Vecteur Plus : détectez tous les marchés publics et privés de votre secteur d’activité

par | Fév 2, 2022 | | Data, Connaissance client, IA - Interview

Vecteur Plus est un acteur majeur de la veille commerciale et stratégique en France. L’entreprise détecte, chaque année, plus de 5 millions d’opportunités sur les marchés publics et les projets de construction notamment, qu’elle remonte à ses clients pour les accompagner dans leur croissance. Pour en parler, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Nizar Gadi, Directeur Commercial France chez Vecteur Plus. Interview !

Vous êtes Directeur Commercial France chez Vecteur Plus. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots l’activité de votre entreprise ainsi que votre mission ?

Notre métier, c’est de collecter toutes les informations en lien avec la commande publique et les projets de construction privés. Nous mettons ces informations stratégiques et personnalisées à disposition de nos clients pour leur permettre d’accéder à tous les appels d’offres de leur secteur d’activité et sur leur secteur géographique d’intervention. Pour accéder à ces informations, nos clients ont le choix entre :

  • Un abonnement avec accès à notre plateforme ;
  • L’achat d’une de nos études de marché.

Nous accompagnons donc les entreprises dans leur croissance, notamment dans le contexte actuel. Nous proposons également des solutions prédictives pour accompagner nos clients dans leurs décisions stratégiques à travers des études de marché qui donnent des prévisions sur l’évolution de leur secteur d’activité : volume de commandes, les marchés qui arriveront les trois prochaines années, etc. Cette prestation est d’autant plus intéressante dans ce contexte d’incertitude, car nos clients ont besoin de visibilité pour gagner en compétitivité. On sait également réaliser des focus, avec une photographie à l’instant « T » d’un marché.

Pour ma part, je dirige la partie commerciale pour le marché français, avec une équipe composée d’une cinquantaine de commerciaux et d’une dizaine de managers.

Vous évoquez le contexte. Quel a été l’impact de la pandémie sur votre activité ? La commande publique a-t-elle accusé le coup ? Les entreprises sont-elles toujours en capacité de candidater ?

L’activité a été perturbée en mars et avril 2020, comme quasiment tous les secteurs de l’économie. Pendant ces deux mois, les émetteurs et les soumissionnaires ont concentré leurs efforts sur l’adaptation à ce nouveau contexte.

De notre côté, nous avons beaucoup anticipé, avec une approche mêlant l’expérience et l’agilité. La Direction Générale de Vecteur Plus a veillé à ce que l’entreprise soit opérationnellement prête pour le confinement, avec une stratégie adaptée mise en œuvre dans les 24 heures pour assurer la continuité de l’activité. Nous avons donc continué de livrer des informations décisives à nos clients pour les aider à maintenir le cap puis à sortir de la crise.

 

Quels sont les secteurs d’activité les plus représentés dans votre portefeuille client ?

Aujourd’hui, notre portefeuille client est plutôt hétérogène, mais les secteurs dominants sont le Bâtiment et Travaux Publics (BTP) puis les services de manière générale.

J’imagine qu’il y a gros travail en amont pour définir des critères de recherche précis avec vos clients. Comment ça se passe, concrètement ?

Effectivement, il y a un gros travail en amont sur l’écoute, l’analyse et le conseil par nos experts métiers, notamment les commerciaux, pour réaliser un diagnostic de l’existant. Chez Vecteur Plus, le client est accompagné à tous les niveaux, avec un interlocuteur technique et commercial dédié tout au long de son abonnement, dès l’onboarding.

L’interlocuteur technique apporte une belle valeur ajoutée : il va définir et/ou confirmer les besoins du client qui ont été remontés en amont par l’équipe commerciale pour ensuite créer le profil. Par conséquent, toute la Data communiquée au client est personnalisée pour répondre à ses besoins précis. Le profil client est personnalisé selon la zone géographique d’intervention, la taille des projets, la nature d’une activité, le type d’installation, le type d’intervenant, etc.

Quels sont les différents signaux de veille sur les marchés publics que vous détectez ? La veille est-elle automatisée, manuelle avec la lecture de la presse régionale ?

Nous identifions des signaux ou des opportunités qui sont importants pour nos clients à chaque étape d’un projet public ou privé. Si je prends l’exemple d’un projet de construction, il y aura des signaux avant, pendant et après la construction : étude du terrain, étude technique, la construction en tant que telle, la livraison du bâtiment…

Nous adaptons les données au secteur d’activité du client : la société qui est dans le médical et qui vend des masques de protection contre les virus, et puis la société qui fournit du carrelage pour le bâtiment, peuvent solliciter la même prestation (veille sur les appels d’offre publics), mais elles auront deux profils différents avec de la Data sur mesure.

La production de notre Data vient d’un croisement entre l’Humain avec notre équipe d’analystes et de chargés d’études puis de technologies puissantes qui nous permettent d’automatiser certains éléments qui ne sont pas réalisables de façon manuelle.

Proposez-vous une « garantie » sur le volume de la Data remontée aux entreprises qui souhaitent acheter une veille chez vous ?

Nous proposons une livraison quotidienne de données personnalisées, sans engagement sur le volume. Si une entreprise a besoin d’une notion de volume avant d’acheter une veille, elle peut investir dans une étude de marché réalisée par nos soins avec une photographie de son marché (opportunités par an, valeur, etc.). Nous sommes les seuls à proposer cela sur le marché.

J’imagine que la formation est très importante pour vous, dans la mesure où vous évoluez dans un environnement technique et rigoureux avec des appels d’offres, des cahiers de charges, des CDE, etc. Comment gérez-vous cet aspect ?

Notre environnement et rigoureux et subit des évolutions assez régulières, notamment sur la commande publique. On suit notre marché de très près grâce à notre cellule d’étude de marché. Nous sommes régulièrement formés sur la partie « expertise métier » par nos ressources internes selon les évolutions du marché et le contexte. Nous avons également un pôle R&D chargé de faire évoluer nos solutions en fonction des évolutions de notre marché.

Je vous laisse le mot de la fin. Que souhaitez-vous dire aux décideurs français et francophones qui vous lisent sur BtoB Leaders ?

L’ensemble des équipes Vecteur Plus se tiennent à disposition de toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité, pour les accompagner dans leur croissance et dans l’atteinte de leurs objectifs. Nous sommes également là pour conseiller ces entreprises qui peuvent manquer de visibilité dans le contexte actuel.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Et si 2022 était l’année du Sales Enablement ?
Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..