Le cookieless devrait générer 5 (belles) opportunités pour les marques B2B

par | Mai 12, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Data, Connaissance client, IA - Insights

La disparition imminente des cookies tiers suscite l’inquiétude des professionnels de l’AdTech et des marketeurs chargés de mener des campagnes publicitaires digitales. Dans ce guide, BtoB Leaders voit le verre à moitié plein avec cinq (belles) opportunités que les marques B2B doivent saisir dans le monde cookieless.

#1 Fin de la dépendance sur les données d’audience

Evidemment, la fin des cookies tiers compliquera la tâche aux équipes marketing qui doivent réaliser un ciblage d’audience pour diffuser des campagnes publicitaires à grande échelle. Mais l’alternative est intéressante, et l’entreprise n’y perd pas forcément au change. La disparition des cookies tiers donne l’opportunité aux marques de réduire leur dépendance à l’égard des régies publicitaires que sont Google ou Facebook pour (re)prendre le contrôle. Résultat : des relations d’audience plus authentiques, plus personnalisées et plus durables.

Les stratégies de données dites « First-Party » et « Zero-Party » devraient prendre le relais. Elles se basent exclusivement sur les données client ayant fait l’objet d’un consentement explicite, voire les données qui ont été fournies volontairement par l’audience. L’implémentation de ces stratégies devrait accroître la pertinence du contenu et des campagnes publicitaires, susciter un engagement qui a du sens, améliorer l’image de marque (data éthique) et, in fine, améliorer la performance globale de l’entreprise.

#2 En finir avec la tendance du « clickbait »

La disparition des cookies tiers devrait s’accompagner d’une augmentation des canaux d’engagement direct comme l’email, les médias sociaux, les événements B2B et le marketing « communautaire » (au sens de « communautés virtuelles »). En somme, la politique du « clickbait » devrait céder la place à des contenus contextualisés, personnalisés et à forte valeur ajoutée.

Plus largement, les marketeurs B2B devront diffuser davantage de contenus informatifs et pédagogiques pour combler les lacunes de ciblage publicitaire qui résulteront du cookieless. Cette dynamique arrive à point nommé dans un contexte où l’acheteur B2B attend des marketeurs et des commerciaux qu’ils jouent un rôle de « faiseurs de sens », pour paraphraser Gartner.

La disparition des cookies tiers devrait également dépoussiérer la tactique de la publicité contextuelle. Concrètement, et plutôt que de diffuser des encarts publicitaires sur des sites issus de l’historique de navigation de l’internaute, l’entreprise choisit de diffuser sa publicité sur des sites en lien avec son activité. Voici un exemple concret :

  • Publicité traditionnelle: la publicité mettant en valeur votre CRM peut être publiée sur un site qui commercialise des articles de sport, car issu de l’historique de l’internaute ;
  • Publicité contextuelle: la publicité mettant en valeur votre CRM sera publiée sur un site en lien avec cette thématique. Il peut s’agir d’un média B2B comme BtoB Leaders ou d’un blog autour des défis de la fonction commerciale.

#3 Construire des écosystèmes de données d’intention pour doper la conversion

Depuis le milieu des années 2000, le pipeline est majoritairement alimenté par des leads collectés sur la base des cookies tiers. Le cookieless est une occasion en or pour renouer avec une approche plus qualitative pour un pipeline mieux qualifié et des efforts Sales et Marketing rationalisés.

Plutôt qu’un volume élevé de prospects de faible qualité, les marques B2B doivent saisir l’opportunité du cookieless pour construire un écosystème de données d’intention solide afin de générer des prospects qualifiés pour le marketing (MQL) de haute qualité qui passent à l’achat plus vite, plus souvent, plus longtemps et avec des tickets moyens plus élevés.

Les données d’intention sont un ensemble de signaux comportementaux qui indiquent qu’un acheteur est « sur le marché », à la recherche d’une solution à sa problématique. Elles superposent des données de première partie provenant de sources crédibles telles que les propriétés numériques des marques, des éditeurs et des partenaires, à des données tierces ne nécessitant pas de cookies tiers telles que les adresses IP, les identifiants d’appareils ou encore la localisation.

Les options émergentes telles que le ciblage par cohorte, la confidentialité différentielle et les identifiants universels qui tirent parti de l’anonymisation permettront de conserver l’échelle des données tierces sans les risques liés à l’utilisation d’informations personnelles identifiables (PII) et d’autres données sensibles tombant sous le coup du RGPD.

BtoB Summit 2022

#4 Améliorer l’efficience, l’efficacité et la sécurité des publicités

Oui, les cookies tiers sont essentiels aux efforts publicitaires à grande échelle. Mais il n’est pas garanti que les campagnes de publicité qui ratissent large soient plus efficientes que les publicités ciblées. En effet, les cookies tiers ont une date de péremption, les internautes changent d’appareil, mettent en place un pare-feu, etc.

D’un autre côté, les marques B2B ont toujours eu du mal à gérer les risques liés à la publicité numérique programmatique à grande échelle, surtout dans un contexte juridique en mutation. La disparition des cookies tiers est donc l’occasion de relever les défis de la fraude publicitaire, de l’efficience et de l’efficacité publicitaire.

Il s’agira donc de travailler avec des éditeurs crédibles qui ont construit des audiences engagées et segmentées de manière rationnelle. Les budgets consacrés par exemple aux enchères publicitaires programmatiques sur des sites inconnus, parfois exclusivement visités par des bots, pourront être réaffectés à la qualité du ciblage avec des paramètres liés au comportement et à l’intention.

#5 Investir dans une technologie d’avenir pour un marketing axé sur l’humain

La décision d’achat n’a jamais été aussi complexe, dans la mesure où la partie « subjective » gagne en importance au fil des années. En plus du prix, des caractéristiques techniques et des modalités de paiement, l’acheteur B2B se fie également au sentiment de confiance de la marque et à son capital sympathie. La notion de confiance intègre naturellement le volet Data. Par exemple, 85 % des clients estiment que les entreprises ne devraient utiliser que des données de première main dans leurs campagnes marketing.

La disparition du cookieless devrait pousser les entreprises du B2B à investir dans des technologies de collecte, de validation, de gestion et d’activation des données post-cookies. Les plateformes de gestion du consentement (CMP) et de gestion des préférences (PMP) deviendront très vite incontournables dans le stack MarTech. Elles peuvent transformer le consentement, la confidentialité et la conformité en expériences client agréables et en résultats commerciaux remarquables !

 

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..