5 conseils de pro pour une stratégie de contenu (plus) personnalisée

par | Juin 11, 2021 | | Data, Connaissance client, IA - Insights

Si la personnalisation fait partie du quotidien des marketeurs BtoC depuis plusieurs années, elle reste encore à ses premiers balbutiements chez les professionnels du BtoB.

L’année 2020 a marqué un tournant pour de nombreux spécialistes du marketing BtoB qui ont dû abandonner certaines de leurs vieilles habitudes. D’un côté, la pandémie du coronavirus a catalysé la digitalisation des plans marketing. De l’autre, les nouvelles habitudes de « consommation » du contenu imposent désormais aux professionnels du BtoB un effort de personnalisation.

Certains ont mieux négocié ce virage que d’autres. Quoi qu’il en soit, le BtoB doit désormais faire dans le sur mesure. Le fait d’insérer le terme « Covid 19 » dans les messages, d’ajouter le nom du destinataire dans les emails ou d’évoquer son équipe de foot préférée ne suffisent plus.

Pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs, la personnalisation doit être calibrée, pertinente et dosée. Votre cible doit penser que vous avez du flair, que vous êtes un mentaliste du marketing, un professionnel aguerri qui maîtrise son cœur de métier, pas un harceleur qui épie la vie privée de ses prospects et qui scrute leur comportement sur le web.

Dans ce billet, nous vous proposons cinq conseils de pro pour une stratégie de contenu personnalisée qui convertit. C’est parti !

#1 Identifier les bonnes cibles

Ne prenez pas ce point à la légère. En effet, les équipes de vente actualisent constamment leur ciblage en fonction de la dynamique du marché. Les services ventes et marketing doivent travailler de concert pour identifier les « bons » acheteurs, y compris les comptes cibles et leurs rôles dans les groupes d’achat.

Vous vous en doutez, l’idée n’est pas de créer un contenu personnalisé pour tous les acheteurs potentiels. Ce serait chronophage, énergivore et très vite ingérable. Il s’agira donc de collaborer étroitement avec le service des ventes pour dresser une liste des acheteurs potentiels par ordre d’importance afin d’optimiser vos efforts et aboutir à une hiérarchisation rationnelle.

Bonus : travaillez avec les Customer Success Managers et les Account Managers pour identifier les cibles nécessitant des actions de marketing après-vente, en commençant par la vente croisée (cross-sell) et incitative (upsell).

#2 Mettre à jour sa compréhension du contexte numérique et de la concurrence

Durée du cycle de vente, volume et type des interactions, taux de retour de vos campagnes de marketing, expérience utilisateur sur votre site web, comportement en matière de consommation de contenu… êtes-vous sûr de connaître vos acheteurs sur le bout des doigts ? Commencez par rassembler des données de première et de seconde main pour actualiser vos connaissances en la matière.

Affinez vos personas de manière itérative, au fur et à mesure des données collectées. Approfondissez votre compréhension des besoins des groupes d’achat et des comptes.

N’oubliez pas que vos données internes ne reflètent que l’interaction de vos acheteurs avec l’offre de votre entreprise. C’est pourquoi il peut être intéressant d’investiguer pour obtenir des informations sur la manière dont la concurrence satisfait les besoins de votre cible. Intéressez-vous notamment à l’intention de recherche (au sens SEO) de vos acheteurs et à la typologie de contenus qu’ils plébiscitent. Basez-vous sur ces informations pour produire des contenus ultra-personnalisés afin de susciter leur engagement.

Bonus : identifiez les acheteurs « négligés » par vos concurrents. C’est souvent sur cette niche que vous aurez la plus grande marge de manœuvre et les meilleurs résultats.

