Il est temps de remettre de la punchline dans le B2B !

par | Jan 31, 2022 | | Contenu influence, CX - Chronique hebdo

Dans un monde où les acheteurs sont submergés d’informations, la prise de parole des prestataires BtoB est noyée dans un magma. Pour se différencier, ils sont attendus sur leurs opinions tranchées, leurs discours audacieux et leur sens de la formule. Il est temps de remettre de la punchline dans le business !

L’art de la punchline : l’éloquence au service du business

Les discours policés, portés par la langue de bois, les formules creuses et la novlangue*, n’impriment pas (ou plus).

Pour émerger dans le magma des contenus partagés au quotidien, les décideurs gagneraient peut-être à renouer avec la prise de position franche, l’opinion tranchée et le format « édito ». Cet exercice de style se démarque en ce sens qu’il remet de l’Humain au cœur de la communication. En prenant fermement position pour une approche, une solution, une façon de faire ou une erreur à ne pas commettre, le BtoB Leader assume son rôle et fait bouger les lignes dans son cœur de métier et son industrie. Il suscite le débat d’idées, prend de la hauteur et donne de l’épaisseur à son profil et de la substance à l’image de son entreprise.

L’idée de ce billet d’humeur m’est venue en lisant l’interview d’Alexandre Garnier réalisée par Reda Taleb sur BtoB Leaders. Interrogé sur l’état de l’art de l’Account-Based Marketing (ABM) en France, le CEO de Dékuple B2B (ex AWE) répond : « En France, je pense que l’ABM, c’est un peu comme le sexe chez les ados : tout le monde en parle, personne n’en fait ». Rares sont ceux qui osent et se distinguent de la sorte. Vous l’aurez compris, je plaide pour le retour de l’art de la punchline dans le business !

Réhabiliter le « parler vrai » et la prise de position

De manière plus pragmatique, je pense que la réhabilitation du « parler vrai » dans le B2B va également dans le sens de la performance commerciale des entreprises. Face à l’abondance de la documentation en ligne, les acheteurs n’ont jamais été aussi informés.

Comme l’explique Pam Didner dans son Insight sur BtoB Leaders, certains acheteurs B2B sont même plus calés sur la partie théorique d’une activité que les commerciaux eux-mêmes. Ils écument les livres blancs, les e-books, les enquêtes, les webinars, les Business Cases, les tables rondes, les workshops, les forums de discussion spécialisés, les réseaux sociaux anglophones comme Reddit, etc.

Comme l’a démontré Forrester, les forums spécialisés (en ligne) sont devenus la source d’information la plus importante pour les DSI, surtout lorsqu’elles sont en phase d’achat et donc à l’écoute du marché. Tout cela pour dire que l’information de qualité est disponible, à portée de clic. Mais de l’aveu même des acheteurs B2B, cette abondance n’arrange pas forcément leurs affaires.

 

 

Le décideur en phase d’achat attend l’avis d’un expert « qui se mouille »

Selon une étude de Gartner (voir notre fiche de lecture ici), la quantité d’informations disponibles sur une problématique donnée est déstabilisante pour 50 % des acheteurs. Aussi, pour chaque « post » qui vante les vertus d’une solution ou d’une technologie, vous pouvez être sûr qu’il y en aura au moins un autre pour épingler ses inconvénients. Résultat : le décideur B2B en phase d’achat est bien documenté, mais il est confus. Il n’attend pas de son interlocuteur qu’il récite, en moins bien, ce qu’il a déjà lu un peu partout sur le web.

Ce qu’il attend, c’est l’avis d’un professionnel contextualisé à son cas particulier, l’opinion motivée d’un expert « qui se mouille ». C’est une réflexion formulée avec des mots simples, sans noyer le poisson, sans jargon volontairement hermétique ou cryptique. Ce qu’il attend finalement, c’est un leadership éclairé (voir notre Insight sur le Thought Leadership). C’est quelque chose que je remarque depuis plusieurs années : de plus en plus de décideurs et d’influenceurs de la décision d’achat s’engagent auprès des prestataires qui formulent des points de vue intéressants et qui adoptent des approches audacieuses… sans forcément proposer la meilleure offre sur le marché (au sens technique).

Ce constat a des implications sur les programmes Go – to – Market. Car pour gagner le droit d’avoir une chance convertir un beau compte cible, vous devez être en mesure d’attirer l’attention de votre interlocuteur avec un point de vue percutant, idéalement en rapport avec sa problématique.

La bonne nouvelle, c’est qu’un simple changement de mindset sur cette partie peut suffire à doper l’audience et la portée de la communication des prestataires BtoB. Je rappelle tout de même que la moitié des prises de parole de type « Thought Leadership » n’apporte « strictement rien » à 71 % des décideurs B2B sondés par LinkedIn. Prendre conscience de cette place à prendre, c’est déjà faire un pas dans la bonne direction.

Pour conclure…

De nombreux prestataires BtoB ne souhaitent pas exprimer un point de vue fort et tranché pour ne pas froisser leur lectorat et leurs prospects potentiels. Ils choisissent volontairement l’option consensuelle pour n’offenser personne. Mais dans un monde saturé d’informations, mieux vaut être en désaccord avec une partie de votre cible que d’être ignoré par 100 % de votre audience. La confrontation d’idées n’a jamais été problématique. L’indifférence, si, surtout dans le business.

 

*Qu’est-ce que la novlangue ?

Le terme novlangue (ou néoparler) a été inventé par George Orwell dans son roman d’anticipation « 1984 ». Aujourd’hui, cet expression est utilisée pour désigner péjorativement un jargon volontairement complexe pour masquer une absence de fond dans le discours. Elle est également utilisée lorsque l’interlocuteur multiplie les éléments de langage, les concepts abstraits et les formules toutes faites pour ne pas se mouiller.

