégie adaptée mise en œuvre dans les 24 heures pour assurer la continuité de l’activité. Nous avons donc continué de livrer des informations décisives à nos clients pour les aider à maintenir le cap puis à sortir de la crise.

 

Quels sont les secteurs d’activité les plus représentés dans votre portefeuille client ?

Aujourd’hui, notre portefeuille client est plutôt hétérogène, mais les secteurs dominants sont le Bâtiment et Travaux Publics (BTP) puis les services de manière générale.

J’imagine qu’il y a gros travail en amont pour définir des critères de recherche précis avec vos clients. Comment ça se passe, concrètement ?

Effectivement, il y a un gros travail en amont sur l’écoute, l’analyse et le conseil par nos experts métiers, notamment les commerciaux, pour réaliser un diagnostic de l’existant. Chez Vecteur Plus, le client est accompagné à tous les niveaux, avec un interlocuteur technique et commercial dédié tout au long de son abonnement, dès l’onboarding.

L’interlocuteur technique apporte une belle valeur ajoutée : il va définir et/ou confirmer les besoins du client qui ont été remontés en amont par l’équipe commerciale pour ensuite créer le profil. Par conséquent, toute la Data communiquée au client est personnalisée pour répondre à ses besoins précis. Le profil client est personnalisé selon la zone géographique d’intervention, la taille des projets, la nature d’une activité, le type d’installation, le type d’intervenant, etc.

Quels sont les différents signaux de veille sur les marchés publics que vous détectez ? La veille est-elle automatisée, manuelle avec la lecture de la presse régionale ?

Nous identifions des signaux ou des opportunités qui sont importants pour nos clients à chaque étape d’un projet public ou privé. Si je prends l’exemple d’un projet de construction, il y aura des signaux avant, pendant et après la construction : étude du terrain, étude technique, la construction en tant que telle, la livraison du bâtiment…

Nous adaptons les données au secteur d’activité du client : la société qui est dans le médical et qui vend des masques de protection contre les virus, et puis la société qui fournit du carrelage pour le bâtiment, peuvent solliciter la même prestation (veille sur les appels d’offre publics), mais elles auront deux profils différents avec de la Data sur mesure.

La production de notre Data vient d’un croisement entre l’Humain avec notre équipe d’analystes et de chargés d’études puis de technologies puissantes qui nous permettent d’automatiser certains éléments qui ne sont pas réalisables de façon manuelle.

Proposez-vous une « garantie » sur le volume de la Data remontée aux entreprises qui souhaitent acheter une veille chez vous ?

Nous proposons une livraison quotidienne de données personnalisées, sans engagement sur le volume. Si une entreprise a besoin d’une notion de volume avant d’acheter une veille, elle peut investir dans une étude de marché réalisée par nos soins avec une photographie de son marché (opportunités par an, valeur, etc.). Nous sommes les seuls à proposer cela sur le marché.

J’imagine que la formation est très importante pour vous, dans la mesure où vous évoluez dans un environnement technique et rigoureux avec des appels d’offres, des cahiers de charges, des CDE, etc. Comment gérez-vous cet aspect ?

Notre environnement et rigoureux et subit des évolutions assez régulières, notamment sur la commande publique. On suit notre marché de très près grâce à notre cellule d’étude de marché. Nous sommes régulièrement formés sur la partie « expertise métier » par nos ressources internes selon les évolutions du marché et le contexte. Nous avons également un pôle R&D chargé de faire évoluer nos solutions en fonction des évolutions de notre marché.

Je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux décideurs français et francophones qui vous lisent sur BtoB Leaders ?

L’ensemble des équipes Vecteur Plus se tiennent à disposition de toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, pour les accompagner dans leur croissance et dans l’atteinte de leurs objectifs. Nous sommes également là pour conseiller ces entreprises qui peuvent manquer de visibilité dans le contexte actuel.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Et si 2022 était l’année du Sales Enablement ?
Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..