Marketing B2B : ces tendances qui devraient rythmer le S2 2022

par | Avr 7, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Data, Connaissance client, IA - Insights

Le deuxième semestre de l’année 2022 devrait s’accompagner d’un retour de la pensée stratégique après plusieurs mois consacrés à l’action tactique et opérationnelle. Au menu également : les bouleversements Data à venir (cookieless, Google Sandbox, ePrivacy) ainsi que la pénurie des talents Sales et Marketing.

#1 Les CMOs devraient renouer avec la réflexion stratégique

A l’issue de deux années inédites, les CMOs et DirCo ont passé des mois à réorganiser leurs troupes pour se remettre au diapason, mettre à jour leur stack technologique pour faire face à la digitalisation effrénée du business, s’adapter au nouveau comportement de l’acheteur B2B et réactiver la croissance. Cette période a été rythmée par l’action tactique et opérationnelle pour relancer la machine, parfois au détriment de la pensée stratégique. Alors que la période inédite que nous avons vécue appelle une réflexion de fond, le syndrome de la « tête dans le guidon » s’est exacerbé. Nous avions d’ailleurs fait ce constat il y a plusieurs mois.

A mesure que les entreprises retrouveront leur vitesse de croisière, la croissance deviendra de plus en plus difficile dans un environnement toujours plus concurrentiel. « C’est ce qui motivera les décideurs à renouer avec la stratégie dans leur pratique marketing », prévoit Tim Asimos, Directeur du Digital chez Circle S Studio. Parce que le macroenvironnement du business a changé, les décideurs doivent mettre à jour le diagnostic externe de leur activité, et cela va de la bonne vieille matrice SWOT à l’analyse de la concurrence en passant par la remise à plat des scénarios prévisionnels désormais obsolètes.

En toute logique, le retour de la pensée stratégique pour réaliser le plein potentiel de croissance s’accompagnera de deux nouveaux besoins, notamment pour les PME : une réorganisation des effectifs et/ou le recrutement de talents polyvalents pour donner plus de temps stratégique aux décideurs, puis la mise à jour des dispositifs Data pour leur permettre de rationaliser la prise de décision… ce qui nous amène au point suivant.

#2 Les CMOs doivent se préparer aux grands bouleversements Data à venir

L’année 2023 marquera sans doute un tournant majeur dans la LeadGen et l’Ad Tech. En effet, une cascade d’événements est attendue dans les prochains mois. Et contrairement au RGPD qui a relativement épargné le B2B (en n’exigeant pas le consentement pour les activités de prospection), les changements Data qui se préparent devraient cette fois-ci impacter aussi bien le B2C que le B2B.

Et c’est Google qui devrait lancer les hostilités. En effet, bousculé par les internautes mais aussi par la concurrence (Mozilla et Apple), Google devrait débrancher les cookies tiers de son navigateur Chrome en 2023. Si Firefox et Safari ont déjà sauté le pas il y a quelques années, l’alignement de Google devrait être plus impactant dans la mesure où Chrome cumule 65 % des parts de marché. Quelle conséquence ?

  • La disparition des cookies tiers rendra le retargeting très compliqué, voire impossible dans certains cas. En somme, les entreprises pourront difficilement cibler les leads qui ont déjà visité leur site web.
  • Le tracking des conversions sera également impacté, avec des reportings publicitaires beaucoup moins précis et un ROI difficilement mesurable. Aussi, les principales régies publicitaires ne pourront plus alimenter leurs systèmes Machine Learning avec des signaux sur la qualité des audiences, ce qui privera les marketeurs de fonctionnalités et de recommandations pertinentes pour arbitrer sur les modalités de leurs campagnes (cible, plateforme, durée de campagne, budget, etc.).
  • La disparition des cookies tiers ne permettra plus aux marketeurs de mesurer le nombre d’affichages d’une publicité pour un même internaute. Résultat: le risque de spamming augmente, ce qui pourrait produire des effets de type « levée de bouclier » auprès de la cible.
  • Le lien entre une impression publicitaire et la conversion qui peut en découler deviendra très compliqué à isoler. Par conséquent, les marketeurs trouveront des difficultés à attribuer le bon ROI à chaque canal ou campagne marketing.

 

 

La disparition des cookies tiers a induit une série de changements dans l’offre de Google. Ainsi, le nouveau système « FLoC » sera abandonné au profit de la fonctionnalité « Topics » dans Google Sandbox, avec un impact très concret dans le B2B. En effet, « Topics » permet aux marketeurs d’exploiter des segments d’audience classés selon 350 thématiques. Mais contrairement à « FLoC », les segments d’audience changent toutes les trois semaines au nom de la protection des données personnelles. Cette volatilité complique l’action publicitaire dans le B2B où le parcours de vente s’étale souvent sur plusieurs mois.

Au-delà de Google, l’année 2023 devrait également voir l’entrée en vigueur de la deuxième mouture de la réglementation ePrivacy qui viendra compléter le RGPD. Les entreprises bénéficieront toutefois d’une période de transition de 24 mois.

#3 Accélération du concept de l’entreprise « étendue »

La pandémie a exacerbé le phénomène de la « Great Resignation » (ou Grande Démission). En effet, près de 12 millions d’Américains ont quitté leur emploi au cours du premier trimestre 2021. Une étude réalisée par Microsoft au niveau mondial estime que 41 % des salariés envisageraient de démissionner en 2022. En France, une étude de la Direction de l’Animation de la Recherche, des Etudes et des Statistiques (DARES) a démontré que le niveau des démissions des CDI a progressé de 19,4 % en deux ans. Enfin, selon une étude du cabinet de conseil Deloitte, la difficulté à recruter les meilleurs talents représente « la première menace sur les entreprises en 2022 » pour 73 % des chefs d’entreprise.

