6 étapes simples pour booster votre communication avec les Sales

par | Mar 17, 2022 | | Vente et Management commercial - Insights

Comment communiquer de manière claire, efficace et porteuse avec les commerciaux en tant que marketeur ? C’est l’une des problématiques qui revient le plus auprès de mes clients… et je peux comprendre pourquoi : le soutien des commerciaux est un exercice à la fois subtil et délicat. C’est pourquoi je vous propose aujourd’hui une petite feuille de route avec 6 étapes simples pour favoriser une bonne communication avec les commerciaux.

Les trois problématiques les plus courantes dans la collaboration Marketing – Sales

Lors de mes interventions dans des conférences ou des sessions de formation autour de la thématique du Sales Enablement, je reçois souvent ce type de questions de la part des marketeurs :

  • « Les commerciaux changent souvent d’avis. Il est donc difficile de savoir ce qu’ils veulent vraiment. Comment puis-je les aider s’ils changent de cap en permanence? ».
  • « Les commerciaux me demandent d’envoyer le même contenu parce qu’ils ne sont pas à jour sur les nouvelles publications. Comment puis-je les aider à rester à la page ?».
  • « Les commerciaux ne veulent pas faire leurs propres recherches ou créer des templates. Ils demandent au marketing d’assurer cette tâche. Mais ce n’est pas mon travail en tant que marketeur. Comment leur expliquer tout en préservant une bonne relation de travail ?».

J’ai réalisé une vidéo pour répondre à cette dernière question.

Des recommandations contextualisées et adaptées à l’environnement

Voici la question sur laquelle je souhaiterai me focaliser aujourd’hui : comment mieux communiquer avec les commerciaux et définir clairement les attentes ?

Je comprends cette difficulté, dans la mesure où j’ai longtemps soutenu des équipes commerciales. Si les défis restent relativement similaires, chaque entreprise a une organisation commerciale qui lui est propre, avec éventuellement une équipe de Sales Enablement. Comme souvent, il n’y a pas de recette magique. Je n’ai jamais recommandé une solution « préfabriquée », même dans le cas où mon client est confronté à un défi sur lequel j’a déjà travaillé auparavant. J’estime qu’il faut tenir compte de la culture, de l’ancienneté des commerciaux, de la structure, des processus et même des outils utilisés dans la fonction commerciale.

Par exemple, de nombreuses équipes commerciales sont confrontées au problème de la qualité des leads provenant du marketing. Avant d’aller plus loin, il faut établir le bon diagnostic :

  • Avons-nous établi une définition claire de ce qu’est un lead marketing « acceptable » pour les Sales ? Comment pouvons-nous améliorer cette définition, le cas échéant ?
  • La qualité des leads marketing est-elle vraiment problématique ?
  • Y a-t-il un travail à faire au niveau de la qualification des leads avant de les transmettre aux commerciaux ?
  • Comment améliorer le processus ? Quelle est la personne à responsabiliser ?

Les recommandations doivent donc prendre en considération les causes probables ainsi que la structure organisationnelle et les ressources partagées entre les Sales et le Marketing. Ce qu’il faut retenir ici, c’est qu’il n’y a pas de solution universelle pour améliorer la collaboration entre le marketing et les commerciaux. L’approche doit être contextualisée et adaptée à l’environnement.

 

 

6 étapes simples pour mieux communiquer avec les commerciaux

En partant du principe que les soft skills en communication sont satisfaisants, voici 6 étapes simples à suivre pour mieux communiquer avec les commerciaux :

