Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

par | Oct 21, 2022

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder.

Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ?

Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ?

Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l’écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution.

Les outils d’automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d’annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d’approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services.

Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller leur temps sur des tâches manuelles et fastidieuses.

Le DAM englobe une gamme de solutions prenant en charge la production et la gestion des actifs créatifs couvrant la production de vidéos, les modèles et les lignes directrices de la marque numérique, les workflows créatifs permettant de structurer les campagnes marketing et branding, etc. Les cas d’utilisation sont donc vastes et s’appliquent à la plupart des secteurs, qu’il s’agisse de marques grand public, de technologie, de soins de santé, de finances ou de voyages par exemple.

En somme, le DAM offre une « source unique de vérité », une bibliothèque numérique à guichet unique garantissant la disponibilité, l’efficacité et la cohérence de la marque.

Le désalignement entre les Sales et le marketing est un chantier rebelle qui impacte la compétitivité des entreprises du B2B, notamment face à un super-acheteur mieux informé et plus exigeant. Selon SiriusDecisions, près de 70 % des contenus B2B ne sont pas utilisés par les commerciaux. Le DAM a-t-il un rôle à jouer dans cette problématique ?

Les équipes de marketing digital, de vente et de création devraient en effet travailler ensemble. Mais trop souvent, leur collaboration est entravée par des flux de travail inefficaces et des plateformes trop complexes. Il n’est pas rare d’entendre les spécialistes du marketing digital se plaindre de la lenteur des délais d’exécution du contenu, tandis que les équipes de vente doivent se frayer un chemin dans le « chaos du contenu » pour trouver les bons éléments. Les contenus doivent correspondre à la fois aux besoins du marché et à l’audience, et les équipes de vente mettent souvent trop de temps à obtenir l’approbation sur le contenu à utiliser lorsque les délais sont serrés.

Une solution intuitive, centralisée et automatisée comme le DAM est donc d’une aide précieuse. Le contenu n’est plus fragmenté ou déconnecté, car toutes les parties évoluent au sein d’une plateforme unique où elles peuvent rapidement accéder et modifier plusieurs versions personnalisées pour différents objectifs de campagne. Les éléments de conception tels que les couleurs, les polices et la mise en page sont verrouillés, ce qui garantit la cohérence et un processus de validation rapide. Si les équipes de création et de marketing sont les premiers bénéficiaires de ce système, cela rejaillit également sur les équipes de vente, car les spécialistes du marketing sont en mesure de leur fournir un contenu beaucoup plus rationnel et dont la cohérence, la conception et la conformité ont déjà été verrouillées.

Selon votre expérience, quels sont les trois critères décisifs pour que l’entreprise puisse être « entendue » dans le chaos de contenu à l’heure de l’infobésité ?

Être capable de gérer le processus créatif, de concevoir un contenu sur mesure et de valoriser l’expérience du contenu sont les trois éléments clés pour être performant à une époque où le contenu ne retient plus autant l’attention qu’auparavant.

Gérer le processus créatif signifie être capable de gérer l’ensemble du cycle de vie du contenu de manière plus efficace. La demande est plus forte que jamais, mais la quantité ne doit pas remplacer la qualité. Les spécialistes du marketing doivent être en mesure de cibler le bon public avec le bon contenu au bon moment, et l’utilisation d’une plateforme de gestion de contenu créatif pour soutenir ce processus de A à Z n’est pas une option.

La personnalisation est essentielle pour se faire entendre sur un marché saturé. La conception d’un contenu sur mesure est ce qui permet aux marques de construire des relations durables avec leurs clients. Le DAM est là pour aider les marques à se démarquer : dans le monde d’aujourd’hui, les expériences numériques doivent être cohérentes, personnalisées et percutantes pour être efficaces.

Enfin, ne sous-estimez pas l’expérience du contenu numérique. Les attentes des clients ont évolué au fil des ans, et les marques doivent proposer une expérience de contenu visuel très efficace et adaptée à leurs histoires si elles veulent que les clients arrêtent de scroller. En somme, il s’agira de diffuser des identités visuelles et des messages qui résonnent avec le public.