Paroles d’experts
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?
Comment réussir un programme de gestion de l’Expérience Collaborateur ?

Augmentation du nombre de démissions, pénurie de compétences, bore out ou encore « quiet-sitting »… Face à ces tendances, une entreprise peut-elle encore douter de l’importance de l’expérience employé ? Nombre d’entre elles ont fait de l’écoute une priorité et les plus avancées misent aujourd’hui sur la gestion de l’expérience employé (EXM). Écouter réellement ses collaborateurs L‘écoute est au cœur de l’EXM car c’est un moyen important pour comprendre les employés et leurs expériences, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur de l'entreprise. Elle permet de suivre l’évolution des besoins des collaborateurs. Une entreprise qui n’est pas à l’écoute de ses équipes risque de perdre des talents et de ne pas être en mesure d'en attirer de nouveaux. Dans un monde post-pandémie, un programme de gestion réussi nécessite d’aller au-delà des enquêtes de satisfaction annuelles qui ne donnent pas aux équipes la possibilité de faire des commentaires pendant le déroulement régulier du travail. Les profonds changements qui ont bouleversé le monde professionnel ont montré la nécessité d’une acquisition rapide, voire en temps réel, des signaux, notamment d'alarme et de discontinuité émis par les employés. Dans un environnement de travail en constante évolution, prendre des décisions fondées sur des informations obsolètes fera perdre en pertinence. Utiliser les bons canaux Quels dispositifs d’écoute l’entreprise a-t-elle déployés ? Des questionnaires fermés ? C’est un bon début, mais pour réussir son programme EXM, elle devra diversifier ses canaux. Les marques avec les programmes EXM les plus avancés collectent et analysent les commentaires ouverts (43%), surveillent également les canaux communautaires (43%) et utilisent des logiciels de crowdsourcing (31%). Certaines vont plus loin en analysant les échanges téléphoniques des...

Paroles d’experts
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone
Face à un environnement commercial en constante évolution, le Sales Enablement devrait surperformer dans l’Hexagone

BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Julien Leblanc, Head of South Europe chez Highspot. Au programme : retour sur la dernière levée de fonds de l’entreprise américaine, ses facteurs de différenciation avec la concurrence, la capacité du Sales Enablement à repositionner le commercial dans le parcours d’achat, les points de vigilance pour réussir l’implémentation d’une solution de Sales Enablement et surtout les stratégies de croissance. Bonjour Julien. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel ? Bien sûr. J’ai suivi un cursus en Business Administration & Management en école de commerce, avec une fin de parcours en apprentissage qui m’a permis de mettre le pied à l’étrier dans le Software dès 2003 chez IBM. J’ai évolué dans la fonction Sales pendant plusieurs années chez des éditeurs de logiciel, avec notamment une escapade en Australie entre 2012 et 2015 chez VMware en tant que Sales Manager. De retour en Europe, j’ai basculé du côté « infrastructure » au monde de la MarTech. Depuis plus de 4 ans, je gravite dans cet univers fascinant qu’est le Sales Enablement, et c’est tout naturellement que j’ai choisi de rejoindre Highspot en tant que Head of South Europe. Pouvez-vous nous pitcher la proposition de valeur de Highspot en quelques mots ? Fondée en 2011, Highspot est une plateforme de Sales Enablement créée par trois anciens de Microsoft : Robert Wahbe, Oliver Sharp et David Wortendyke. Elle permet d’aligner et d'accroître la performance des équipes Commerciales et Marketing en comblant le fossé entre stratégie et exécution. Les ventes B2B connaissent un véritable raz-de-marée. McKinsey prévoit en effet que la vente hybride, vue initialement comme une simple adaptation des usages face...

Paroles d’experts
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !
Pour que les Sales ne perdent plus une minute à enrichir les données B2B !

Séduire 1 800 clients et réaliser une croissance à deux chiffres avec un seul commercial et 0 € de budget marketing. C’est l’incroyable défi qu’a relevé Denis Cohen, CEO et cofondateur de Dropcontact. Quelle a été la genèse de cette entreprise spécialiste de l’enrichissement des bases de données ? Comment peut-elle optimiser le temps des Sales pour doper la performance commerciale ? Interview !  Bonjour Denis. Racontez-nous la création de Dropcontact. Quel est le constat qui vous a motivé à vous lancer dans l’enrichissement de la Data ?  Tout au long de mon parcours professionnel, j’ai constaté que les équipes Sales et Marketing passaient un temps considérable à gérer de la Data de mauvaise qualité. Des budgets incroyables sont mobilisés dans le seul objectif de générer des leads : on fait du Google Ads, de la publicité télé, de l’événementiel, des livres blancs, du SEO, du Marketing Automation, de la créa. L’équipe Sales prend le relais, équipée de logiciels à la pointe.   Nous investissons massivement pour constituer une base de données qui est un capital à part entière. Paradoxalement, cet actif durement acquis devient le parent pauvre. Un mail manquant, un contact qui change d’employeur, des inversions « nom – prénom »… on dépense « un pognon de dingue » pour au final confier le nettoyage de la base de données à un stagiaire. Je caricature, mais vous comprenez l’idée. Ce capital, pourtant stratégique pour la compétitivité, n’est pas utilisé à sa juste valeur.   A côté de cela, vous avez de nombreuses solutions sur le marché qui gèrent une partie du problème sans le résoudre dans sa globalité. C’est le constat qui a motivé la création de Dropcontact, en...

Ceci pourrait vous intéresser..