  1. Réalisez des entretiens avec plusieurs membres de l’équipe commerciale. Discutez de leurs difficultés et de leurs besoins. Mettez vos capacités d’écoute à profit. A cette étape, je pense que le présentiel est préférable. Attention: à ce stade, vous ne faites que recueillir des informations. Ne vous engagez à rien.
  2. Etablissez une liste des difficultés et des attentes exprimées par les commerciaux. Passez-la au peigne fin, regroupez les demandes similaires et classez-les par ordre de priorité. Distinguez également les actions simples (Quick Wins) et celles qui nécessitent des ressources et un budget. Etablissez enfin un accord de niveau de service (SLA). Ce document explique ce que vous comptez faire (et ce que vous ne comptez pas faire) pour soutenir les commerciaux. Il présentera également ce que les commerciaux doivent entreprendre de leur côté pour faire avancer les choses de manière collective.
  3. Recherchez l’adhésion des commerciaux et de la direction. Pour cela, mettez en avant les actions que vous comptez réaliser dans l’immédiat ou à très court terme. Les Quick Wins seront vos meilleurs atouts pour les convaincre. Il peut s’agir de l’actualisation d’un Pitch Deck, d’un guide de tarification ou simplement de votre participation à la réunion hebdomadaire des Sales.
  4. Une fois l’adhésion obtenue, vous aurez simplement à exécuter ce qui a été convenu. Mettez-vous au travail et démontrez votre talent et votre détermination.
  5. Proposez aux commerciaux des mises à jour régulières. Il peut s’agir de notes à intégrer dans les mises à jour trimestrielles ou même d’un point hebdomadaire, dans le cadre de la réunion habituelle des commerciaux.
  6. Mettez à jour le SLA de manière régulière. Les besoins et les attentes des commerciaux évoluent. Je le sais, car je suis passé par là. Prenez le taureau par les cornes. C’est un peu comme un restaurateur qui doit gérer un avis négatif sur une plateforme en ligne. Expliquez votre point de vue et présentez vos excuses si nécessaire. Si vous êtes confronté à une demande qui ne figure pas dans le SLA, ouvrez immédiatement le dialogue, discutez de ce qui doit être fait et mettez à jour le SLA si besoin.

Vous apprendrez (l’équipe commerciale et vous) à réaliser les arbitrages et les ajustements au fil du temps grâce à une communication dense et régulière. Pour aller plus loin, vous pouvez consulter Le Guide Ultime du Sales Enablement qui explique en détail la marche à suivre pour mieux soutenir les commerciaux en tant que marketeur.

Click here for the original version of the post (English)

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Paroles d’experts
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !
Quête de sens, ouverture, accélération, hybridation… retour sur les dix dernières années du CMO !

Quelles ont été les évolutions majeures du poste de Chief Marketing Officer lors de la dernière décennie ? Quels sont les fondamentaux qui ont perduré ? Quel rôle le CMO jouera-t-il dans les dix prochaines années ? BtoB Leaders a interviewé Guillaume Ferrand, CMO d’IBM France. Avant de commencer, pouvez-vous revenir sur votre parcours professionnel en quelques mots ? Bien sûr. J’ai un double diplôme, école de commerce (ESCP) et école d’ingénieurs (EFREI). J’ai commencé ma carrière dans le consulting chez PwC, notamment dans la conduite du changement et la réorganisation. La partie Consulting de PwC a été rachetée par IBM en 2002. J’ai continué à faire du consulting chez IBM pendant une dizaine d’années avant de passer au marketing. J’ai occupé plusieurs postes à ce niveau, essentiellement dans le marketing stratégique (petits comptes, grands comptes, industries). Aujourd’hui, je suis Directeur Marketing d’IBM France. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? La démocratisation du web, qui a favorisé l’accès à l’information, a été une véritable révolution. Cette dernière décennie a également été celle de l’hégémonie des réseaux sociaux et du mobile. Aujourd’hui, on consulte nos smartphones près de 150 fois par jour (étude réalisée par Kleiner Perkins, ndlr). Le digital est venu percuter notre vie privée et professionnelle et a donc forcément amené beaucoup de changement dans le quotidien du CMO. Je trouve qu’il est intéressant de remettre cela en perspective, car il y a 10 ans, Facebook était encore embryonnaire, avec environ 500 millions d’utilisateurs. Aujourd’hui, le réseau social affiche une audience de près de 3 milliards d’utilisateurs. Ce...

Ceci pourrait vous intéresser..