Le public a besoin d’être inclus et de ressentir des émotions à l’égard d’une marque, et pas seulement de voir du contenu publicitaire pour ses derniers produits. Il veut s’engager avec les marques… c’est d’ailleurs la raison d’être de l’expérience de contenu. Dans un monde qui fonctionne désormais principalement en ligne, les spécialistes du marketing doivent s’assurer qu’ils offrent une expérience utilisateur numérique optimale à travers tous les points de contact.

 

 

Selon une étude LinkedIn x Edelman, les décideurs B2B estiment que la moitié du contenu qu’ils consomment sur LinkedIn est inutile. Comment expliqueriez-vous ce problème ?

Les marques disposent désormais des outils nécessaires pour proposer chaque jour de nouveaux contenus et répondre aux besoins de leur public, mais elles doivent aussi mieux comprendre ce public. Il ne suffit pas de fournir du contenu. Ce dernier doit être de grande qualité et répondre aux attentes des clients. En d’autres termes, l’expérience utilisateur est centrale.

Servir son public avec un contenu pertinent et adapté à ses intérêts est le meilleur moyen de l’inciter à cliquer et à progresser dans l’entonnoir. Ce qui est encore mieux, c’est que ce contenu soit constamment « brandé ». De cette façon, les clients associeront votre marque au contenu qu’ils aiment, ce qui améliorera la perception globale de la marque.

C’est exactement là que la MarTech et l’automatisation de la création sont utiles. Elles permettent aux équipes créatives de concentrer leur énergie sur le développement de nouveaux contenus de marque pour une expérience client efficace, tout en assurant une mise sur le marché rapide. Pour les clients, cela signifie avoir une nouvelle appréciation de l’expérience de la marque, en étant ciblés par un contenu de haute qualité auquel ils s’identifient réellement.

Nous avons récemment partagé une étude d’Amazon Business expliquant que 91 % des acheteurs B2B veulent désormais acheter en ligne. La DAM a-t-elle un rôle à jouer pour aider les entreprises B2B à passer au commerce électronique ?

La gestion des ressources numériques peut s’avérer vitale pour les marques de commerce électronique : dans un monde de ventes B2B hautement concurrentiel et axé sur le numérique, la rapidité est essentielle. Et c’est là que la gestion des ressources numériques entre en jeu. Que les marques soient en phase de transition vers le commerce électronique ou qu’elles essaient d’établir une présence croissante, la création et la gestion du contenu numérique doivent être un processus fluide et pratique, car elles touchent à de nombreuses actions cruciales pour assurer le succès d’une marque, de la configuration du site web aux campagnes numériques.

Les technologies telles que le DAM permettent aux entreprises de mettre à jour l’imagerie de leur site web en quelques clics, d’utiliser du contenu préétabli pour répondre aux demandes et de commercialiser plus rapidement de nouveaux produits grâce à une bibliothèque d’actifs bien ordonnée. Les images, le contenu, les descriptions de produits, les liens promotionnels et pédagogiques sont automatiquement triés et attribués. Une gestion efficace des ressources numériques signifie donc que les équipes savent toujours où trouver le bon contenu à utiliser sur tous les canaux, mais aussi qu’elles peuvent le faire de manière cohérente et homogène sur toutes les gammes de produits, ce qui est essentiel pour offrir une expérience client sans faille.

Dans l’ensemble, le DAM est un outil puissant pour automatiser et rationaliser les flux de travail, la communication et les processus administratifs, ce qui permet des gains de temps et d’efficacité cruciaux. Notre e-book détaille le rôle de la MarTech pour surmonter les défis du marketing de contenu dans le e-commerce.

Bynder, leader mondial de la gestion des actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, le leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). Pouvez-vous nous en dire plus sur cette collaboration et sa valeur ajoutée pour les entreprises du B2B ?

Nous travaillons avec Akeneo depuis plus de 4 ans maintenant. L’essence de notre partenariat est d’aider les marques à rendre transparente la relation entre les informations sur leurs produits et les ressources numériques qui leur sont associées. Lorsqu’elles sont combinées, les capacités PIM et DAM garantissent que les informations sur les produits sont automatiquement associées aux bons actifs numériques.

Cela élimine le besoin de soutien manuel et de duplication, ce qui permet de gagner du temps et d’optimiser les efforts… un temps qui peut être redirigé vers l’optimisation des descriptions de produits ou la créativité des campagnes de marketing produit.

 

A lire également sur BtoB Leaders : Bynder et Akeneo renforcent leur partenariat