CX, partenariats et vente augmentée : focus sur trois applications du métaverse dans le B2B

par | Avr 22, 2022 | | Contenu, Influence, CX - Insights, Vente et Management commercial - Insights

Certaines innovations technologiques sont restées au stade de prototype. La Réalité Augmentée, par exemple, n’a pas vraiment trouvé sa place dans le monde du B2B. Ce ne sera vraisemblablement pas le cas du métaverse qui devrait bénéficier de l’hégémonie des milléniaux dans les postes de responsabilité.

#1 Le métaverse sera probablement le terrain des joutes CX du marketing B2B

Une enquête publiée par la Harvard Business Review a révélé que les échanges en face à face étaient 34 fois plus efficaces que les conversations par écrit. Cette conclusion rejoint la « règle des 3V » développée par le professeur Albert Mehrabian en 1967 et qui stipule que seule 7 % de la communication est verbale, le reste étant soit vocal (intonation, son de la voix) ou visuel (expression du visage et langage corporel). Bien entendu, des plateformes comme Zoom, Teams ou Google Meet permettent déjà aux professionnels d’échanger dans une configuration multimédia. Le métaverse devrait toutefois leur permettre d’aller encore plus loin dans la mise en scène du Sales Pitch, le déploiement d’éléments de storytelling et la recherche de l’effet « waouh » qui maximise la conversion.

Cette dynamique donnera une plus grande marge de manœuvre aux entreprises du B2B pour proposer une expérience client en phase avec les attentes des milléniaux qui réalisent aujourd’hui 75 % des décisions d’achat dans le B2B (voir cette étude résumée par BtoB Leaders).

Dans un contexte où les offres se ressemblent de plus en plus et où les prix finissent souvent par s’aligner, c’est en effet l’expérience client qui permet aux acheteurs B2B d’arrêter un choix. D’ailleurs, 81 % des marketeurs B2B sondés par Designit estiment que la personnalisation et le côté « ludique » de l’expérience client seront essentiels dans les prochaines années. C’est pourquoi 82 % d’entre eux ont l’intention de se focaliser sur le développement d’expériences plus engageantes dans un avenir proche. Le métaverse sera très probablement le terrain des joutes CX du B2B.

BtoB Summit 2022

#2 La mutualisation des images de marque et des audiences

En théorie, les stratégies de partenariat cochent toutes les bonnes cases. Elles permettent de mutualiser les ressources et de créer des synergies entre deux entreprises non concurrentes pour renforcer leur position sur leurs marchés respectifs. Le partenariat permet également d’atteindre de nouveaux marchés, notamment en adressant des verticales non couvertes ou en investissant de nouveaux territoires. En tant que stratégie indirecte, le partenariat est un excellent accélérateur de business pour les startups B2B qui souhaitent changer de dimension.

Malgré ce potentiel, les stratégies de partenariat restent boudées par les entreprises. La donne risque toutefois de changer. Comme l’explique ce papier publié sur Forbes.com, l’émergence du métaverse devrait favoriser la collaboration entre les entreprises non concurrentes mais partageant une audience commune. Concrètement, il s’agira de réaliser des actions de co-branding dans un environnement virtuel pour mutualiser les propositions de valeur et les images de marque et ainsi activer de nouveaux leviers de croissance. Forbes prédit que les entreprises qui proposent des offres complémentaires et des univers compatibles collaboreront sur le métaverse à trois niveaux :

  • Les acheteurs B2B recherchent de plus en plus de solutions de type « One Stop Shop » ou, à minima, des solutions intégrées à d’autres outils pour agir sur toute la chaîne de valeur en question. Cette tendance devrait s’accentuer avec le défi de l’unification de la Data. C’est pourquoi les entreprises partenaires vont probablement synchroniser leurs annonces de lancement de nouveaux produits complémentaires pour maximiser la valeur perçue par l’acheteur et aller plus loin dans la proposition de valeur.
  • Les webinars et autres conférences pédagogiques verront la collaboration de plusieurs entreprises non concurrentes et adressant les mêmes audiences. En effet, la valeur pédagogique de ce type d’événements sera améliorée si toute la chaîne de valeur d’une thématique donnée est couverte.
  • Les démonstrations de produits et les présentations commerciales devraient multiplier les passerelles avec les produits complémentaires des partenaires. On peut imaginer des renvois vers les univers « métaverse » des partenaires pour aller plus loin dans la mise en situation de la solution proposée.

#3 Rendez-vous client : le métaverse combine le meilleur du face à face et de la visioconférence

La parenthèse pandémique a installé durablement les rendez-vous en visioconférence dans le quotidien des commerciaux. Il faut dire que les avantages ne manquent pas : amélioration de la productivité par rapport à l’action commerciale sur le terrain, une plus grande flexibilité dans l’espace de travail pour le commercial (critère important pour fidéliser dans un contexte de pénurie des talents commerciaux), réduction des coût de transport, etc. L’expérience d’achat peut toutefois être contrariée par une certaine monotonie, dans la mesure où les solutions de visioconférence les plus utilisées ne sont pas forcément équipées pour construire un parcours engageant.

Pour Gavin Finn, CEO de la plateforme métaverse LiveShare, « les entreprises doivent jongler entre deux réalités : les Sales ne reviendront pas au 100 % présentiel, et la visioconférence ne permet pas forcément de démontrer la valeur des offres complexes du B2B ». En repoussant les limites de l’expérience visuelle immersive, le métaverse devrait libérer l’élan créatif des équipes Sales et Marketing et remettre de l’audace dans le business.

D’ailleurs, cette expérience immersive trouvera plusieurs autres applications dans l’entreprise, que ce soit pour améliorer l’engagement des collaborateurs dans les formations internes, améliorer l’expérience de recrutement et booster la marque employeur de l’entreprise, diversifier les canaux de publicité, etc.

 

 

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..