Deux méthodes pour faire collaborer les Sales et le marketing dans les grandes entreprises

par | Avr 18, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Vente et Management commercial - Insights

A bien des égards, l’alignement Sales – Marketing représente un défi majeur pour les petites et les grandes entreprises du B2B. Dans les grandes entreprises, il y a l’effet « taille » qui entre en jeu, dans la mesure où « trop de cuisiniers gâtent la sauce ». De leur côté, les petites boîtes manquent généralement de ressources et de budget pour conduire une véritable politique d’alignement. On m’a récemment posé la question suivante : « Quelle est la meilleure façon d’intégrer les efforts Sales et marketing dans une grande entreprise ? ». Eléments de réponse…

Les dépassements de fonction provoquent une cascade de problématiques dans les grandes entreprises

Pour dire les choses clairement, je ne pense pas que l’on puisse parler d’ « une meilleure façon » dans l’absolu, car tout dépend de la culture d’entreprise, des produits ou services proposés, de la typologie des clients et des défis à relever. Personnellement, je tournerai plutôt la question de cette façon : « comment puis-je faciliter l’alignement vente et marketing dans une grande entreprise ? ».

Dans une grande équipe marketing, les postes, les responsabilités et les processus sont spécifiques. Le défi est donc de faire collaborer ensemble des équipes hétérogènes. Vous devrez faciliter les échanges et la collaboration à l’occasion de réunions régulières pour faire avancer les choses.

Prenons l’exemple suivant. En tant que responsable de l’email marketing, je dois lancer une campagne de Sales Enablement pour adresser les points de friction de la cible et accélérer ainsi sa décision d’achat. Après avoir évalué l’existant en matière de contenu, j’identifie deux études de cas qui doivent être personnalisées. Je confie donc cette tâche à l’équipe chargée du contenu. Deux scénarios peuvent se présenter :

  • L’équipe crée les contenus dont j’ai besoin. Ma campagne de Sales Enablement peut être lancée dans les temps impartis.
  • L’équipe ne peut pas (ou ne veut pas) personnaliser mes études de cas.

Vous en conviendrez, le second scénario est assez délicat. Mon premier réflexe sera de personnaliser moi-même mes contenus. Je devrai par la suite les stocker dans la bibliothèque des contenus, même s’ils n’ont pas été conçus par l’équipe chargée de cette mission. Mais ce contenu répond-il aux standards de l’entreprise ? A sa charte graphique, au message et à l’image qu’elle souhaite véhiculer ? Ai-je les droits pour rendre ce contenu accessible aux équipes concernées ? Cette initiative ne va-t-elle pas pousser d’autres personnes à contourner l’équipe chargée du contenu ?

En réalité, les dépassements de fonction provoquent une cascade de problématiques organisationnelles dans les grandes entreprises. A mon avis, il faudra envisager deux approches dans ce cas précis : une approche descendante (top – down) ou une approche ascendante (bottom – up).

 

BtoB Summit 2022

 

#1 L’approche descendante, ou top – down

Comme son nom l’indique, cette démarche est pilotée par la direction générale. Le VP of Sales et le CMO définissent ensemble une ou deux grandes thématiques sur lesquelles les Sales et le Marketing peuvent collaborer. Dans l’idéal, ces thématiques devront provenir des plans de vente et/ou de la stratégie marketing. Il peut s’agir de l’Account-Based Marketing (ABM), de l’intégration de la Data, du support marketing, etc.

L’approche descendante a l’avantage de la légitimité, dans la mesure où elle est pilotée par les supérieurs hiérarchiques. Un groupe de travail est identifié, constitué puis responsabilisé sur la recherche et l’implémentation de solutions pour mieux faire travailler les Sales et le Marketing dans le cadre du projet en question.

Forcément, il y aura des désaccords et des points de vue divergents. Je vous recommande d’en discuter et de déterminer, collectivement, la meilleure façon de faire pour atteindre les objectifs préétablis. Il faudra toutefois définir un « décisionnaire » qui sera amené à trancher en l’absence de consensus.

#2 L’approche ascendante, ou bottom – up

En tant que marketeur, vous travaillez directement avec l’équipe de vente ? Vous pilotez donc une partie de l’alignement. L’avantage de cette approche, c’est que le périmètre d’action est réduit. Le projet est par conséquent beaucoup plus facile à piloter. Votre principal objectif sera d’obtenir l’adhésion des Sales sur votre projet d’alignement.

Mais cette approche a un inconvénient : l’équipe Sales peut très bien changer d’avis après une décision. En effet, dans la mesure où les rapports sont transversaux, la dimension hiérarchique n’est pas là pour trancher ou « figer » les décisions.

Les équipes commerciales peuvent par exemple souhaiter ajouter des fonctionnalités supplémentaires à une plateforme alors que le cahier des charges a déjà été bouclé. Pour remédier à cette problématique, vous devrez à la fois faire preuve d’agilité, mais aussi engager une communication franche pour fluidifier les process et cadrer les termes de la collaboration.

Click here for the original version of the post (English)

 

A lire également sur BtoB Leaders : Le top 5 des cauchemars des Directeurs Marketing
Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..