Les commerciaux face à l’émergence du « super-acheteur B2B »

par | Mar 8, 2022 | | Vente et Management commercial - Chronique hebdo

Pour répondre aux nouvelles attentes d’un acheteur B2B mieux informé et plus exigeant, les commerciaux ont plus que jamais besoin du soutien du marketing. Décryptage…

Les commerciaux face au persona du « super-acheteur »

Plantons le décor : le microenvironnement des Sales a profondément changé, bien avant la pandémie qui n’aura finalement joué qu’un rôle d’accélérateur. Dans l’exercice de leurs fonctions, les commerciaux doivent désormais interagir avec un persona de « super-acheteur » ultra-connecté, plus autonome, mieux informé et plus exigeant. Ce challenge est exacerbé par d’autres éléments conjoncturels :

  • Comme à chaque crise, les budgets d’investissement ont subi des coupes dans certaines entreprises. L’acheteur B2B a donc encore moins droit à l’erreur. Conséquence: toute décision d’achat est soigneusement réfléchie, soupesée et rationalisée.
  • Par conséquent, le cycle de vente s’allonge : l’acheteur B2B multiplie sa documentation en ligne et consulte les autres intervenants de la sphère décisionnelle (collégialité de la prise de décision).

Cette dynamique a progressivement induit une relative éviction de certains commerciaux du parcours d’achat. Comme l’explique Accenture, l’acheteur B2B réalise, en moyenne, 57 % de son parcours avant de contacter le ou les fournisseur(s) envisagé(s)… Dans certains secteurs d’activité, l’acheteur réserve même son appel au commercial à la toute fin du parcours d’achat, dans la phase de négociation du prix. C’est en tout cas ce qu’explique une étude Forrester qui conclut que 68 % des acheteurs B2B prennent leur décision d’achat avant même d’avoir rencontré un commercial.

Pour performer dans ce contexte changeant, les commerciaux doivent pouvoir compter sur le soutien des équipes marketing avec des contenus pertinents, accessibles et en phase avec la réalité du terrain. Mais là encore, les axes d’amélioration ne manquent pas.

Contenu pour la vente : les chiffres de la discorde

La rédaction a compilé quelques statistiques intéressantes, parfois surprenantes, sur l’impact du désalignement Sales – Marketing sur la partie contenu :

  • 65 % du contenu produit par le marketing n’est jamais utilisé par les commerciaux (selon Sirius Decision). En d’autres termes, 65 % des livrables marketing destinés aux commerciaux représentent une perte sèche pour l’entreprise, avec un coût de revient alourdi et une perte de compétitivité de facto.
  • Plus surprenant encore : plus du quart du contenu produit par le marketing (28 %) n’est pas accessible aux commerciaux (étude Datadwell.com). Sont notamment en cause : une gestion approximative des droits d’accès, des commerciaux non notifiés de la production d’un contenu, un système de stockage archaïque… des problèmes pratiques et fonctionnels qui peuvent être adressés par une solution de Sales Enablement.
  • Mal outillés et confrontés à des acheteurs bien informés, les commerciaux ne sont pas en mesure de répondre à plus de 40 % des questions posées par les acheteurs B2B au sujet du produit commercialisé (selon une étude Allego résumée par BtoB Leaders) ;
  • Autre chiffre intéressant révélé par HubSpot : 40 % des commerciaux créent leur propre contenu, « faute de mieux».

En somme, nous essayons de faire collaborer des commerciaux peu outillés et des acheteurs ultra-exigeants. Comme ces statistiques le laissent entendre, l’ajustement attendu est qualitatif, pas quantitatif. Il s’agit à priori d’un problème de gestion plutôt que de ressources. En réaction, les commerciaux consacrent une partie de leur temps à des tâches qu’ils ne maîtrisent pas forcément et qui les détournent de leur principal objectif : développer le chiffre d’affaires de leur entreprise.

  • Les commerciaux passent, en moyenne, la moitié de leur journée sur des tâches indirectement liées à la vente (selon le McKinsey Global Institute) ;
  • Selon Forbes, les entreprises américaines dépensent 68 352 $ par an et par commercial pour des tâches non liées à la vente.

