Seuls 2 % des marketeurs B2B prévoient de réduire leur budget MarTech en 2022… est-ce une bonne chose ?

par | Mai 24, 2022 | | ABM & LeadGen - Insights, Data, Connaissance client, IA - Insights

Manifestement, la volonté des marketeurs B2B de déchiffrer les données d’intention de leurs audiences n’a d’égal que leur appétence pour les dépenses MarTech ! En effet, 63 % des spécialistes du marketing B2B dans les secteurs de la Tech et des SaaS cherchent à accroître leur recours aux outils MarTech en 2022.

Mais ce sont les conclusions d’une nouvelle étude menée par 93x et Finite qui nous ont étonnées. On y apprend que seuls 2 % des marketeurs B2B (Tech et SaaS) prévoient de réduire leur stack technologique MarTech en 2022… l’écrasante majorité des sondés prévoyant d’investir davantage pour multiplier les outils. Si ces dépenses peuvent éventuellement s’expliquer par les innovations des acteurs de la MarTech, à la fois sur les produits proposés mais aussi sur les efforts de branding, ces achats que d’aucuns qualifieront de « compulsifs » expriment, du moins partiellement, des frictions et un malaise côté marketing. Synthèse…

#1 Le calcul du ROI des actions marketing, un problème de fond

Plus de la moitié des marketeurs B2B (Tech et SaaS) affirment être incapables de mesurer l’impact des actions marketing sur les revenus générés par l’entreprise. L’étude 93x et Finite explique par ailleurs que seuls 8 % des marketeurs B2B de la Tech se disent en mesure de calculer le ROI des efforts marketing. Ce problème d’attribution est tentaculaire, dans la mesure où il se nourrit d’une multitude de variables :

  • Plusieurs études montrent que les responsables marketing, dont les CMOs, ont les « mandats » les plus courts dans les entreprises. Le turnover s’accompagne souvent d’une rupture au niveau de la stratégie ou, à minima, des process et de la technologie utilisée. La mesure de l’impact des campagnes antérieures sur les revenus devient alors compliquée face à cette instabilité ;
  • Les outils MarTech utilisés dans le B2B ne sont pas forcément intégrés, y compris dans les entreprises qui se targuent d’un stack technologique relativement mature. Face à l’omnicanalité et à la multiplication de la quantité des données, l’attribution devient un laborieuse ;
  • La nature même du B2B complique la calcul du ROI des actions marketing. En effet, les cycles d’achat sont longs, parfois très longs, avec plusieurs mois, voire années entre la première action Top of the Funnel et l’achat effectif ;
  • L’absence d’un professionnel chargé des opérations marketing est également un frein à la mesure de la contribution du marketing aux revenus.

Les frictions sur l’attribution marketing est sans doute le premier moteur du marché de la MarTech. En effet, les marketeurs B2B semblent répondre à la problématique par la technologie plutôt que par la réorganisation. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter notre chronique « Calculé trop tôt, le ROI alimente la cassure entre les décideurs et le marketing B2B ».

#2 L’ABM est, semble-t-il, gourmand en outils !

C’est en tout cas le point de vue de cet article de Martech Series. Aujourd’hui, plus de la moitié des marketeurs B2B de la tech ont recours aux programmes ABM, et 25 % d’entre eux prévoient de le faire à court terme.

Comme nous l’avons vu à l’occasion des éditions 2021 des Rencontres Internationales du Marketing (RIM) et du BtoB Summit, l’Account-Based Marketing (ABM) suscite l’engouement des BtoB Leaders qui y voient un moyen de connecter leur entreprise aux comptes à fort potentiel commercial.

Parce qu’il exige un effort de personnalisation poussé, une maîtrise approfondie des spécificités et des enjeux de certains secteurs d’activité de niche et éventuellement un alignement Sales – Marketing de haut niveau, l’ABM nécessite un stack technologique cohérent, pertinent et à la pointe pour transformer l’essai.

 

 

#3 Les marketeurs B2B renouent avec les investissements SEO

Environ 40 % des marketeurs B2B de la Tech pensent que le SEO est le segment marketing qui a le plus gagné en importance en 2021. C’est donc tout naturellement qu’ils cherchent à aller au-delà de Google Analytics et de la Google Search Console pour gagner en visibilité sur les moteurs de recherche. Objectif : optimisation sémantique des contenus, recherche de mots-clés pertinents, nettoyage du code source du site web, lancement d’une stratégie de netlinking, personnalisation des contenus en fonction des intentions de recherche, position zéro, etc.

#4 Les budgets marketing sont repartis à la hausse en 2022

Comme nous l’expliquions ici, 68 % des marketeurs B2B (tous secteurs d’activité confondus) ont vu leur budget augmenter entre 2021 et 2022, et 16 % ont pu maintenir le même budget (étude Mention x Livestorm). Environ 25 % des marketeurs B2B disposent désormais d’un budget annuel compris entre 10 000 et 100 000 $. L’étude 93x et Finite estime l’augmentation des budgets entre 2021 et 2022 à +35 %. Cette tendance haussière abonde également en faveur de l’investissement en outils MarTech.

Pour conclure…

A bien des égards, ce n’est pas forcément la taille des stacks technologiques des entreprises qui pose problème. En effet, la spécialisation des besoins se traduit forcément par la multiplication des outils. En revanche, le stack technologique doit être structuré par la stratégie, pas l’inverse.

Aussi, plus le stack technologique est conséquent, plus l’intérêt pour l’unification de la Data devient crucial. Lorsque les données collectées ne sont pas compatibles avec ses outils analytiques, l’entreprise se retrouve avec des pools de données cloisonnées qui limitent leur utilité et qui complique l’attribution marketing.

 

BtoB Summit 2022

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Paroles d’experts
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?
Maturité Data des entreprises françaises : sommes-nous encore dans la phase d’évangélisation ?

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Nathalie Schulz, Directrice Générale du Groupe IDAIA, spécialiste du Data Marketing. Au programme : l’émergence du super-acheteur B2B, l’attente d’hyper-personnalisation des prospects, le degré de maturité Data des entreprises françaises et l’évolution du métier de CMO lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir en quelques mots sur votre parcours professionnel ? Je pense avoir un parcours plutôt atypique, dans la mesure où je suis ingénieure en finance de formation. J’ai occupé le poste de chargée d’affaires « Entreprises » dans le secteur bancaire pendant une dizaine d’années avant de passer en entreprise, essentiellement sur des missions de conseil et de management de la transition auprès de PME en crise de croissance (ou de décroissance). Ma volonté de travailler en équipe et de m’inscrire dans un projet à long terme m’a poussée à rejoindre l’un de mes clients en tant que DAF. En passant de la banque à l’entreprise, je me suis rapidement passionnée pour le marketing et la vente. En 2008, j’ai cofondé DQE Software. Animée par un projet de vie, j’ai décidé de quitter l’entreprise en 2020, et c’est ainsi que j’ai saisi l’opportunité d’intégrer le Groupe IDAIA, un groupe que je connais bien puisque nous avions eu l’occasion de collaborer ensemble via DQE Software. Pouvez-vous revenir sur la proposition de valeur du Groupe IDAIA ? Le Groupe IDAIA a plus de 30 ans d’existence. Nous accompagnons la performance des entreprises en mettant la Data au cœur de leur stratégie. En tant qu’acteur majeur du Data-Driven Marketing, nous structurons notre chaîne de valeur autour de la réponse...

Ceci pourrait vous intéresser..