Vos réunions de vente sont-elles efficaces ?

par | Mai 10, 2021 | | Vente et Management commercial - Insights

Directions commerciales : Vos réunions de vente sont-elles efficaces ?

La grande majorité des vendeurs n’apprécient pas voire rejettent les réunions de vente hebdomadaires du lundi matin. Elles représentent pour eux une charge de stress, une perte de temps et sont démotivantes pour entamer la semaine.

Et pour cause, souvent ces réunions ne sont pas suffisamment constructives; elles se limitent généralement à un simple passage en revue de la semaine écoulée et sont trop axées sur les échecs.

Alors pourquoi ces réunions de vente ne remplissent-elles par leurs missions et ne contribuent-elles pas toujours à améliorer les ventes ?

Pourquoi donc un tel rejet des réunions de vente ?

Parceque souvent les vendeurs  n’en retirent rien et certains en ressortent démotivés; en effet quand on leur pose la question, souvent-ils les jugent souvent comme un flux de “blabla”, une perte de temps qui ne fait pas forcément avancer le business et ” rabaissantes ” à l’égard des moins performants. Pour résumer, elles ne correspondent pas à ce que les vendeurs viennent chercher: de l’ inspiration et de la motivation.

Evidemment, ces mauvaises réunions de vente ont des effets destructeurs sur le business car elles ont un impact négatif sur le respect que les équipes commerciales ont pour les directeurs commerciaux, les chefs de vente et de façon plus générale pour l’entreprise et l’organisation. Pour résumer, elles démotivent et désengagent les vendeurs et entraînent une baisse de la crédibilité du leader.

Les directions commerciales doivent donc avant tout penser motivation et retour sur investissement lorsqu’elles organisent des réunions de vente, en d’autres termes être convaincues d’en avoir pour leur argent. Beaucoup de directeurs commerciaux ont tendance en effet à oublier que des vendeurs qui sortent démotivés des réunions de vente n’atteindront que rarement leurs objectifs dans la semaine.

Alors voici quelques conseils pour organiser des réunions de vente efficaces :

Être clair sur l’objectif, les résultats et les responsabilités

Il est indispensable de prendre du temps pour formuler l’objectif de la réunion, les résultats escomptés. Mais aussi d’insister sur les responsabilités de chacun concernant les décisions et les mesures prises. Cela permettra de garder les participants concernés attentifs.

Par ailleurs, si la réunion ne contribue pas directement à l’augmentation des ventes, il ne s’agit alors pas d’une réunion de vente en tant que telle, mais plutôt d’un moment “administratif” pratique pour partager des informations. La réunion de vente doit être considérée comme un moment privilégié pour motiver et concentrer l’action, et non un moment pour distribuer aux vendeurs des tâches administratives qui les empêchent de se concentrer sur la vente.

Respect du timing : commencer les réunions à l’heure

Il est important de commencer chaque réunion à l’heure exacte et de ne pas accepter de retard de la part d’un membre de votre équipe. Cela vaut évidemment pour les directeurs et chefs de vente. En effet, accepter les retards est synonyme de non-respect de leur planning et cela rabaisse l’intérêt ou encore la légitimité de la réunion. Cela peut aussi avoir un impact sur la façon dont ils abordent les réunions avec les clients et les activités de vente tout au long de la semaine.

Et terminer à l’heure, si ce n’est avant. Les réunions le plus courtes sont les meilleures

Pourquoi la plupart des réunions (internes) durent-elles une heure alors qu’une durée plus courte aurait permis d’obtenir les résultats escomptés ? 45 minutes ou moins, voilà le timing idéal.

Utilisez la technologie pour prendre des notes

Les comptes rendus sont insipensable, surtout lorsque que des discussions importantes ont lieu, que des décisions importantes sont prises, ou que des collaborateurs prennent des engagements au cours de la réunion. Au lieu d’attendre que quelqu’un se dévoue et le fasse à contre coeur, il est désormais possible d’utiliser des applications comme Otter.ai. Il s’agit est une application gratuite pour smartphone qui génère des “notes intelligentes” et “détaillées” à partir des conversations enregistrées. Le compte rendu doit être partagé sur un espace commun pour que les participants concernés puissent le consulter.

Les réunions de vente se préparent

L’effort supplémentaire de la part des managers commerciaux peut faire une différence très significative; le vendredi après-midi avant de quitter le bureau est certainement le meilleur moment pour préparer une réunion de vente. Ce moment est beaucoup plus propice que le lundi matin sur le chemin du bureau. L’implication de certains membres de l’équipe à la préparation de la réunion de vente non seulement les impliquera le jour venu mais permettra aussi de “prendre  la température de l’équipe pour ne pas passer à côté d’un sujet important.

La présence est obligatoire

Aucun collaborateur ne doit trouver des excuses pour ne pas assister à la réunion ; Cela décrédibiliserait ce rendez-vous hebdomadaire et les autres participants pourraient être tentés d’en faire de même.

Par ailleurs, les participants à la réunion ne doivent pas s’absenter surtout si elle dure 45 mn. Dans une réunion de vente, chacun doit participer et partager des informations et des idées.

Comment chaque participant peut contribuer aux réunions de vente ?

Très souvent dans les réunions commerciales, les  vendeurs passe en revue leur agenda et leurs réalisations et pendant ce temps le reste de l’équipe se livrent à d’autres tâches discrètement… cela se traduit par une perte de temps pour presque tout le monde. Encore une fois, le temps des commerciaux est précieux. Il y a peu de chance que cette revue d’aganda fasse progresser et vendre plus aux autres. Il vaut donc mieux penser retour d’expérience et faire participer tout le monde, pour trouver des solutions aux problèmes rencontrés de chacun. La revue de portefeuille est plus efficace en tête à tête.

Donc, avant d’ajouter quoi que ce soit à l’ordre du jour, demandons-nous si cela est vraiment utile pour la majorité des participants à la réunion, ou si cela relève juste de commodité administrative.

Favoriser l’excellence des ventes et la bonne culture commerciale

Transmettre l’esprit de conquête associé à l’état d’esprtit nécessite de rappeler chaque semaine à ses collaborateurs l’engagement de la société à atteindre l’excellence en matière de vente, à assurer leur développement et à offrir aux clients et prospects une expérience exceptionnelle.

Le directeur commercial doit se présenter en tant que leader. En effet l’intensité et la concentration de l’équipe sont le reflet de son leadercheap. Il doit aborder ses réunions comme s’il s’agissait d’une réunion avec le client le plus important, et ce client est l’équipe !

Pour résumer, il faut faire de sa prochaine réunion de vente la plus importante de la semaine et s’assurer qu’elle contribue à l’augmentation des ventes et chiffre d’affaires. Chaque réunion doit permettre d’améliorer les compétences, proposer des actions axées sur le client et entraîner des habitudes de vente efficaces !

Lire aussi : “Alignement marketing et vente

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..