Les responsables des ventes ont conscience du problème. En effet, 65 % d’entre eux estiment que leurs commerciaux passent « trop de temps » sur des activités non liées à la vente (SalesFunnel).

 

 

Le Sales Enablement : une piste de choix pour colmater la brèche

Ce diagnostic est, je pense, partagé par de nombreuses directions marketing et commerciales. Les BtoB Leaders ont d’ailleurs beaucoup discuté de cette problématique lors des dernières éditions du BtoB Summit et des Rencontres Internationales du Marketing (RIM). Parmi les pistes envisagées par les décideurs figure bien entendu le levier du Sales Enablement, comme le démontre une étude G2 Learn Hub :

  • L’adoption des solutions de Sales Enablement a bondi de + 343 % lors des 5 dernières années. Ce chiffre est confirmé par une étude signée Smart Selling Tools, qui explique que l’utilisation des outils de Sales Enablement a progressé de 567 % entre 2017 et 2020 ;
  • Le volume de recherche de la requête « Sales Enablement » gagne chaque année + 51,2 % ;
  • 81 % des responsables commerciaux estiment que la recherche et l’utilisation du contenu en rendez-vous reste leur principal axe d’amélioration.

Toujours selon la même étude, 84 % des commerciaux outillés par une cellule de Sales Enablement atteignent leurs objectifs. A côté du triptyque du Sales Enablement (contenu, technologie et formation), la fonction commerciale gagnerait également à travailler la forme avec un Sales Pitch en phase avec le persona du super-acheteur B2B. Quelques pistes :

  • Adopter les trois règles d’or du Sales Pitch, telles qu’elles ont été identifiées par la grande étude empirique The Marketing Practice x B2B Decision Labs : un discours émotionnel (1), étayé par des chiffres (2) et nuancé par les limites de la solution proposée (3). Pour plus d’informations sur ce sujet, consultez notre fiche de lecture de cette étude inédite.
  • Présenter l’offre en « pyramide inversée », en commençant par l’essentiel. Selon une étude PPTPOP, les acheteurs n’ont besoin que de 30 secondes pour déterminer si votre discours vaut la peine d’être entendu.
  • Toujours selon PPTPOP, les présentations commerciales qui convertissent le plus sont composées d’éléments de storytelling à hauteur de 65 %.
  • Privilégier le visuel au texte. Selon une étude 3M Corporation, notre cerveau comprend les informations visuelles 60 000 fois plus vite que le texte.

A la semaine prochaine !

 

Paroles d’experts
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS
B2B Rocks : retour sur la dernière décennie du SaaS

A l’occasion des 10 ans de B2B Rocks, l’événement phare de la communauté SaaS qui se déroulera du 9 au 11 juin 2022 à Montpellier,  BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger Colin Lalouette, président de B2B Rocks. B2B Rocks souffle cette année sa 10e bougie. Quels sont été les temps forts de la communauté SaaS française lors de la dernière décennie ? L’événement B2B Rocks s’est déroulé pour la première fois en 2013 à Paris, avec les premiers éditeurs SaaS de l’époque. Il s’est ensuite inscrit durablement dans notre capitale ainsi qu’à Sydney dès 2015. Pour 2022, nous avons fait le choix, avec la French Tech qui nous soutient, de concentrer nos efforts dans un même lieu, et une même temporalité, à Montpellier les 9 et 10 juin.  Au lancement de B2B Rocks en 2013, le marché mondial des solutions en mode SaaS était de 2 milliards d'euros ; et encore en intégrant tous les services dits de Processionnal Services (conseil, formation, paramétrage…). Aujourd’hui ce même marché s'élève à 190 milliards avec une croissance à 2 chiffres depuis 10 ans et rassemble 1/2 million de salariés dans le monde. La parenthèse pandémique a accéléré la transformation digitale du B2B de plusieurs années. Quel a été l’impact de cette digitalisation effrénée sur le marché SaaS (français ou mondial) ? Les chiffres parlent d’eux-mêmes encore. Nous avions moins d’une centaine de « licornes » (société souvent SaaS non cotées en bourse avec une valorisation de plus d’un milliard de dollars) en 2013, nous en avions moins de 10 avant le démarrage de la crise sanitaire en 2020 et nous en avons aujourd’hui 26. Voilà...