#3 Créer des blocs de contenu configurables pour chaque étape du processus d’achat

Certes, il est impossible de prévoir toutes les combinaisons possibles en matière de communication pour atteindre l’ensemble de vos cibles à toutes les étapes du processus d’achat. Il est en revanche possible de créer une carte des besoins, des intérêts et des préférences et de travailler sur les points d’intersection pour élaborer des messages suffisamment personnalisés. Nous sommes ici sur la Loi de Pareto ou la règle des 20/80. La clé est de relier les messages et les ressources aux étapes du processus d’achat et aux besoins.

Commencez donc par dresser une cartographie des étapes du parcours d’achat et identifiez les rôles et les personas impliqués dans chaque étape. Reprenez votre liste d’acheteurs triés par ordre d’importance (voir conseil #1) et identifiez leurs actions ainsi que les ressources qu’ils consomment le plus.

Utilisez ensuite les données préalablement collectées (voir conseil #2) pour définir le format de votre contenu ainsi que les sujets à aborder pour chaque persona. Etablissez un calendrier éditorial pertinent et lancez la production. Vous pouvez également reprendre des contenus déjà publiés pour les mettre à jour ou les retravailler à la lumière des nouvelles données collectées sur votre cible. Un contenu justifiant d’une certaine « historicité » aura plus de chances de décrocher une belle position sur les moteurs de recherche à court terme.

Bonus : adoptez la posture d’une entreprise de croissance orientée produit (product-led) et évaluez la possibilité d’incorporer le Customer Advocacy dans votre stratégie de contenu pour davantage de personnalisation. Il n’y a rien de plus convaincant que de montrer à votre acheteur les résultats positifs obtenus par un autre acheteur qui collabore déjà avec votre entreprise.

#4 Déclencher les bons messages au bon moment

Il fut un temps où la personnalisation se résumait en un message d’accueil nominatif, par mail ou sur la page d’accueil de votre site web. S’il apporte une touche vaguement agréable, cet élément reste insuffisant. Pour tirer votre épingle du jeu, vous devez fournir la bonne information au bon moment.

Encore une fois, votre cible doit penser que vous avez du flair, que vous êtes un mentaliste du marketing, pas un harceleur qui épie la vie privée de ses prospects et qui scrute leur comportement.

Elaborez donc des campagnes marketing qui déclenchent des actions (syndication de contenu, display, publicités sur LinkedIn) en fonction du comportement de l’acheteur en temps réel. Le comportement de recherche, l’interaction avec les campagnes marketing, la participation à des événements virtuels ainsi que les interactions commerciales vous aideront à identifier les besoins de vos acheteurs, mais aussi et surtout à évaluer leur avancement dans le processus d’achat. Basez-vous sur ces indices pour produire et afficher le bon contenu à la bonne cible et au bon moment.

Bonus : ne vous contentez pas des campagnes digitales. Proposez des suggestions à vos vendeurs sous forme d’insights, d’alertes et de ressources pour le suivi. Vous serez ainsi en mesure d’apporter une aide pertinente et adaptée à votre cible pour ne manquer aucune opportunité commerciale.

#5 Tester, mesurer, améliorer, répéter : un processus de création de contenu personnalisé qui a fait ses preuves

Toutes les stratégies de création de contenu peuvent être améliorées. Nous vous le disions plus haut : il s’agit d’un processus itératif qui doit se nourrir des données collectées et des résultats obtenus. Continuez donc à surveiller le comportement des acheteurs et à agir en conséquence. Et c’est là tout le charme du marketing digital : tout est mesurable en temps réel.

  • Les retours obtenus sont-ils satisfaisants ?
  • Comment les canaux numériques opèrent-ils (ensemble et séparément) pour générer de l’engagement ?
  • Quels sont les chemins qui mènent aux cycles d’achat les plus rapides ?

Capitalisez sur ces informations pour améliorer vos campagnes et démontrer la valeur du marketing pour votre entreprise.

Bonus : séparez le suivi des anciens clients et des nouveaux comptes. En effet, les clients qui vous connaissent déjà peuvent avoir un comportement différent des autres.

Cet article est une adaptation du billet de blog d’Aaron Cullers paru sur Marketingprofs.com.

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..