Si ce phénomène impacte d’abord les profils commerciaux, le marketing est également concerné, notamment avec les tensions autour des conseillers du service client, des Customer Success Managers et des chefs de projet. Pour pallier cette problématique, certaines entreprises devraient faire le choix de la flexibilisation de leurs effectifs, avec un recours accru aux freelances, aux prestataires et aux projets d’externalisation.

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu
Le Digital Asset Management (DAM) pour conquérir le chaos du contenu

Comme nous le documentions dans cette actu du 21 septembre 2022, Bynder, leader mondial de la gestion d’actifs numériques (DAM), a renforcé son partenariat avec Akeneo, leader mondial de la gestion de l’expérience produit (PXM). A cette occasion, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Brad Kofoed, SVP Global Alliances & Channels chez Bynder. Au menu : qu’est-ce que le Digital Asset Management (DAM) ? Quel est son apport dans le chantier rebelle du désalignement Sales et Marketing et dans la transition vers le e-commerce B2B ? Comment les contenus peuvent-ils « surfacer » à l’ère de l’infobésité ? Bonjour M. Kofoed. Commençons cet échange par un peu de pédagogie. Qu’est-ce que le Digital Asset Management ? Le Digital Asset Management (DAM) est un outil de collaboration centralisé pour les actifs numériques tels que les images, les vidéos, les présentations, les documents et les photos. Il opère au cœur de l'écosystème marketing et aide les organisations à tirer davantage de valeur de leurs actifs numériques créatifs en facilitant leur organisation, l’accès à ces ressources, le contrôle et la distribution. Les outils d'automatisation créative de DAM génèrent également les variations de ressources nécessaires pour les marchés locaux, pour les différentes tailles d'annonce, pour les différents personas de clients et pour le testing. Ils facilitent les processus en permettant aux équipes de créer, de réviser et d'approuver le contenu en un seul endroit… un avantage décisif dans un contexte où la demande en contenu augmente dans l’ensemble des services. Par extension, cela favorise la collaboration et la fluidité du workflow entre les équipes, qui peuvent alors mener des campagnes marketing et branding en toute transparence, sans gaspiller...

Paroles d’experts
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?
Quel rôle de l’IA dans le Sales Enablement des services financiers ?

BtoB Leaders a rencontré M. Romain Franczia, Regional Vice-Président Europe du Sud de Seismic, leader du Sales Enablement qui a récemment lancé Aura, son moteur d’Intelligence Artificielle. BtoB Leaders : Seismic a annoncé une série de nouvelles fonctionnalités sur sa plateforme de Sales Enablement au début du printemps, avec notamment Seismic Aura, nouveau moteur d’Intelligence Artificielle. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots son intérêt pour les équipes vente et marketing ? M. Franczia : Le moteur IA derrière Seismic Aura vient apporter une aide précieuse aux organisations pour qui le volume de contenu peut être important, voire déstabilisant. On s’appuie sur une partie analytique pour proposer du contenu engageant, avec des indicateurs comme le nombre de vues et de partage, la durée de vie du contenu, etc. L’idée est également de promouvoir du contenu pertinent à la disposition de contributeurs individuels ou de directeurs de vente. On vise donc à faire surfacer du contenu qui serait probablement beaucoup plus pertinent dans le contexte plutôt que de se perdre dans des recherches chronophages et à l’issue incertaine. Comment les marketeurs peuvent-ils se démarquer dans le « magma » des contenus publiés en flux continu ? Il y a entre 61 et 83 % du contenu marketing mis à disposition qui n’est quasiment pas utilisé. Deux causes peuvent être avancées : le contenu n’est pas pertinent pour sa cible, ou peut-être a-t-il été noyé dans une masse d’informations qui l’a empêché de surfacer. Le vrai challenge aujourd’hui réside dans la quantité de contenus que doivent traiter les marketeurs et les vendeurs, notamment dans le B2B… sachant que leur travail n’est pas de chercher du document. Autre statistique...

Paroles d’experts
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power
Lors de la dernière décennie, le leadership commercial a basculé dans le soft power

Comment expliquer la pénurie des profils commerciaux qui s’est creusée lors des dix dernières années ? Comment la pratique Sales a-t-elle évolué lors de la dernière décennie ? Quelle est la différence majeure entre le DirCo du début des années 2010 et le DirCo d’aujourd’hui ? Sacha Kalusevic, Directeur Senior chez Michael Page Technology, nous apporte des éléments de réponse dans cette interview ! Bonjour Sacha. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Mon parcours est fait de hasards et de rencontres. A la base, j’étais plutôt prédestiné à une carrière dans la finance de marché. La crise financière de 2001 m’a amené à débuter ma carrière dans l’audit financier (PwC) avant de rejoindre totalement par hasard Michael Page, à Strasbourg, pour devenir un expert du recrutement de commerciaux. Michael Page est une entreprise agile, dynamique et ambitieuse dans laquelle je m’épanouis depuis maintenant 19 ans. Notre expertise dans le recrutement, notamment sur la partie commerciale, fait que l’on vit les problématiques majeures des entreprises au quotidien. Nous apportons nos compétences, nos outils et notre vision pour les aider à recruter les meilleurs profils commerciaux dans un contexte de pénurie. Justement, Michael Page estime qu’il manquerait plus de 200 000 profils commerciaux en France. Quelles sont les raisons de cette pénurie, à votre avis ? Il y a toujours eu un turnover relativement élevé dans la fonction commerciale. C’est vrai qu’il y a aujourd’hui largement plus de postes à pourvoir que de candidats potentiels dans la fonction commerciale. Il y a une dizaine d’années, les métiers de la vente étaient déjà moins bien estimés par les...

Ceci pourrait vous intéresser..