Paroles d’experts
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !
Data, Sales Enablement, maturité technologique… retour sur la dernière décennie de la pratique marketing !

A l’occasion des 10 ans du BtoB Summit, BtoB Leaders a eu le plaisir d’échanger avec Bertrand Dosseur, CMO du groupe Explore, sur les bouleversements de la pratique marketing lors de la dernière décennie. Pouvez-vous revenir brièvement sur votre parcours professionnel et la proposition de valeur de votre entreprise ? Je suis un pur profil littéraire, avec un passage en prépa Lettres puis la Sorbonne pour des études d’Histoire… tout ça pour finir dans le marketing ! Ce qui ne m’a pas empêché de reprendre le chemin de l’école en suivant un Mastère en Data Strategy il y a deux ans… J’aime assez ce mélange des genres, propre aux métiers du marketing : des idées, du contenu, de l’analytique et une pointe de techno… Après un parcours en institut d’études et en agence marketing-communication, j’ai rejoint EXPLORE comme Directeur Marketing il y a maintenant 9 ans pour accompagner la croissance de cette belle PME nantaise, désormais EXPLORE Group, avec l’arrivée de 4 nouvelles entités orientées Data : Gestinnov, CODATA, Societeinfo et Wanao-Sendao, soit 280 collaborateurs basés de Namur à Marrakech, en passant par Paris et Bidart. Nous sommes aujourd’hui leaders de l’information économique et commerciale sur un certain nombre de marchés en BtoB, en particulier l’immobilier, la construction et le service à l’entreprise. Quelle est, selon vous, la différence majeure entre le CMO du début des années 2010 et le CMO d’aujourd’hui ? Je ne dispose malheureusement que de 9 ans d’expérience… j’aurais donc du mal à faire une analyse décennale pure et parfaite ! D’autant qu’il faut nécessairement distinguer les différents « métiers » du marketing (stratégique, produit, acquisition…). Dans tous les cas, on...

Paroles d’experts
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense
Repositionner le commercial dans le parcours d’achat B2B avec Le Compositeur Digital by Excense

Véritable laboratoire à ciel ouvert, la fonction commerciale a négocié son virage digital dans l’urgence. Dans un contexte d’hybridation de l’action commerciale, le Compositeur Digital d’Excense, logiciel tactique d’animation des rendez-vous, a très rapidement trouvé sa place dans le quotidien des commerciaux B2B, avec une belle valeur ajoutée en présentiel comme en distanciel. Pour en discuter, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Denis Tellier, CEO et co-fondateur d’Excense. Pouvez-vous nous résumer en quelques mots votre parcours professionnel et la genèse d’Excense ? Bien sûr. Je suis ingénieur en imagerie numérique de formation. J’ai donc beaucoup travaillé dans les technologies interactives, notamment pour manipuler du contenu multimédia. J’ai commencé en tant qu’ingénieur R&D pendant trois ans. Cela m’a permis de faire du développement et de maîtriser les technos. Je suis très vite passé au Business Development, et j’ai passé une grande partie de mon parcours professionnel entre une ESN à taille humaine et une grande ESN, avec un point commun : le dirigeant était à chaque fois l’actionnaire principal. J’ai donc toujours eu une activité que l’on peut assimiler à de l’intrapreneuriat. Au début des années 2000, j’ai vécu cette transition du développement de produit, qui passait donc de la direction R&D à la direction marketing. Paradoxalement, je n’ai jamais travaillé pour des DSI malgré mes longues années en ESN. J’ai essentiellement travaillé avec des directions R&D puis des directions marketing. Naturellement, au bout de 15 ans, j’ai sauté le pas de l’entrepreneuriat en créant Excense avec deux associés. Notre conviction : développer des solutions digitales qui facilitent les échanges humains au lieu de les remplacer. Le monde de l’entreprise a vécu deux...

Ceci pourrait vous intéresser..