Marketing Conversationnel : une solution au ralentissement du cycle de vente ?

par | Avr 20, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo, Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Générer de la First-Party Data dans un environnement cookieless, accélérer les cycles de vente, améliorer les efforts LeadGen, apporter une caution « humaine » dans un contexte de digitalisation… Le Marketing Conversationnel B2B coche toutes les bonnes cases !

Comment WhatsApp a dépoussiéré le marketing conversationnel

La mise sur le marché de WhatsApp en janvier 2009 a « disrupté » les habitudes de communication des particuliers. Fort d’un business model très avantageux pour l’utilisateur, l’outil créé par deux anciens de Yahoo! a progressivement ancré le réflexe du message instantané, gratuit et enrichi par des fichiers multimédias dans notre quotidien. C’est donc tout naturellement que WhatsApp a fait son entrée dans l’arsenal des services clients des entreprises du B2C dès 2009, soit bien avant le lancement de la version professionnelle, WhatsApp Business, en 2018. Aujourd’hui, WhatsApp cumule plus de 2 milliards d’utilisateurs, soit 40 % de la population mondiale âgée de 15 à 64 ans.

WhatsApp et les autres applications de messagerie instantanée ont donc révolutionné la relation client, chiffres à l’appui. Aujourd’hui, 76 % des consommateurs souhaitent acheter des produits via messaging. Aussi, près d’un tiers des messages reçus par les entreprises via Facebook Messenger correspondent à des commandes de produits. Enfin, 40 % des consommateurs ont réalisé leur tout premier achat en ligne avec l’assistance d’un conseiller via Live Chat.

Ces statistiques impressionnantes ont donc dépoussiéré le concept de Marketing Conversationnel. Des fulgurances technologiques comme les chatbots alimentés par l’Intelligence Artificielle et le Machine Learning ont permis aux entreprises de disposer d’un service client 24/7 à moindre coût.

Comme nous le documentons au quotidien sur BtoB Leaders, la frontière entre le B2C et le B2B est de plus en poreuse, et les passerelles se multiplient. L’acheteur B2B attend cette intuitivité, cette personnalisation, cette immédiateté et cette expérience fluide qu’il retrouve dans son quotidien de consommateur. C’est ainsi que le Marketing Conversationnel a fait une entrée remarquée dans le B2B.

 

BtoB Summit 2022

First-Party Data, CSM, vélocité du cycle de vente, LeadGen…

Lorsqu’il s’agit de diagnostiquer la cassure entre l’acheteur B2B et le commercial, les études se suivent et se ressemblent. Une étude Accenture explique par exemple que l’acheteur réalise 57 % de son parcours d’achat en self-service. Une autre étude HubSpot alerte sur le fait que 55 % des acheteurs B2B ne considèrent pas (plus ?) les commerciaux comme des partenaires de confiance. Il est donc impératif de repositionner les Sales et le Marketing au cœur du parcours pour formuler une promesse forte et accélérer le cycle de vente.

Le Marketing Conversationnel via messagerie instantanée est un levier intéressant, dans la mesure où il favorise la prise de contact très tôt dans le parcours d’achat et multiplie les occasions d’échanger avec plusieurs avantages à la clé.

#1 Générer de la First-Party Data dans un contexte cookieless

La First-Party Data désigne les données directement collectées par l’entreprise au gré de ses interactions avec son audience. L’utilisation d’une solution de messaging B2B intégrée au CRM permettra de générer davantage de données actionnables pour alimenter les stratégies de personnalisation… une solution d’autant plus pertinente dans un contexte de disparition imminente des cookies tiers.

#2 Rationaliser le coût du service client B2B

Toutes les sollicitations des prospects et clients ne nécessitent pas forcément une intervention humaine et/ou un appel téléphonique de plusieurs minutes. Un chatbot correctement paramétré et alimenté en scénarios pertinents pourra prendre en charge les questions redondantes et permettre aux équipes du service client et du Customer Success Management de se consacrer aux requêtes nécessitant un haut degré de personnalisation.

Aussi, des chatbots alimentés par l’IA et le Machine Learning doteront l’entreprise d’un service client, voire d’un service CSM « de permanence », 24/7… un avantage intéressant pour les entreprises à vocation internationale qui visent des audiences sur différents fuseaux horaires.

#3 Accélérer le cycle de vente

Moins formel que l’email et plus flexible que l’appel téléphonique, le messaging B2B favorise des échanges denses en temps réel et améliore la vélocité du cycle de vente. Les acheteurs sont dans leur zone de confort, dans la mesure où ils utilisent très probablement la messagerie instantanée au quotidien.

Aujourd’hui, la vélocité du cycle de vente est mise à mal par plus variables du macroenvironnement :

  • Le processus de prise de décision est de plus en plus collégial, avec la multiplication des intervenants et des influenceurs. Selon Gartner, les processus d’achat B2B incluent entre 6 et 10 personnes, ce qui ralentit fortement le cycle de vente ;
  • Selon une étude Cyance résumée ici par BtoB Leaders, la moitié des acheteurs B2B se disent « submergés » et « déstabilisés » par l’abondance des contenus d’aide à la décision. Ce constat contribue au ralentissement du cycle d’achat ;
  • L’indifférenciation des offres et l’alignement des prix entre les concurrents compliquent la tâche des acheteurs B2B. Pour trancher, ils se fient de plus en plus à la qualité de l’expérience proposée par les prestataires envisagés. Une étude récente relayée par BtoB Leaders explique que 85 % des acheteurs B2B accordent autant d’importance à l’expérience qu’au produit.

En multipliant les points de contact et en « provoquant » l’expression du besoin, le Marketing Conversationnel agit sur la vélocité du cycle de vente.

#4 Booster les efforts LeadGen

Les meilleures solutions de messaging B2B permettent d’engager le visiteur du site web de manière proactive et contextuelle. Plusieurs déclencheurs peuvent être paramétrés pour envoyer le bon message au bon moment, avant de passer la main à un conseiller humain.

Les meilleurs chatbots atteindront un degré de personnalisation élevé : reconnaissance de la source du trafic, exploitation de l’historique de l’utilisateur, choix de la phrase d’accroche sur une base data-driven, etc. Enfin, les chatbots peuvent remplacer les formulaires de contact longs et fastidieux en sollicitant les données de contact des prospects de manière plus ludique.

 

 

Pour conclure…

Le défi de la personnalisation du business à grande échelle (at scale) s’impose avec force. Ce fut d’ailleurs le fil rouge de l’édition 2022 de l’Adobe Summit. Le marketing conversationnel via messaging coche toutes les bonnes cases pour une personnalisation rationnelle, scalable, économiquement viable et en phase avec les attentes du super-acheteur B2B. Il apporte enfin une caution « humaine » dans un environnement de plus en plus digital. A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on peut parler de digitalisation massive des métiers au travers de la multiplication de solutions ad hoc… à tel point que l’on parle désormais de « marketing stack » à toutes les étapes...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..